altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 aoűt 2019

l'Enlèvement au sérail de Mozart au Grand Théâtre de Genève

Un sérail qui se laisse
mener en bateau

© Nicolas Lieber

Après un abordage tumultueux en 1996, où l'Enlèvement au sérail revu par le Zurichois Dieter Kaegi accosta pour la première fois sur les rives genevoises, le spectacle qui vogue actuellement sur la scène suisse ne rencontre pas les mêmes turbulences, malgré le transatlantique qui lui sert de décor et de perspective.
 

Grand Théâtre, Genève
Le 25/10/2000
Sylvie BONIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 (4) : Un hommage erratique

  • Salzbourg 2019 (3) : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 (2) : Transcendant Mozart

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis la production de 96, l'eau a coulĂ© sous les ponts, et la nouveautĂ© d'un paquebot pour illustrer le sĂ©rail dans lequel Konstanze est retenue prisonnière n'Ă©meut plus les foules. Croisière tranquille donc, que cette reprise dans l'unique dĂ©cor de navire blanc et rouge de William Orlandi, dont il faut bien admettre qu'il demeure aussi esthĂ©tique qu'impressionnant, symbole parfait de tous les fantasmes de dĂ©part et d'enfermement. L'idĂ©e d'un bateau comme prison devait justifier habilement les dĂ©tournements d'Ă©poque (l'entre deux guerres mondiales) et de lieu, malheureux changement de terme mis Ă  part (le mot maison, inutilement troquĂ© contre celui de bateau : " Ist das des Bassas Selim Schiff ? ").

    Dans cette nouvelle distribution, où le chef britannique Ivor Bolton déploie des prodiges baroques à la tête d'un Orchestre de Suisse Romande peu habitué à une telle alacrité de ton, les ailes poussent à Mozart. Mais le décalage entre l'image et le son se creuse au fil d'un spectacle qui finit par s'enliser autour d'une seule bonne idée, que les mouvements du décor massif alourdissent. Le metteur en scène a beau faire, ses personnages ont l'air de s'agiter en vain dans cet univers imposant. Et la surprenante disparité vocale qui règne sur scène n'arrange pas l'impression générale de décalage qui sévit à bien des niveaux.

    À Natalie Dessay revient la difficile tâche de tirer à elle seule une barque chargée, dont elle assume la navigation de façon impeccable sur le navire qui porte son nom. Encore tendue dans un rôle de Konstanze dont elle manie la fragilité et les ambiguïtés avec prudence, la soprano n'en reste pas moins étourdissante dans les passages de pure vocalité. La Blondchen sans éclat d'Akie Amou, le Belmonte pincé de Roberto Saccà, le Pedrillo banal de Francesco Piccoli et l'Osmin épais de Kurt Rydl ne rendent qu'inégalement hommage au Selim sensible de Christoph Quest et à sa merveilleuse captive. Une traversée sans ouragan mais sans véritable haute pression non plus.




    Grand Théâtre, Genève
    Le 25/10/2000
    Sylvie BONIER

    l'Enlèvement au sérail de Mozart au Grand Théâtre de Genève
    l'Enlèvement au sérail de W.A. Mozart
    Direction musicale : Ivor Bolton.
    Mise en scène : Dieter Kaegi.
    DĂ©cors et costumes : William Orlandi.
    Avec Natalie Dessay (Konstanze), Akie Amou (Blondchen). Roberto SaccĂ  (Belmonte), Francesco Piccoli (Pedrillo), Kurt Rydl (Osmin), Christoph Quest (Selim), Quatuor : Iana Iliev, Victoria Reljin, Xavier Ribes et Wolfgang Barta.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com