altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 juillet 2019

Nouvelle production d'Orfeo ed Euridice de Gluck dans une mise en scène de Robert Carsen et sous la direction de Diego Fasolis au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Triste Orphée
© Vincent Pontet

Le TCE met à l'affiche un Orfeo de Gluck avec un trio de stars qui, à elles seules, justifieraient l'intérêt de cette soirée. Si les attentes du cast sont en partie comblées, ni la mise en scène, ni surtout la direction de Diego Fasolis n'emportent l'enthousiasme. Robert Carsen règle un spectacle convenu dont la portée ne dépasse guère une mise en images sobre et distinguée.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 25/05/2018
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Aix 2019 (2) : DĂ©cadence majeure

  • Orange 2019 : La pomme sur le gâteau

  • Aix 2019 (1) : Tosca en plan-sĂ©quence

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dix ans après Armide de Lully, Robert Carsen revient au Théâtre des Champs-ÉlysĂ©es avec un Orfeo ed Euridice marquĂ© du sceau de l'Ă©pure et de la sophistication. Le plateau est vidĂ© de tout Ă©lĂ©ment de dĂ©cor qui permettrait d'identifier un lieu particulier. Nous sommes projetĂ©s dès le dĂ©part dans un espace aride dont la surface lĂ©gèrement vallonnĂ©e Ă©voque discrètement les tombes avoisinant la fosse oĂą l'on ensevelit le corps d'Eurydice. Un simple linceul fait office de cercueil tandis qu'une torche plantĂ©e dans le sol indique le lieu de la sĂ©pulture.

    Le chœur en costumes et couvre-chefs noirs porte le deuil, animé de déplacements synchrones qui mettent en avant le profil du groupe qui se découpe en ombres chinoises sur un fond discrètement coloré par des éclairages assez doux sur l'immense toile qui entoure les protagonistes. Le regard se pose sans trop de réflexion sur ces scènes historiées que le hiératisme et la simplicité des symboles permet de saisir rapidement. Amour et Eurydice sont vêtues indistinctement de la même robe noire, avec de longs cheveux bruns qui pourraient souligner une forme de sororité. La direction d'acteurs tourne assez vite à des gestes convenus qui ne viennent à aucun moment bouleverser la compréhension générale de l'intrigue.

    Succédant à la version de Vienne en italien, c'est ici la version de Naples avec son lieto fine qui est donnée à entendre. On y gagne une instrumentation allégée côté cuivres et surtout des airs nouveaux pour Eurydice. Le diapason trop haut met en difficulté l'ensemble I Barocchisti. La première partie souffre d'approximations malvenues (sacqueboutes et chalumeau…) et d'une justesse relative, exacerbée par la férule intransigeante de Diego Fasolis.

    Philippe Jaroussky est prĂ©sent au rendez-vous, domestiquant une ligne vocale exagĂ©rĂ©ment volatile dans la première partie et beaucoup plus concentrĂ©e en seconde partie. La jeune Emőke Baráth interprète l’Amour avec gourmandise et vĂ©hĂ©mence, ce qui n'est pas pour nous dĂ©plaire. L'Eurydice de Patricia Petibon emporte tout sur son passage, Ă  la manière d'une grande hĂ©roĂŻne haendĂ©lienne. L'ampleur dramatique de l'Ă©mission convient parfaitement au personnage, avec ce surcroĂ®t d'âme qui fait entendre toutes les nuances de la joie au dĂ©sespoir.

    Le Chœur de Radio France est un peu empoté aux entournures sur le plan scénique mais admirable vocalement. Les paysages expressifs qu'ils dessinent sont absolument remarquables.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 25/05/2018
    David VERDIER

    Nouvelle production d'Orfeo ed Euridice de Gluck dans une mise en scène de Robert Carsen et sous la direction de Diego Fasolis au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
    Orfeo ed Euridice, opéra en trois actes (1762)

    Coproduction Théâtre des Champs-Élysées ; Canadian Opera Company, Toronto ; Fondazione Teatro dell’Opera di Roma ; Opéra Royal; Château de Versailles Spectacles ; Lyric Opera of Chicago

    Chœur de Radio France
    I Barocchisti

    direction : Diego Fasolis
    mise en scène : Robert Carsen
    scénographie et costumes : Tobias Hoheisel
    Ă©clairages : Robert Carsen & Peter Van Praet

    Avec :
    Philippe Jaroussky (Orfeo), Patricia Petibon (Euridice), Emőke Baráth (Amore).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com