altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 juillet 2020

Concert lecture Mozart au Théâtre Grévin

Correspondance
manquée de peu

Mettre en regard la correspondance de Mozart avec sa musique. Pourquoi pas ? C'est ce cocktail qu'offrait le Théâtre Grévin le 16 octobre dernier avec les talents conjugués du comédien Claude Aufaure et de la mezzo soprano Marie-Ange Todorovitch, accompagnée par un Jeff Cohen malheureusement flanqué d'un piano précocement sénile.

 

Théâtre Grévin, Paris
Le 16/10/2000
Isabelle APOSTOLOS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réouverture

  • Des ténèbres à la lumière

  • Réchauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La correspondance de Mozart est célèbre mais qui l'a lue ? Dans la sélection retenue par Claude Aufare, on découvre un Mozart trop souvent méconnu et ce dans un contexte autrement agréable et plus juste qu'un simple compte rendu biographique. Plus juste parce que Mozart est devenu un personnage de fiction pour le grand public : un bouffon, un clown triste – qui n'a pas vu Amadeus de Milos Forman ? – dont le génie ne serait que l'effet de la divine providence. Ce spectacle est l'occasion de rendre à Mozart ce qui appartient à Mozart !

    Ses lettres se révèlent d'une richesse et d'une écriture dont la faculté à provoquer l'étonnement n'est pas émoussée, ce que rend parfaitement le jeu du comédien Claude Aufaure, et l'on passe des sentiments les plus nobles aux grossièretés les plus abjectes. Outre son quotidien à l'époque des Lumières, les extraits choisis trahissent également ses doutes, son amour et ses peines ; thèmes reflétés à bon escient dans les morceaux choisis. Prosateur ou musicien, ce diable de Mozart maîtrise décidément toute la palette des sentiments humains.

    Avec son timbre chaud et un joli sens du phrasé, la mezzo soprano Marie-Ange Todorovitch est à l'aise dans ce "strip-tease" émotionnel. Malheureusement ces qualités ne suffisent pas à masquer une diction allemande déficiente, qui nuit particulièrement à la structure et à la poésie du magnifique Lied Abendempfindung K523. Quant à Jeff Cohen, on le sait bon pianiste mais comment en juger vu le piètre instrument mis à sa disposition ?
    Au final, il est dommage que ce spectacle bien conçu n'est pas trouvé une correspondance tout à fait à sa mesure.




    Théâtre Grévin, Paris
    Le 16/10/2000
    Isabelle APOSTOLOS

    Concert lecture Mozart au Théâtre Grévin
    Amadeus ou le chant des correspondances
    Un spectacle musical conçu par Claire Lugassy
    Avec Marie-Ange Todorovitch, mezzo soprano
    Jeff Cohen, piano
    Claude Aufaure, comédien

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com