altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 octobre 2018

Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Thomas Hengelbrock, avec la participation du pianiste Igor Levit à la Philharmonie de Paris.

Carrefour des styles
© Florence Granddidier

Après une ouverture de Berlioz interprétée à l’allemande, Thomas Hengelbrock sait se montrer discret à la tête de l’Orchestre de Paris pour accompagner le génial piano d’Igor Levit dans le Deuxième Concerto de Prokofiev, avant une intéressante Septième Symphonie de Beethoven aux accentuations résolument post-baroques.
 

Philharmonie, Paris
Le 03/10/2018
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le psychopathe triste

  • Tressage d’Apocalypse

  • Brahms transcendé

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’ouverture de Béatrice et Bénédict de Berlioz pétille plus, sous les mains de Thomas Hengelbrock, comme une partition germanique de Mendelssohn, que par les couleurs françaises traitées dans l’écriture de Berlioz. Cependant, la célérité du propos alliée à la fluidité d’un Orchestre de Paris aux cordes transparentes et à la légèreté d’une superbe petite harmonie fonctionnent.

    Le chef revient accompagné du fascinant Igor Levit pour s’attaquer au Concerto pour piano n° 2 en sol mineur de Prokofiev, évidemment interprété dans la seconde version de 1923, récréé l’année suivante à Paris par le compositeur lui-même au piano, sous la direction de Serge Koussevitzki. Le premier thème à l’orchestre est introduit en finesse, mais ne démontre de la part d’Hengelbrock aucun romantisme ni aucune slavité.

    La vision du chef s’efface alors rapidement face à celle de splendide intelligence du pianiste, qui parvient à maintenir toujours la partie soliste dans les limbes d’un son cristallin en même temps qu’extrêmement mesuré, d’une puissance de discours tout en discrétion. L’agilité naturelle de Levit fait oublier le caractère démonstratif d’une partition d’une incroyable difficulté, d’un rendu ici presque facile, tant la dextérité des poignets n’est placée qu’au service du message délivré, même dans le Scherzo.

    De l’orchestre se démarque la petite harmonie, notamment son élément le plus important dans l’œuvre, le basson, particulièrement magnifique dans le troisième mouvement, tandis que jamais non plus la justesse des cuivres ne dévie l’attention sur autre chose que le piano. Le tutti du final de l’Allegretto prouve que l’accompagnement peut parfois donner du corps, mais la matière sombre et nébuleuse du piano reprend rapidement le dessus, pour atteindre son climax dans l’Intermezzo. En bis, l’Aria des Variations Goldberg de Bach fait rêver quant à un prochain passage du pianiste pour jouer en France le corpus qu’il a enregistré pour Sony.

    Au retour d’entracte, l’Orchestre de Paris revient à une soixantaine de musiciens pour reprendre une partition superbement interprétée en mai dernier dans la même Philharmonie sous la baguette de Christoph von Dohnanyi. La proposition de Thomas Hengelbrock de la Symphonie n° 7 de Beethoven diverge évidemment profondément, mais elle a l’intérêt de ramener l’ouvrage vers un classicisme post-baroque dans un style d’accentuation très germanique, qui touche peu dans un Allegretto au romantisme absent et au couleur trop mate, à l’image des baguettes trop cotonneuses du timbalier, mais convainc parfaitement dans le Presto puis l’Allegro con brio, alors que les timbales se montrent enfin plus nettes et participent à la dynamique globale.




    Philharmonie, Paris
    Le 03/10/2018
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Thomas Hengelbrock, avec la participation du pianiste Igor Levit à la Philharmonie de Paris.
    Hector Berlioz (1803-1869)
    Béatrice et Bénédict, ouverture
    Sergueï Prokofiev (1891-1953)
    Concerto pour piano n° 2 en sol mineur op. 16 Igor Levit, piano
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Symphonie n° 7 en la majeur op. 92
    Orchestre de Paris
    direction : Thomas Hengelbrock

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com