altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 aoűt 2019

La Création de Haydn avec l'Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam dirigé Nikolaus Harnoncourt.

La Création sous
l'empire de la Raison

© Warner Classics

© Warner Classics

Les passages de Nikolaus Harnoncourt à Paris sont trop rares pour que l'on ne puisse les qualifier "d'événements". Ici, c'était d'ailleurs à double titre, puisque le maestro viennois avait décidé de revisiter La Création, une oeuvre déjà abordée il y a longtemps mais dont le disque a gardé un souvenir un peu brouillon.

 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 24/10/2000
Eric SEBBAG
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Bayreuth 2019 (2) : Sur la route

  • Bayreuth 2019 (1) : Coup de foudre ?

  • Orange 2019 (2) : Sur les chapeaux de roues

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En règle gĂ©nĂ©rale, Nikolaus Harnoncourt est plutĂ´t du genre Ă  cogner d'abord et Ă  s'expliquer ensuite. Mais il est tout sauf une de ces brutes Ă©paisses dont la baguette accuse le poids d'une massue, ou de tout autre instrument Ă  contonder les oreilles. Il aurait au contraire la frappe plutĂ´t chirurgicale : une science accomplie pour trouver le plexus solaire de chaque tympan, et lui assĂ©ner derechef un atĂ©mi foudroyant. Si la musique Ă©tait un art martial, Harnoncourt serait assurĂ©ment ceinture noire : son premier coup fait perdre l'Ă©quilibre, et avec les suivants, il fait de l'auditeur son jouet. Mais si ce diable viennois sait frapper aussi fort et violent que possible, il ne perd jamais sa cohĂ©sion, ni ne dĂ©sunit ses forces. Des forces justement, il n'en manquait pas avec l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam appuyĂ© du choeur Arnold SchÂśnberg au grand complet. On pouvait donc s'attendre Ă  une CrĂ©ation du feu de Dieu.

    Dès l'ouverture le démiurge à l'orchestre instaure une tension palpable, laquelle débouche sur une brève et intense explosion, ça s'annonce bien. Le Concertgebouw est tenu comme jamais, et même si la couleur du choeur Schœnberg est un peu fruste, on lui devine assez d'énergie pour bâtir plusieurs mondes avec des sons. De son côté, Harnoncourt sculpte une articulation au ciseau, anguleuse et tranchante par tous les bords. Il contient ses pupitres dans des pianos à oublier de respirer et instaure un climat de tension permanente, quasi "suspense" au sens cinématographique. Mais on se rend compte rapidement qu'il n'y aura pas de morts. Seulement de la contention. Car Harnoncourt ne lâche jamais la bride, au contraire, il la serre de plus en plus. Les rythmes sont inventifs mais toujours retenus, les effets surprenants mais sans suite (un contrebasson extra-terrestre, des cors du jugement dernier). Sa Création sourd, gronde, bouillonnne, couve, pousse, presse, s'élargit, monte mais ne jaillit jamais franchement. Une sorte de figure du Kama Sutra pour Orchestre ? En tout cas, elle virera pour beaucoup au supplice Chinois.


    Pourtant, Harnoncourt a réussi un vrai prodige car son interprétation reflète comme un miroir toute l'ambiguïté de cette Création que l'on doit ranger dans le riche catalogue des oeuvres maçonniques. Le librettiste Van Swieten est en effet un maçon notoire, et il y a peu de doutes qu'il ait rallié Haydn – comme Mozart d'ailleurs- à ses idées. Or, tout au long du XVIIIe, la maçonnerie n'a jamais cherché à s'opposer aux croyances de l'Église mais au contraire à les moderniser. En accord avec l'esprit des Lumières, elle aurait tendance à considérer la croyance en Dieu non pas en tant que vérité révélée, mais comme une pure nécessité de la Raison. C'est exactement ce que fut la Création d'Harnoncourt ; et comme de juste, on en est ressorti probablement plus intelligent, mais pas exactement comblé.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 24/10/2000
    Eric SEBBAG

    La Création de Haydn avec l'Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam dirigé Nikolaus Harnoncourt.
    Cycle Orchestres du monde
    La Création (Die Schöpfung) de Joseph Haydn

    Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam
    Choeur Arnold Schoenberg de Vienne
    Erwin Ortner, chef de choeur

    Nikolaus Harnoncourt, direction
    Avec Dorothea Röschmann (soprano), Kurt Streit (ténor), Anthony Michaels-Moore (baryton).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com