altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck, avec la participation de la violoncelliste Sol Gabetta à l’Auditorium de Radio France, Paris.

Retour d’Allemagne
© Marco Borggreve

De retour à Paris après huit jours de tournée en Allemagne et Autriche, l’Orchestre philharmonique de Radio France montre encore une belle vigueur pour son dernier concert de l’année à l’Auditorium de la Maison de la Radio, avec en pièce de choix le rare Concerto pour violoncelle de Weinberg développé par Sol Gabetta.
 

Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
Le 21/12/2018
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La tournĂ©e a Ă©tĂ© intense et si mĂŞme les cors de l’Orchestre philharmonique de Radio France se montrent justes jusqu’à la dernière pièce du concert, ils prĂ©sentent parfois comme les bois une lĂ©gère fĂ©brilitĂ© dans certaines attaques ou tenues. Le fait est excusable quand l’on sait que la veille encore ils Ă©taient Ă  Hanovre, l’avant-veille au Gasteig de Munich, et depuis le 13 dĂ©cembre dans les plus grandes salles d’outre-Rhin pour interprĂ©ter toujours le mĂŞme programme, sauf Ă  la Philharmonie de Berlin ou au rare concerto de Weinberg a Ă©tĂ© privilĂ©giĂ© celui plus connu d’Elgar.

    Ce 21 dĂ©cembre au soir Ă  l’Auditorium de Radio France, L’Apprenti sorcier de Paul Dukas dĂ©bute le programme, bien traitĂ© dans sa matière par Mikko Franck, mais comme souvent avec ce chef dans la musique française, sans dĂ©veloppement marquĂ© de couleurs et d’éclat. La Valse de Ravel en fin de programme souffre de la mĂŞme carence, tandis que sa masse comme sa rigueur rythmique s’y montrent irrĂ©prochable. De la partition de Ravel ne reste donc que la densitĂ© orchestrale, car il semble difficile de dĂ©gager une vĂ©ritable vision de cette interprĂ©tation, malgrĂ© cette pièce pourtant puissante pour laquelle le compositeur citait notamment le « tournoiement fantastique et fatal Â» final, tout en refusant d’apposer l’ombre de la guerre pour expliciter le pessimisme de la partition dĂ©finitive.

    Mort et transfiguration donné juste avant est abordé avec le même prisme par un Mikko Franck que l’on aimerait un jour entendre triste, à défaut de ne déceler qu’à l’occasion, trop rarement, une nostalgie et une noirceur qui semblent pourtant percer lorsque l’on s’entretient avec lui. Ici et malgré cette fois une vraie coloration, à l’image des propositions du chef pour ses Elektra et Salomé trop brillantes en fosse à la Staatsoper de Vienne, le poème symphonique de Richard Strauss permet à l’orchestre de dégager toute la force de son groupe comme de ses parties, sans jamais atteindre un cataclysme là encore seulement symphonique dans la transfiguration, ni plus qu’une Mort portée sans fardeau vers le mode mineur.

    Outre le bis symphonique d’un prĂ©lude finlandais du compositeur Heino Kaski en fin de concert et celui de Pēteris Vasks au violoncelle accompagnĂ© par la voix de Sol Gabetta avant l’entracte, le vĂ©ritable moment d’intĂ©rĂŞt se produit dans le Concerto pour violoncelle de Weinberg. Les cordes abordent la partition de manière sombre pour s’associer Ă  la soliste argentine, bien qu’ici non plus ne se dĂ©gage pas la tension d’un Rostropovitch ou celle d’un Kondrachine audibles dans le premier enregistrement rĂ©alisĂ© de l’œuvre. Louons toutefois le fait d’avoir programmĂ© cet ouvrage autant que la qualitĂ© de son interprĂ©tation, avec une superbe atmosphère mĂ©ditative crĂ©Ă©e lors du troisième mouvement, Cadenza.




    Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
    Le 21/12/2018
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck, avec la participation de la violoncelliste Sol Gabetta à l’Auditorium de Radio France, Paris.
    Paul Dukas (1865-1935)
    L’Apprenti sorcier
    Mieczysław Weinberg (1919-1996)
    Concerto pour violoncelle et orchestre
    Sol Gabetta, violoncelle
    Richard Strauss (1864-1949)
    Tod und Verklärung
    Maurice Ravel (1875-1937)
    La Valse
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Mikko Franck

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com