altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 avril 2019

Reprise d’Otello de Verdi dans la mise en scène d’Andreï Serban , sous la direction de Bertrand de Billy à l’Opéra de Paris.

Maure pour elle
© Charles Duprat

Créée en 2004, la mise en scène d’Andrei Serban se dépouille un peu plus à chaque reprise, pour finalement ne plus déranger en rien aujourd’hui, et permettre au superbe duo principal de développer le drame, avec un Roberto Alagna de timbre idéal pour le rôle-titre, et l’excellente Aleksandra Kurzak dans celui de Desdemona.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 26/03/2019
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Carmen sans émoi

  • Lady Macbeth à moitié

  • La jeunesse de Manon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Une fois encore, l’équipe Lissner démontre sa capacité à réussir le répertoire, et si nous n’avons jamais véritablement apprécié le travail d’Andrei Serban sur l’avant-dernier opéra de Verdi d’après Shakespeare, l’épure apportée à cette reprise en 2019 laisse finalement ressortir le décor de Peter Pabst, comme tiré d’un tableau de De Chirico, ainsi qu’un jeu d’acteur bien revu et adapté à loisir par Roberto Alagna dans le rôle-titre. Seule la dernière scène avec son Otello en noir corbeau de mort amuse toujours, là où plus de concentration serait nécessaire pour développer l’intensité du meurtre.

    Intérêt majeur, le couple mauresque s’avère bien supérieur à ceux des dernières reprises. Tout d’abord grâce à l’Otello d’Alagna, en cette soirée d’avant-dernière particulièrement en forme scéniquement comme vocalement. À la flamme et la beauté du timbre qu’on lui connaît et qui ne vieillit pas, l’un des plus solaires possibles aujourd’hui pour porter ce rôle de ténor si tendu, s’ajoute une vaillance et une tenue de la ligne à toute épreuve. Aleksandra Kurzak s’est entretenue avec nous pour expliquer son développement de carrière vers des rôles moins légers qu’auparavant. Après sa Traviata déjà particulièrement intéressante en début de saison sur cette même scène, cette prise de rôle de Desdemona est une véritable réussite, tant l’éclat du timbre et la technique belcantiste s’adaptent à sa partition, jusqu’à une superbe prière suivie d’une Chanson du saule angélique.

    À la création, un jeune ténor du nom de Jonas Kaufmann tenait Cassio. Il chante maintenant Otello, et c’est aujourd’hui Frédéric Antoun qui tient à Paris avec brio le rôle du capitaine vénitien. Sa voix claire s’accorde au reste du plateau, avec un Rodrigo très bien projeté d’Alessandro Liberatore, différent dans la couleur du Montano de Thomas Dear. La seule démarcation dans le grave provient de George Gagnidze, Iago volumineux au timbre jamais assombri, ainsi que du Lodovico à la voix profonde de Paul Gay, qui permet d’asseoir la stature de l’ambassadeur de Venise.

    Le Chœur de l’Opéra de Paris préparé par José Luis Basso convainc par le style, mais manque encore de présence et de dynamique à la première scène, pour surtout intéresser au final de l’acte III. En fosse, Bertrand de Billy à peine monté sur le podium lance les forces de l’Orchestre de l’Opéra de Paris, vives dans les premières minutes avant de laisser percevoir des signes de faiblesse. Sa ferveur à soutenir l’action et le plateau paie cependant dans les instants les plus dynamiques, comme son attention à porter le flux lors des parties plus poétiques, dont les deux airs superbes d’une Kurzak que l’on attend maintenant ici la saison prochaine dans le rôle d’Elisabetta, face à son mari en Don Carlo.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 26/03/2019
    Vincent GUILLEMIN

    Reprise d’Otello de Verdi dans la mise en scène d’Andreï Serban , sous la direction de Bertrand de Billy à l’Opéra de Paris.
    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    Otello, opéra en quatre actes
    Livret de Arrigo Boito d'après Othello ou le Maure de Venise de Shakespeare

    Maîtrise des Hauts‑de‑Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris
    Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris
    direction : Bertrand de Billy
    mise en scène : Andrei Șerban
    décors : Peter Pabst
    costumes : Graciela Galán
    éclairages : Joël Hourbeigt
    préparation des chœurs : José Luis Basso

    Avec :
    Roberto Alagna (Otello), George Gagnidze (Jago), Frédéric Antoun (Cassio), Alessandro Liberatore (Roderigo), Paul Gay (Lodovico), Thomas Dear (Montano), Aleksandra Kurzak (Desdemona), Marie Gautrot (Emilia).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com