altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 aoűt 2019

Nouvelle production du Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam dans la mise en scène de Michel Fau, sous la direction de Sébastien Rouland à l’Opéra Comique à Paris.

Une excitante résurrection
© Stefan Brion

En partenariat avec l’Opéra de Rouen Normandie, la nouvelle production du Postillon de Lonjumeau est un événement : l’ouvrage n’avait plus été donné à l’Opéra Comique depuis 1894. Après Ciboulette de Raynaldo Hahn en 2013, Michel Fau revient Salle Favart avec une mise en scène éclatante au niveau visuel, servie par un Michael Spyres en grande forme.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 01/04/2019
Florent COUDEYRAT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 : Ĺ’dipe par KO

  • Bayreuth 2019 (2) : Sur la route

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les spectacles mis en scène par Michel Fau font dĂ©sormais partie des incontournables Ă  ne manquer sous aucun prĂ©texte, ce qui explique la foule venue en nombre salle Favart pour dĂ©couvrir Le Postillon de Lonjumeau (Ă©crit sans « g Â» en 1836). Cet ouvrage cĂ©lĂ©brĂ© tout au long du XIXe siècle et par trop dĂ©laissĂ© aujourd’hui, sĂ©duit par le talent mĂ©lodique et l’orchestration dĂ©licieusement passĂ©iste d’Adolphe Adam (1803-1856), un compositeur bien Ă©loignĂ© des innovations de son contemporain Berlioz.

    Parmi les plus grands succès de sa carrière figure précisément Le Postillon, dont s’empare Michel Fau avec maestria, moquant les naïvetés de l’ouvrage par une scénographie girly aux tons pastel. On est ainsi saisi dès le lever de rideau par la malice farfelue de la pièce montée qui occupe tout l’espace, permettant de se jouer habilement de l’exiguïté de la scène.

    De même, les toiles peintes modernisent astucieusement les scénographies Louis XV (période où se situe l’ouvrage) tout en revisitant l’univers floral campagnard en autant de variations enchevêtrées. Les éclairages directs dissimulés dans la rampe permettent de saisir chaque détail des splendides costumes à l’ancienne (là aussi discrètement modernisés), tandis que la minutie de la reconstitution n’en oublie pas perruques et maquillages, parfaitement réalisés dans l’esprit du XVIIIe siècle.

    Autour de cet écrin luxueux, la direction d’acteur apporte une sobriété bienvenue en contraste, tout en donnant davantage d’ampleur à la servante incarnée par Michel Fau, qui apparaît avec l’héroïne dans les mêmes atours, comme un double bienfaisant. Outre l’hilarité que procurent ses phrasés langoureux ou sa gestuelle empruntée, le comédien renforce opportunément le jeu théâtral lors des interventions féminines, tout en donnant de la crédibilité à la scène de la duperie dans le noir au III. On pourra dès lors regretter que l’aisance dramatique de Florie Valiquette, correcte, ne soit pas davantage à la hauteur de son partenaire. La Canadienne peine aussi à déployer sa petite voix au-delà de l’orchestre dans le parlé-chanté, tout en assurant mieux les airs avec son émission ronde et souple.

    Vivement applaudi en fin de représentation, Michael Spyres compose quant à lui un double-rôle irrésistible de fourberie, s’imposant à force de nuances dans les phrasés et d’aisance sur toute la tessiture. Privé d’air individuel, Franck Leguérinel affiche un abattage scénique de tous les instants (la mise en scène ayant la bonne idée de suggérer que Corcy en pince aussi pour le Postillon), tandis que Laurent Kubla compense graves insuffisants et faible projection par un jeu bien incarné.

    A la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, Sébastien Rouland se montre quelque peu timide en début de représentation, demandant manifestement à ses musiciens d’alléger les textures pour ne pas couvrir les chanteurs : on gagne en détails raffinés ce que l’on perd en électricité. Fort heureusement, l’ancien assistant de Marc Minkowski se reprend après la pause et donne davantage de vigueur à son geste. On notera seulement un départ raté dans la toute dernière scène, occasionnant un cafouillage vite rattrapé avec le plateau. La gravure prévue devrait compenser ces quelques imperfections, tout en faisant espérer une prochaine résurrection lyrique excitante : et pourquoi pas Giralda (1850) du même Adam, l’un de ses ouvrages les plus reconnus, encore inédit au disque ?




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 01/04/2019
    Florent COUDEYRAT

    Nouvelle production du Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam dans la mise en scène de Michel Fau, sous la direction de Sébastien Rouland à l’Opéra Comique à Paris.
    Adolphe Adam (1803-1856)
    Le Postillon de Lonjumeau, opéra-comique en trois actes (1836)
    Livret d’Adolphe de Leven et Léon-Lévy Brunswick
    Choeur accentus
    Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie
    direction : SĂ©bastien Rouland
    mise en scène : Michel Fau
    décors : Emmanuel Charles
    costumes : Christian Lacroix
    éclairages : Joël Fabing
    préparation des chœurs : Cécile Restier

    Avec :
    Michael Spyres (Chapelou / Saint-Phar), Florie Valiquette (Madeleine / Madame de Latour), Franck Leguérinel (Le Marquis de Corcy), Laurent Kubla (Biju / Alcindor), Michel Fau (Rose), Yannis Ezziadi (Louis XV), Julien Clément (Bourdon).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com