altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 avril 2019

Nouvelle production de Lady Macbeth du district de Mzensk de Chostakovitch dans une mise en scène de Krzysztof Warlikowski et sous la direction d’Ingo Metzmacher à l’Opéra de Paris.

Lady Macbeth à moitié
© Bernd Uhlig

Assurément l’un des événements de la saison 2018-2019 de l’Opéra de Paris, la nouvelle production de Lady Macbeth de Chostakovitch doit souffrir, en cette deuxième représentation, de l’annulation du spectacle après l’entracte, suite à une blessure d’Aušrine Stundyte, titulaire du rôle-titre. Un avatar qui repose la question des doublures dans les grandes maisons lyriques.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 09/04/2019
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Carmen sans émoi

  • Lady Macbeth à moitié

  • La jeunesse de Manon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il est 21h45 quand, au moment d’éteindre les lumières pour débuter la deuxième partie de Lady Macbeth à l’Opéra Bastille, une annonce est faite, mentionnant qu’Aušrine Stundyte, qui chante le rôle-titre de l’opéra de Chostakovitch, s’est blessée juste avant l’entracte. Une blessure a priori « sans gravité » mais nécessitant hospitalisation. Et alors que l’on s’attend, comme dans n’importe quelle maison de ce rang, à découvrir le nom de la doublure qui assurera la fin de la soirée, l’annulation pure et simple du spectacle est prononcée. Chacun jugera donc du bien-fondé d’un budget doublures pour les rôles principaux dans des salles accueillant 2700 spectateurs.

    Dans l’impossibilité d’assister à une autre représentation, nous nous contenterons d’évoquer les seuls deux premiers actes d’une production qui jusque-là ne nous avait pas emballé outre mesure. La faute essentiellement à la direction d’Ingo Metzmacher, jamais éruptive, qui refuse toute âpreté, toute violence à un ouvrage censé mettre l’auditeur sur des charbons ardents tout au long de ses quatre actes, au profit d’un trait large, quasi mahlérien, l’Orchestre de l’Opéra d’une subtilité inouïe dans les nuances lunaires, mais dont les tutti, arrondis et confortables, l’absence de tout aiguillon dans la culture sonore nuisent considérablement à la tension du spectacle.

    Une esthétique hédoniste fatale au compositeur soviétique que partage le chef allemand avec son confrère Hartmut Haenchen, au pupitre de la dernière production entendue in loco en 2009 à la fin de l’ère Mortier, dont la mise en scène de Martin Kušej était autrement percutante dans sa noirceur que le travail de Krzysztof Warlikowski présenté ce soir, efficace et glacial – un abattoir carrelé où pendent des carcasses de porcs – mais peu transcendant, notamment dans des vidéos sans nécessité dramaturgique clairement établie.

    Si le travail sur les corps, la sexualité torride de la relation Katerina-Sergueï fonctionne à plein, avec des chanteurs payant de leur personne dans des étreintes animales, l’entourage ne décolle guère sinon par la présence d’Aksinia en maîtresse d’un Boris n’arrivant plus à bander, tyran de pacotille dominé par sa belle-fille, une Katia très loin de l’oie blanche sur qui s’abattent toutes les injustices du monde. Mais la scène du viol et le passage à tabac de Sergueï ont déjà été traités avec une acuité bien supérieure, y compris dans ces murs.

    Pour conclure sur ce demi-spectacle frustrant par-delà son interruption, soulignons la solidité de la distribution, et au premier rang des hommes, du Boris génialement couard et magnifiquement projeté de Dmitry Ulyanov au Sergueï cow-boy, crâneur et en voix très séduisante de Pavel Černoch, en passant par le Zinoviy en canon à aigus de John Daszak et le Pope charbonneux et pantagruélique d’un bout à l’autre de la tessiture de Krzysztof Baczyk.

    Quant à Aušrine Stundyte, on répétera presque mot pour mot ce qu’on avait écrit sur sa Lady Macbeth lyonnaise : une présence incandescente, une défonce, un tempérament volcanique qui sont de vraies et rares qualités à la scène, et font partiellement oublier un timbre sans grâce, dur et blanc à la fois, idéal dans la seule vindicte quand l’élégie la trouve en rade de lumière, de douceur et surtout de jeunesse.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 09/04/2019
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de Lady Macbeth du district de Mzensk de Chostakovitch dans une mise en scène de Krzysztof Warlikowski et sous la direction d’Ingo Metzmacher à l’Opéra de Paris.
    Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
    Lady Macbeth du district de Mzensk, opéra en quatre actes (1934)
    Livret du compositeur et Alexander Preis d’après la nouvelle de Nikolaï Leskov

    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Ingo Metzmacher
    mise en scène : Krzysztof Warlikowski
    décors & costumes : Małgorzata Szcezęśniak
    éclairages : Felice Ross
    vidéo : Denis Guéguin
    préparation des chœurs : José Luis Basso

    Avec :
    Dmitry Ulyanov (Boris Timofeevich Ismaïlov), John Daszak (Zinoviy Borisovich Ismaïlov), Aušrine Stundyte (Katerina Lvovna Ismaïlova), Pavel Černoch (Sergueï), Sofija Petrovic (Aksinia), Krzysztof Baczyk (le Pope).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com