altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 aoűt 2019

Nouvelle production de Carmen dans une mise en scène de Florentine Klepper et sous la direction d'Adrien Perruchon à l’Opéra de Dijon.

Game over
© Gilles Abegg

Cette Carmen de l’Opéra de Dijon selon Florentine Klepper peine à s'extraire d'une production inégale où les ambitions d'une mise en scène axée sur l'univers des jeux vidéo noient les qualités d'un plateau dominé par la remarquable Antoinette Dennefeld et porté par la battue trop uniment énergique d’Adrien Perruchon.
 

Auditorium, Dijon
Le 23/05/2019
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 : Ĺ’dipe par KO

  • Bayreuth 2019 (2) : Sur la route

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En finira-t-on jamais avec Carmen ? Près de cent cinquante ans après sa crĂ©ation, la recette miracle opère toujours, les salles se remplissent de 9 Ă  99 ans. C'est au tour de Florentine Klepper de s'emparer d'un mythe qu'elle entend bien renouveler de fond en comble, quitte Ă  puiser dans l'univers très fermĂ© des adeptes des jeux vidĂ©o. On est ici dans une SĂ©ville rĂ©duite Ă  la dimension d'une boutique de jeu en rĂ©seau, dirigĂ©e par un Zuniga geek Ă  dreadlocks. Les dragons d'Alcala sont des gamers avec casque de rĂ©alitĂ© virtuelle sur les yeux, vĂ©ritables caricatures de jeunes avachis dans leur fauteuil, une main dans un seau Ă  pop-corn et l'autre sur un joystick.

    Carmen n'est pas la gitane à mantille qu'on trouve sur tous les clichés ; elle apparaît à Don José sous la forme d'un être entre réel et virtuel, moulée dans sa robe à sequins écarlates et apparaissant sous la forme d'un hologramme. On comprend sans peine la distance qui la sépare de la pauvre Micaëla, en robe rouge également – mais de triste feutrine bon marché. Cette dissymétrie parcourt la vision de Florentine Klepper et joue sur une analyse psychologique assez mince qui finit par s'épuiser avant la fin de la première partie. La révision des dialogues de Meilhac-Halévy donne aux personnages un sabir à la sauce jeune et branchée qui tourne souvent court et prête à sourire. Le tout sur fond d'écrans électroniques qui crépitent, sans faire oublier la pauvreté de la direction d'acteurs.

    La seconde partie s'enlise dans l'argument d'une troupe de contrebandiers grimés façon Avengers. Sans surprise, les taureaux andalous sont autant de monstres virtuels qu'il faut éliminer pour gagner la partie. Les amateurs de quadrilles en seront pour leurs frais, le joyeux défilé devenant une obscurité vaste et vide qui concentre l'intérêt sur Micaëla et Don José qui déplient un lit d'appoint – en préparation d'une piètre nuit de noces. Visiblement peu intéressé par cette perspective, le déserteur se réfugie une dernière fois dans son jeu vidéo et tue (virtuellement ?) son héroïne préférée.

    Il fallait à cette entreprise une direction musicale capable de secouer les lignes et porter un plateau qui aurait pu à lui seul faire oublier les errances de la mise en scène. Peine perdue, Adrien Perruchon, uniformément énergique, fouette l'Orchestre de Dijon Bourgogne sans se soucier vraiment de trouver une adéquation avec la scène ou une synchronisation satisfaisante.

    Par bonheur, la voix d'Antoinette Dennefeld vient verser un jour plus réjouissant. Sa Carmen est souple et affûtée, à défaut d'en faire des tonnes. La netteté de la ligne et la tenue du phrasé donnent envie de l'entendre un jour en… Mélisande. Annoncé souffrant, le Don José de Georgy Vasiliev fait de son mieux pour sauver les meubles. Après une première intervention élégante et raffinée, la voix d'Elena Galitskaya (Micaëla) perd en éclat dans la seconde partie.

    David Bizic est un Escamillo relativement banal de projection et de timbre, éclipsé par le Zunega ténébreux et sonore de Sévag Tachdjian. La Frasquita pétulante de Norma Nahoun s'accorde parfaitement à la légèreté de la Mercédès de Yete Queyroz. De belles qualités également chez Kaëlig Bocher (Dancaïre) et l'élégant Remendado d'Enguerrand de Hys, sans oublier les chœurs de l'Opéra de Dijon et surtout la Maîtrise, réjouissants de présence et de jeu.




    Auditorium, Dijon
    Le 23/05/2019
    David VERDIER

    Nouvelle production de Carmen dans une mise en scène de Florentine Klepper et sous la direction d'Adrien Perruchon à l’Opéra de Dijon.
    Georges Bizet (1838-1875)
    Carmen, opéra-comique en 4 actes (1875)
    Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d'après la nouvelle de Prosper Mérimée

    Maîtrise de Dijon
    Chœurs de l’Opéra de Dijon
    Orchestre Dijon Bourgogne
    direction : Adrien Perruchon
    mise en scène : Florentine Klepper
    décors : Martina Segna
    costumes : Adriana Westerbarkey
    Ă©clairages : Bernd Purkrabek
    création vidéo : Heta Multanen
    préparation des chœurs : Anass Ismat

    Avec :
    Antoinette Dennefeld (Carmen), Georgy Vasiliev (Don José), David Bizic (Escamillo), Elena Galitskaya (Micaëla), Norma Nahoun (Frasquita), Yete Queiroz (Mercédès), Kaëlig Boché (Dancaïre), Enguerrand de Hys (Remendado), Sévag Tachdjian (Zuniga), Aimery Lefevre (Moralès).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com