altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 juin 2019

Stabat Mater de Rossini sous la direction de Domingo Hindoyan Ă  la Philharmonie de Paris.

Sans souffrance ni douleur

Pour un concert composé de l’unique Stabat Mater de Rossini, la Philharmonie de Paris invite un quatuor de solistes duquel ressort la basse Roberto Tagliavini et la soprano Sonya Yoncheva, épaulés par le Chœur de Radio France et bien accompagnés par l’Orchestre de Chambre de Paris, dirigé sans spiritualité mais avec attention par Domingo Hindoyan.
 

Philharmonie, Paris
Le 28/05/2019
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Chaudron sorcier

  • Esprit d'escalier

  • Forces vives

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En 2015, JesĂşs LĂłpez Cobos dirigeait pour la première fois Ă  la Philharmonie de Paris le Stabat Mater de Rossini. Depuis, le chef espagnol est mort, et c’est aujourd’hui le vĂ©nĂ©zuĂ©lo-suisse Domingo Hindoyan qui s’attèle Ă  l’œuvre. Mais si le premier y avait dès la première note dĂ©veloppĂ© la spiritualitĂ© en mĂŞme temps qu’une splendide retenue, le jeune chef ne s’accorde qu’a agencer l’ensemble, sans y exprimer de particularitĂ©.

    L’Orchestre de Chambre de Paris affiche une belle concentration et justesse, jusque dans ses cuivres, et une belle coloration aux bois, avec une mention pour les flûtes et le hautbois. Le Stabat Mater dolorosa introductif laisse s’exprimer le quatuor vocal et le Chœur de Radio France, bien préparé par Martina Batic, sans exprimer lui non plus particulièrement plus qu’une belle aménité dans cet ouvrage religieux.

    Du quatuor se démarque immédiatement la soprano bulgare Sonya Yoncheva, physiquement fatiguée par sa grossesse, mais d’une puissance vocale intègre, en même temps que ressort à chacune de ses interventions la splendeur de son timbre. Elle surpasse Chiara Amarù au Duetto, tant par la profondeur des graves que par l’éclat de l’aigu, même si la mezzo-soprano ne dépare jamais véritablement du groupe et tient très précisément toutes ses parties.

    L’Inflammatus emporte encore plus loin la beauté du chant de Yoncheva, toujours très audible dans les deux parties suivantes, notamment le Quartetto, chanté a cappella seulement par les solistes, et non avec le chœur comme habituellement. Celso Albelo expose un léger vibrato dans le Cujus animam, fait d’un chant engagé jusqu’à un contre réb lancé avec vaillance et atteint sans problème.

    Des hommes ressort pourtant surtout Roberto Tagliavini, très peu souriant en cette soirée, et dont les graves portés dès l’Introduzione se retrouvent pleinement associés à un Pro peccatis retenu. Le Finale n’amène pas avec lui un excès d’intensité, mais conclut une proposition lyrique du Stabat Mater de Rossini sans souffrance ni douleur.




    Philharmonie, Paris
    Le 28/05/2019
    Vincent GUILLEMIN

    Stabat Mater de Rossini sous la direction de Domingo Hindoyan Ă  la Philharmonie de Paris.
    Gioacchino Rossini (1792-1868)
    Stabat Mater
    Sonya Yoncheva, soprano
    Chiara AmarĂą, mezzo-soprano
    Celso Albelo, ténor
    Roberto Tagliavini, basse
    Chœur de Radio France
    préparation : Martina Batic
    Orchestre de chambre de Paris
    direction : Domingo Hindoyan

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com