altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 aoűt 2019

Nouvelle production de Grandeur et Décadence de la ville de Mahagonny de Weill dans une mise en scène d'Ivo van Hove et sous la direction d'Esa-Pekka Salonen au festival d’Aix-en-Provence 2019.

Aix 2019 (2) :
DĂ©cadence majeure

© Pascal Victor / Artcompress

Ivo van Hove se prend les pieds dans le tapis avec Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny, mis en scène avec une démonstration assez creuse d'effets et de messages bien pensants. La direction symphonique d'Esa-Pekka Salonen tourne le dos à un plateau assez moyen, duquel émerge Karita Mattila en véritable bête de scène.
 

Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence
Le 15/07/2019
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 (4) : Un hommage erratique

  • Salzbourg 2019 (3) : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 (2) : Transcendant Mozart

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les scènes françaises ont tendance Ă  trop solliciter des metteurs en scène qu'elles ignoraient il y a encore quelques annĂ©es. Le cas d'Ivo van Hove est particulièrement Ă©loquent, passant du statut d'homme de théâtre quasi inconnu Ă  celui de star qui n'hĂ©site pas Ă  donner son avis dans les polĂ©miques sociales et politiques – au risque de passer Ă  cĂ´tĂ© des sujets qu'il est censĂ© illustrer. Après le succès de sa SalomĂ© amstellodamoise, on eut un Boris et un Don Giovanni très dĂ©cevants. Pour Mahagonny, il tord le bras au livret de Brecht en tentant d'assĂ©ner un message social façon bulldozer… mais sans oser jouer dans le rĂ©pertoire théâtral qui faisait le gĂ©nie de Calixto Bieito dans la mĂŞme Ĺ“uvre Ă  l'OpĂ©ra des Flandres.

    On reste au milieu du gué, entre des moyens vidéos utilisés à outrance et un résultat d'une platitude assez insignifiante. La scène vide imite le studio de cinéma avec des murs verts où les effets spéciaux sont reproduits par incrustation d'images. Le va-et-vient du regard entre l'écran et la scène finit par lasser, y compris lorsqu'on actionne d'immenses ventilateurs – trucage facile pour l'irruption de l'ouragan. Les personnages sont caractérisés sans grand relief, avec une économie notable dans la direction d'acteurs et l'inventivité.

    Placé sous la direction d'Esa-Pekka Salonen, le Philharmonia Orchestra dévore littéralement un plateau, à l'exception – notoire – du remarquable Chœur Pygmalion. Cette opulence symphonique met en danger l'équilibre fosse-scène et ne laisse surnager que des voix capables d'exprimer une réelle personnalité. Peu aidé par une dramaturgie peu subtile, les voix sont contraintes dans l'ensemble à forcer pour pouvoir surnager.

    À ce jeu, beaucoup se brûlent les ailes… à commencer par le couple Jenny-Jim incarné par Annette Dasch et Nikolai Schukoff. La première n'a guère à offrir qu'une ligne étroite et sans couleurs, tandis que le second chante invariablement fort, avec un timbre sans nuances. Ni Alan Oke (Fatty), ni surtout Willard White (Moses) ne parviennent à imposer des moyens désormais réduits à une peau de chagrin. Fort heureusement, Karita Mattila (Leokadja) illumine un plateau qu'elle semble secouer et tenir à bout de bras.




    Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence
    Le 15/07/2019
    David VERDIER

    Nouvelle production de Grandeur et Décadence de la ville de Mahagonny de Weill dans une mise en scène d'Ivo van Hove et sous la direction d'Esa-Pekka Salonen au festival d’Aix-en-Provence 2019.
    Kurt Weill (1900-1950)
    Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny, opéra en trois actes
    Livret de Bertolt Brecht, assisté d’Elisabeth Hauptmann, Caspar Neher et Kurt Weill

    Chœur Pygmalion
    Philharmonia Orchestra
    direction : Esa-Pekka Salonen
    mise en scène : Ivo van Hove
    scénographie & éclairages : Jan Versweyveld
    costumes : An d’Huys
    vidéo : Tal Yarden
    préparation des chœurs : Richard Wilberforce

    Avec :
    Karita Mattila (Leokadja Begbick), Alan Oke (Fatty, der "Prokurist"), Sir Willard White (Dreieinigkeitmoses), Annette Dasch (Jenny Hill), Nikolai Schukoff (Jim Mahoney), Sean Panikkar (Jack O’Brien / Tobby Higgins), Thomas Oliemans (Bill), Peixin Chen (Joe), Kristina Bitenc, Cathy-Di Zhang, Thembinkosi Magagula, Maria Novella Malfatti, Leonie Van Rheden, Veerle Sanders (Six Filles de Mahagonny).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com