altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 aoűt 2020

Clôture du 3e festival de la Fondation Luigi Nono en l’église du Rédempteur de Venise.

L’expérience de l’éternité
© DR

Point d’orgue du 3e festival de la Fondation Luigi Nono, l’exécution de la dernière œuvre du compositeur vénitien donne une idée de l’éternité à travers son écriture atomisée, dans une partition pour deux violons d’une incroyable densité, truffée de silences, laissant entrevoir l’infinitésimal dans le cadre acoustique fabuleux de l’église du Redentore.
 

Chiesa del Santissimo Redentore, Venezia
Le 13/10/2019
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Disparu le 8 mai 1990 Ă  l’âge de 66 ans, Luigi Nono laissait orphelin le monde de la crĂ©ation musicale contemporaine. Sa veuve, fille d’Arnold Schoenberg, n’a cessĂ© depuis d’entretenir sa mĂ©moire. Nuria Nono-Schoenberg, âgĂ©e de 87 ans et aujourd’hui aidĂ©e de ses deux filles Silvia et Serena, dirige depuis sa crĂ©ation en 1993 l’Archivio Luigi Nono situĂ© sur l’île de la Giudecca, au sud de Venise, face aux Zattere oĂą le compositeur, vĂ©nitien pure souche, avait vu le jour.

    Depuis 2017, l’Archivio propose un petit festival ramassĂ© sur un week-end avec de nombreuses mĂ©diations, expositions et confĂ©rences autour de la musique de « Gigi Â». Cette troisième Ă©dition, dĂ©diĂ©e aux Ĺ“uvres appuyĂ©es sur des textes en espagnol, se terminait ce dimanche Ă  21h par un concert en l’église du RĂ©dempteur, dans la puretĂ© des colonnes de pierre blanche conçues après la terrible Ă©pidĂ©mie de peste de 1576 par Palladio, et couverte sur les six chapelles latĂ©rales de sa nef de magnifiques toiles de Bassano, Tintoret et VĂ©ronèse.

    Le cérémonial entourant cet événement dans la cité des Doges, nécessitant de prendre le vaporetto de nuit pour traverser le canal de la Giudecca, prépare déjà à des conditions d’écoute hors du commun. L’ancien maire de Venise Massimo Cacciari, philosophe et ami de Nono, introduit d’abord l’esthétique des dernières œuvres du compositeur, et plus spécifiquement de Hay que caminar… soñando.

    Cette ultime partition (1989) pour deux violons, d’un dĂ©pouillement franciscain, dont les trois parties se signalent par un dĂ©placement spatial des instrumentistes, offre le visage le plus nu de l’univers sonore du compositeur. BasĂ©e sur la rĂ©vĂ©lation d’une phrase inscrite sur le mur d’un cloĂ®tre Ă  Tolède : « Caminantes, no hay caminos, hay que caminar Â» (Vous qui marchez, il n'y a pas de chemins, il n'y a qu'Ă  cheminer), elle symbolise l’invitation Ă  trouver sa propre voie spirituelle, Ă  inventer sa route.

    Créé par deux membres du Quatuor Arditti, dédié à Tatiana Grindenko et Gidon Kremer, l’ultime chef-d’œuvre, excellement défendu ce soir par deux violonistes issus du conservatoire de Turin (Giulia Pecora et Li Xinyu), est une invitation à la méditation, à l’écoute de l’infinitésimal, d’une résonance fournie par l’église du Redentore si riche de perspectives en comparaison des enregistrements discographiques dans des studios assez secs.

    Le discours, basé sur la scala enigmatica de Verdi, se fait essentiel de la première à la dernière note, jamais une tournure purement cérébrale, chaque intervention dénuée de vibrato remplie d’arrière-plans sensoriels et chromatiques, musique vénitienne par essence, toute de scintillements lagunaires, d’attente, de gestes furtifs bousculant une intériorité fascinante dans de longs silences qui sont autant de béances décuplées d’un horizon partagé entre lumière maritime éclatante et ruelles sinueuses sous-éclairées, reflets de textures sans cesse renouvelées.

    Une authentique expérience musicale sans facilités d’écriture (pas le moindre pizz au cours de cette demi-heure), seulement perturbée par les bruits environnants : grincements des bancs par un public gigoteur, lointaine rumeur du canal de la Giudecca, ronron des moteurs qui l’empruntent et ressac de l’Adriatique sur le quai. La sensation de devoir affronter le vide (ce dernier sol grave dont la lueur vacille, abolissant temps et espace), récompensée par un avant-goût d’éternité.




    Chiesa del Santissimo Redentore, Venezia
    Le 13/10/2019
    Yannick MILLON

    Clôture du 3e festival de la Fondation Luigi Nono en l’église du Rédempteur de Venise.
    Luigi Nono (1924-1990)
    Hay que caminar… soñando (1989)
    Giulia Pecora & Li Xinyu, violon

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com