altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 janvier 2020

Nouvelle production de Die tote Stadt de Korngold dans une mise en scène de Simon Stone et sous la direction de Kirill Petrenko à l’Opéra de Munich.

Mort Ă  Munich
© Wilfried Hösl

Coproduite avec Bâle, la mise en scène de Simon Stone pour La Ville morte de Korngold actualise le propos par le biais d’un traitement schizophrénique et de références cinématographiques. Peu couverte en Suisse, la production est remise en lumière à Munich par la prise de rôle de Jonas Kaufmann et la direction très détaillée de Kirill Petrenko.
 

Nationaltheater, MĂĽnchen
Le 01/12/2019
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Biennale Quatuors 2020 (2) : Les Modernes

  • Biennale Quatuors 2020 (1) : Les Patrons

  • Musique des sphères

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • ComposĂ© par un jeune homme de vingt-trois ans La Ville morte est dĂ©jĂ  un chef-d’œuvre. CrĂ©Ă© en mĂŞme temps Ă  Cologne et Hambourg en 1920, avant d’être quelque peu mis de cĂ´tĂ©, l’ouvrage revient ces dernières annĂ©es dans le monde entier autant qu’en Allemagne, oĂą après Francfort et plus rĂ©cemment Dresde, il bĂ©nĂ©ficie d’un regain de visibilitĂ© cette saison grâce Ă  la prise de rĂ´le de Jonas Kaufmann Ă  Munich.

    Annoncé par lui parmi quatre rôles à venir, Paul était le plus tendu, et donc le meilleur pour préparer le ténor à Tristan, dont on sait que la Bayerische Staatsoper a prévu une nouvelle production la saison prochaine. Au moins, Kaufmann ne reste-t-il ici jamais sur la réserve et évite-t-il la surutilisation de sa mezza-voce, pour un acte I difficile et souvent à la limite de la justesse, mais toujours porté par une véritable ferveur. Plus doux, les deux suivants conviennent mieux à sa voix et à son timbre, splendide dans le duo et l’air final.

    En véritable bête de scène, tout particulièrement dans la poursuite labyrinthique de l’acte médian sur le plateau tournant de Ralph Myers, Kaufmann trouve face à lui une superbe artiste par le charisme de Marlis Petersen. La soprano, très souvent intégrée aux productions dirigées par Kirill Petrenko depuis Lulu dans cette même salle, tient avec sa fougue habituelle une Marietta séduisante autant que provocante.

    Elle trouve ici un superbe aplomb, en malade lorsqu’elle se trouve en habit d’hôpital, le crâne rasé afin de remettre lorsqu’elle le souhaite la perruque des cheveux de la morte dont elle est la copie. Plus terne, le Frank d’Andrzej Filonczyk marque moins, là où l’on préfère la Brigitta plus vaillante de Jennifer Johnson ainsi que ses deux amies, très attirantes Juliette de Mirjam Mesak et Lucienne de Corinna Scheurle. Le chœur n’est pas en reste, surtout celui des enfants, excellemment préparé et intégré à la scène.

    Dans un mélange d’années 1980 (les costumes de Mel Page et la chambre de Polaroïd en guise de mausolée de Marie) et d’années 2000 au regard de l’écran plat du salon, la proposition de Simon Stone utilise l’idée de la maladie et de quelques références cinématographiques – les affiches de Blow Up, de Pierrot le Fou. De ces liens servant comme chez Warlikowski de toile de fond ressort une action resserrée sur les deux amants et une intéressante proposition sur la schizophrénie et le rapport au réel, bien développés par les doubles de Marie et l’incertitude de nombreuses situations.

    Mais pour s’accorder parfaitement à cette vision, il aurait fallu une direction soit tendue et noire, soit très anguleuse, à l’opposé de celle seulement magnifique de clarté et de détails de Kirill Petrenko. Dès l’ouverture, le chef traite surtout le matériau symphonique de Korngold dans son caractère étincelant, comme s’il s’agissait d’une partition de Schreker. On oublie donc l’émotion et l’élan global, pour une mise en avant d’instants souvent magnifiques pris isolément, avec un Bayerisches Staatsorchester étalant ses meilleures couleurs.

    En cette soirée où l’on vient d’apprendre la mort du grand chef de l’Orchestre de la Radio bavaroise Mariss Jansons, la musique de cette Ville morte reste pour tous un sublime lien à la vie.




    Nationaltheater, MĂĽnchen
    Le 01/12/2019
    Vincent GUILLEMIN

    Nouvelle production de Die tote Stadt de Korngold dans une mise en scène de Simon Stone et sous la direction de Kirill Petrenko à l’Opéra de Munich.
    Erich Wolfgang Wolfgang (1897-1957)
    Die tote Stadt, opéra en trois tableaux
    Livret de Paul Schott (Julius Korngold) d’après le roman de Georges Rodenbach Bruges-la-Morte

    Chor der Bayerischen Staatsoper
    Kinderchor der Bayerischen Staatsoper
    Bayerisches Staatsorchester
    direction : Kirill Petrenko
    mise en scène : Simon Stone
    décors : Ralph Myers
    costumes : Mel Page
    Ă©clairages : Roland Edrich
    préparation des chœurs : Stellario Fagone

    Avec :
    Jonas Kaufmann (Paul), Marlis Petersein (Marietta), Andrzej Filonczyk (Frank ; Fritz), Jennifer Johnson (Brigitta), Mirjam Mesak (Juliette), Corinna Scheurle (Lucienne), Manuel GĂĽnther (Victorin, Gaston), Dean Power (Graf Albert).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com