altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 avril 2020

Concerts du Quatuor Borodine et Quatuor David Oïstrakh à la Cité de la Musique, Paris.

Biennale Quatuors 2020 (3) :
Les Russes

© Emil-Matveev

À un soir d’intervalle, les Quatuors Oïstrakh et Borodine livrent leurs interprétations de Beethoven et Chostakovitch avec un résultat largement en faveur du premier, beaucoup plus convaincant dans la vigueur et l’exceptionnelle niveau de ses musiciens, là où la formation historique se montre cette fois plus terne que véritablement sombre.
 

Cité de la Musique, Paris
Le 15/01/2020
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans sa neuvième annĂ©e seulement, le Quatuor David OĂŻstrakh s’affiche dĂ©jĂ  clairement comme l’un des plus grands ensembles pour quatuor Ă  cordes, tant par la vigueur du son que par l’extrĂŞme qualitĂ© de chacun des instrumentistes, Ă  commencer pour le premier violon, Andrey Baranov.

    Le concert débute pourtant sur une œuvre très complexe, le Quatuor n° 4 de Chostakovitch, extrêmement personnel car composé en secret, alors que le compositeur vient de subir un interdit d’exécution de la majorité de ces partitions par le régime. Beaucoup moins sombre que le Quatuor Borodine, le Quatuor David Oïstrakh interprète cependant ce compositeur dans une pleine tradition russe, avec une mélancolie particulière pour l’Andantino.

    Le premier Allegretto (troisième mouvement) montre la même ligne, jamais noircie sans être pour autant légère, à l’opposé de l’interprétation le lendemain du Sixième Quatuor du même compositeur, cette fois par le Quatuor Borodine. Là, l’exceptionnelle glace du Quatuor n° 8 de 2016, ou la froide tension du Quinzième en 2018, sont occultées pour ne laisser qu’un rendu toujours obscur, à défaut de n’être plus que terne.

    À une journée du Quatuor David Oïstrakh, l’interprétation des Borodine pâlit d’autant plus que les premiers ont en seconde partie de leur concert joué de manière encore plus puissante le Neuvième, op. 117, avec un premier violon encore plus marquant sur le vibrato du premier Adagio, en plus du violoncelle d’Alexey Zhilin, particulièrement prenant au second.

    La comparaison pour Beethoven penche également vers les premiers, car jamais les Borodine ne parviennent à exalter le l’Opus 18 n° 1, là où les Oïstrakh s’amusent à chaud avec le troisième du même opus. En guise de complément de programme, cette formation propose Six danses populaires roumaines de Bartók magnifiquement exécutées, dans une transcription qui donne presque autant de place au premier violon que dans la célèbre transcription pour violon et piano.

    Le Quatuor Borodine revient quant à lui en seconde partie à un Deuxième Quatuor de Borodine, déjà exécuté en 2014 lors de la biennale, pour aujourd’hui réussir à mieux l’exploiter que les pièces de la première moitié, sans non plus quitter un jeu trop peu contrasté pour parvenir à magnifier la danse du Scherzo, ni le Notturno de l’Andante porté par le violoncelle.

    Au jeu des bis, les Oïstrakh achèvent de conquérir l’auditoire, d’abord avec un sublime et superbement expressif Adagio Cantabile du Quatuor n° 1 de Tchaïkovski, puis avec une malicieuse Polka de Chostakovitch, là où l’autre ensemble russe propose également ce compositeur fétiche, pour un Prélude du film Les Amis, réalisé en 1938 par Lev Arnstam.




    Cité de la Musique, Paris
    Le 15/01/2020
    Vincent GUILLEMIN

    Concerts du Quatuor Borodine et Quatuor David Oïstrakh à la Cité de la Musique, Paris.
    14/01/2020
    Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
    Quatuor à cordes n° 4 en ré majeur, op. 83
    Quatuor à cordes n° 9 en mib majeur, op. 117
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Quatuor à cordes n° 3 en ré majeur, op. 18 n° 3
    BĂ©la BartĂłk (1881-1945)
    Six Danses populaires roumaines
    Quatuor David OĂŻstrakh
    Andrey Baranov, violon I
    Rodion Petrov, violon II
    Fedor Belugin, alto
    Alexey Zhilin, violoncelle

    15/01/2020
    Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
    Quatuor à cordes n° 6 en sol majeur, op. 101
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Quatuor à cordes n° 1 en fa majeur, op. 18 n°1
    Alexandre Borodine (1833-1887)
    Quatuor à cordes n° 2 en ré majeur
    Quatuor Borodine
    Ruben Aharonian, violon I
    SergueĂŻ Lomovsky, violon II
    Igor Naidin, alto
    Vladimir Balshin, violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com