altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 aoűt 2020

Nouvelle production de La Dame blanche de Boieldieu dans une mise en scène de Pauline Bureau et sous la direction de Julien Leroy à l’Opéra Comique, Paris.

Le retour de Boieldieu
© Christophe Raynaud de Lage

En partenariat avec les opéras de Limoges et Nice Côte d’Azur, l’Opéra Comique célèbre le retour de La Dame blanche de Boieldieu, l’un des plus grands succès de son histoire autour de la mise en scène délicieuse de Pauline Bureau, bien servie par l’ensemble des interprètes, au premier rang desquels une superlative Elsa Benoit dans le rôle d’Anna.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 20/02/2020
Florent COUDEYRAT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quatrième plus grand succès de l’histoire de l’OpĂ©ra-Comique après Carmen, Manon et Mignon, le plus cĂ©lèbre des ouvrages lyriques de Boieldieu fait son retour salle Favart, un peu plus de vingt ans après la dernière production confiĂ©e Ă  Jean-Louis Pichon. La partition avait d’abord Ă©tĂ© exhumĂ©e en 1997 par Marc Minkowski dans un enregistrement ERATO qui fait encore rĂ©fĂ©rence aujourd’hui, autant pour sa superbe distribution que sa direction enlevĂ©e.

    On retrouve cette fois dans la fosse un spécialiste du répertoire contemporain en la personne de Julien Leroy. Retenez bien son nom car c’est là la révélation d’un jeune surdoué, capable de prendre l’exact contre-pied de Minkowski pour embrasser une lecture allégée et fluide, qui sait respirer pour mieux se réveiller ensuite dans les passages enlevés.

    Cet écrin de raffinement apporte beaucoup à la musique de Boieldieu, dont la fine rythmique et l’inspiration mélodique entêtantes doivent autant à Mozart que Rossini et Cimarosa – et ce malgré une orchestration souvent trop prévisible. C’est peut-être plus encore son instinct dramatique qui culmine dans les ensembles d’une apparente simplicité, à la manière d’un Grétry : la scène finale de la vente aux enchères est sans conteste le sommet de la partition, digne des plus grands maîtres précités.

    Le livret de Scribe, tiré d’ouvrages gothiques de Walter Scott alors en vogue, apparaît moins simpliste qu’il n’y parait au premier abord, ce dont se saisit Pauline Bureau en opposant habilement la gaieté du monde populaire au I et les arrogances aristocratiques plus sombres de Gaveston au II, sur fond de merveilleux avec l’apparition de la Dame Blanche. On craint pourtant d’emblée le pire en découvrant la scénographie qui fait la part belle à une illustration classique de l’action, avant d’être peu à peu convaincu par ce travail astucieux qui marie premier et second degrés avec finesse, aidée par des vidéos malicieuses et quelques effets volontiers bon enfant.

    Le plateau réuni relève le pari d’une double compétence théâtrale et vocale, indispensable à la réussite du projet. Encore peu connue malgré ses succès au Bayerische Staatsoper, Elsa Benoit reçoit un triomphe mérité, tant pour sa musicalité rayonnante et ses moyens opulents que son abattage scénique énergique. A ses côtés, Philippe Talbot séduit par son timbre clair tout aussi radieux, même si les accélérations mettent à mal la diction, avec des graves plus timides.

    On pourra faire le même reproche à Jérôme Boutillier, qui parvient toutefois à donner beaucoup de noirceur à son Gaveston, bien aidé par des nuances de phrasé toujours aussi pertinentes de finesse. Malgré un timbre un peu voilé avec les années, Yann Beuron donne toujours autant de plaisir par son aisance et son naturel, de même que la puissante Sophie Marin-Degor, à qui on reprochera seulement quelques heurts dans les passages de registre. Enfin, la toujours parfaite Aude Extrémo fait valoir la rondeur de ses graves bien déployés, de même qu’un superlatif Yoann Dubruque.

    Très sollicité tout du long, le chœur de chambre Les Eléments, basé à Toulouse, assure bien sa partie, malgré quelques infimes décalages dans les passages plus ardus. Un détail à l’échelle de ce spectacle très réussi, dont les mélodies de Boieldieu résonnent encore très longtemps dans la tête après leur audition.




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 20/02/2020
    Florent COUDEYRAT

    Nouvelle production de La Dame blanche de Boieldieu dans une mise en scène de Pauline Bureau et sous la direction de Julien Leroy à l’Opéra Comique, Paris.
    François-Adrien Boieldieu (1775-1834)
    La Dame blanche, opéra en en trois actes (1825)
    Livret d’Eugène Scribe d’après Le Monastère et Guy Mannering ou l'Astrologue de Walter Scott.

    Les Éléments
    Orchestre National d’Île-de-France
    direction : Julien Leroy
    mise en scène : Pauline Bureau
    décors : Emmanuelle Roy
    costumes : Alice Touvet
    Ă©clairages : Jean-Luc Chanonat
    vidéo : Nathalie Cabrol
    préparation des chœurs : Joël Suhubiette

    Avec :
    Elsa Benoit (Anna), Sophie Marin-Degor (Jenny), Aude Extrémo (Marguerite), Philippe Talbot (Georges Brown), Jérôme Boutillier (Gaveston), Yann Beuron (Dickson), Yoann Dubruque (Mac Irton), Matthieu Heim (un paysan), Stephan Olry, Vincent Billier, Jean-Baptiste Henriat (gens de justice), Alban Guyon (Gabriel), Lionel Codino (comédien).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com