altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 03 décembre 2020

Première à l’Opéra de Vienne d’Eugène Onéguine de Tchaïkovski dans la mise en scène de Dmitri Tcherniakov, sous la direction de Tomáš Hanus.

Avant que le rideau ne retombe
© Michael Pöhn / Wiener Staatsoper

Trois jours avant l’annonce, dans la foulée de la décision parisienne, du reconfinement de la population autrichienne, l’Opéra de Vienne avait à peine le temps d’afficher pour la première fois deux représentations d’Eugène Onéguine dans la production modèle de Dmitri Tcherniakov, au cours d’une belle soirée de routine musicale.
 

Staatsoper, Wien
Le 28/10/2020
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Une femme fatale

  • Avant que le rideau ne retombe

  • Saint François SDF

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La saison 2020-2021 de l’OpĂ©ra de Vienne n’aura pas fait long feu après la dĂ©cision du chancelier autrichien Sebastian Kurz de reconfiner Ă  son tour sa population. Ce mercredi, le Staatsoper donnait donc dans ses murs la deuxième reprĂ©sentation seulement de la cĂ©lèbre production Tcherniakov d’Eugène OnĂ©guine, Ă©trennĂ©e au BolchoĂŻ en 2006, vue et captĂ©e Ă  Paris deux ans plus tard, sous la direction d’Alexander Vedernikov qui, triste coĂŻncidence, vient de succomber au Covid-19.

    Une mise en scène dont la transposition juste et percutante fonctionne à plein, grâce une fabuleuse direction d’acteurs, toujours aussi riche de mille élans contradictoires chez des personnages de chair et d’états d’âme, et où le moindre figurant se voit confier un rôle dramaturgique précis. Une puissance théâtrale qui s’appuie sur la solitude de Tatiana, adossée immobile à sa chaise dans le tourbillon de joie des convives attablés.

    Comment oublier en outre cette Olga qui pleure bien tard Lenski, après avoir gaspillé leurs derniers instants ensemble à chercher une boucle d’oreille égarée ? La grande salle à manger tenant lieu de décor unique se pare au III des fastes de l’ascension sociale de Tatiana, sous un énorme lustre brillant de mille feux, face à un Onéguine pathétique, rejeté sans ménagement par les mondains qui n’avaient naguère d’yeux que pour lui.

    Les forces musicales offrent en comparaison une forme de routine. Une synchronisation moyenne avec le chœur (philharmonique slovaque) – voire défaillante avec Olga – donne l’impression d’une reprise plutôt qu’une première au Wiener Staatsoper, d’autant que la direction de Tomáš Hanus s’avère plutôt cyclothymique, entre volonté de produire du drame électrisant – duo final – et premier chœur quasi ahané, air de Lenski truffé de silences. Et si les Wiener souffrent du placement des bois en bloc à gauche du chef, dont la battue les incite à surnuancer, on se délecte de ce hautbois d’une infinie mélancolie, de ce cor si trouble de désir contrarié.

    Le plateau bénéficie du Lenski au beau lyrisme classique et très nuancé de Bogdan Volkov (qui chante aussi, et en russe, les couplets de Triquet), face à l’Onéguine plein de morgue mais un rien monochrome d’Andrè Schuen, tous deux ayant été déjà vus ensemble dans Così en août à Salzbourg. Arrivée tard sur la production, Nicole Car brille surtout dans le haut du registre en Tatiana au médium parfois trop couvert, aux piani en arrière et à l’élocution floue.

    Grémine encore jeune mais sans vrai rayonnement de Dimitri Ivaschchenko, Larina d’Helene Schneiderman et Filippievna de Larissa Diadkova aux belles individualités de timbre (la Niania surtout) mais aux émissions pas idéalement assorties, Olga sans histoire d’Anna Goryachova complètent cette soirée précédant le retour, sur la façade de l’Opéra de Vienne, de l’inscription lumineuse Stumm (muet), symbole de nouveaux abîmes d’incertitude culturelle.




    Staatsoper, Wien
    Le 28/10/2020
    Yannick MILLON

    Première à l’Opéra de Vienne d’Eugène Onéguine de Tchaïkovski dans la mise en scène de Dmitri Tcherniakov, sous la direction de Tomáš Hanus.
    Piotr Ilitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
    Eugène Onéguine, scènes lyriques en trois actes et sept tableaux (1879)
    Livret du compositeur et Konstantin Chilovski d’après Pouchkine

    Slowakischer Philharmonischer Chor
    Orchester der Wiener Staatsoper
    direction : Tomáš Hanus
    mise en scène et décors : Dmitri Tcherniakov
    costumes : Maria Danilova
    Ă©clairages : Gleb Filtchinsky
    préparation des chœurs : Jozef Chabron

    Avec :
    Helene Schneiderman (Larina), Nicole Car (Tatiana), Anna Goryachova (Olga), Larissa Diadkova (Fillipievna), Andrè Schuen (Eugène Onéguine), Bogdan Volkov (Lenski), Dimitri Ivaschchenko (Prince Grémine), Dan Paul Dumitrescu (Zaretski), Eduard Wesener (Monsieur Triquet).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com