altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 décembre 2022

Nouvelle production du Coq d’or de Rimski-Korsakov dans une mise en scène de Barrie Kosky et sous la direction de Daniele Rustioni à l’Opéra de Lyon.

L'absurde au lit du Tsar
© Jean-Louis Fernandez

Aucun pouvoir magique ne viendra sauver la production pourtant très attendue du Coq d'or : après l'annulation au festival d'Aix-en-Provence 2020, c'est cette fois l'occupation de l'Opéra de Lyon qui prive les spectateurs de cet ultime bijou lyrique de Rimski. Fort heureusement, la captation permettra au moins de voir ce spectacle sur nos écrans.
 

Opéra national, Lyon
Le 20/05/2021
Florent COUDEYRAT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le jouisseur

  • Noces d’essai

  • L’art difficile du pĂ©plum

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après des mois de sevrage de spectacle vivant, il faudra encore attendre pour fouler les marches de l'OpĂ©ra de Lyon, occupĂ© par une poignĂ©e d'Ă©tudiants en arts inquiets pour leur avenir. Si la direction avait soutenu ce mouvement dans un premier temps, elle se retrouve aujourd'hui empĂŞtrĂ©e dans un conflit qui s'enlise du fait de revendications aussi longues qu'un catalogue Ă  la PrĂ©vert.

    En attendant, le public doit se contenter des écrans pour découvrir le quinzième et dernier opéra de Rimski-Korsakov, achevé en 1907 au soir de sa vie. La musique scintillante puise une fois encore son inspiration vers l'Orient, avec un conte satirique adapté autant par Pouchkine que Washington Irving (Les Contes de l'Alhambra), qui moque la crédulité d'un monarque bedonnant et vieillissant, ancien conquérant militaire désormais occupé à ses seuls plaisirs.

    C'est là l'occasion de dénoncer un pouvoir absolutiste tsariste à bout de souffle, qui n'a pas hésité à réprimer par le sang les révoltes de 1905, sans parvenir dans le même temps à maintenir l'intégrité territoriale du pays dans sa guerre face au Japon. Pour autant, la censure ne s'y trompe pas et demande des coupures auxquelles le compositeur se refuse : le spectacle ne sera joué qu'après sa mort, malheureusement amputé. Aujourd'hui, l'ouvrage retrouve les faveurs de la scène en dehors de la Russie, notamment en 2017 à la Monnaie avec la drôlissime production de Laurent Pelly.

    À Lyon, Barrie Kosky choisit d'évacuer une grande part de la charge comique irrévérencieuse, très présente au I, pour donner à son monarque les allures d'un Roi Lear perdu dans la lande, tel un fou balayant l'air avec son épée à la recherche d'ennemis invisibles. Don Quichotte est aussi convoqué avec un superbe cheval mécanique, animé à vue à la manière des machines de l'île de Nantes. Moqué par le livret, le peuple crédule et passif n'est pas épargné en revêtant d'improbables masques équestres, qui renforcent l'atmosphère de rêve absurde que privilégie le metteur en scène australien.

    Très plastique, sa scénographie revisite à l'envi un décor unique pendant toute la représentation, donnant à imaginer plus qu'à voir la cruauté des scènes de guerre (la pendaison des deux fils en est ainsi une image forte), au moyen autant des éclairages très variés que des costumes farfelus : strass et paillettes s'invitent plusieurs fois dans cette production délirante qui n'oublie pas les artifices de la danse, également très présente.

    Cette optique bénéficie de la présence animale de Dmitry Ulyanov (Le tsar Dodon) qui occupe la scène pendant la quasi-totalité de la représentation : ses moyens vocaux, autour d'une articulation et d'une projection idéales, lui valent une chaleureuse et méritée accolade de Barrie Kosky au moment des saluts. À ses côtés, l'autre grand atout du spectacle vient de la stratosphérique Nina Minasyan, dont le rôle de la reine de Chemakha semble avoir été écrit pour elle : autant l'interprétation vénéneuse que l'aisance vocale sur toute la tessiture donnent beaucoup de plaisir tout du long.

    Les rôles secondaires sont tous parfaits, même si on note, par rapport à la production de Pelly, une interprétation moins haute en couleurs. Cette remarque vaut aussi pour la direction élégante et allégée de Daniele Rustioni, qui lisse les angles en une lecture un rien trop extérieure. C'est là la seule réserve concernant ce spectacle très réussi, que l'on pourra retrouver à Aix-en-Provence en juillet, avec les mêmes interprètes.




    Opéra national, Lyon
    Le 20/05/2021
    Florent COUDEYRAT

    Nouvelle production du Coq d’or de Rimski-Korsakov dans une mise en scène de Barrie Kosky et sous la direction de Daniele Rustioni à l’Opéra de Lyon.
    Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
    Le Coq d’or, opéra en en trois actes (1906-1907)
    Livret de Vladimir I. Bielski, d'après le conte éponyme (1834) d’Alexandre Pouchkine

    Chœur de l'Opéra de Lyon
    Orchestre de l'Opéra de Lyon
    direction : Daniele Rustioni
    mise en scène : Barrie Kosky
    décors : Rufus Didwiszus
    costumes : Victoria Behr
    Ă©clairages : Franck Evin
    chorégraphie : Otto Pichler
    dramaturgie : Olaf A. Schmitt

    Avec :
    Dmitry Ulyanov (Le tsar Dodon), Andrey Popov (L'astrologue), Mischa Schelomianski (Polkan), Nina Minasyan (La reine de Chemakha), Margarita Nekrasova (Amelfa), Andrey Zhilikhovsky (Le tsarévitch Aphron), Maria Nazarova (La voix du Coq d'or), Vasily Efimov (Tsar Guidon), Wilfried Gonon (Le Coq d'or).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com