altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 décembre 2018

René Jacobs dirige les Madrigaux guerriers et amoureux de Monteverdi au Théâtre des Champs-Élysées.

René Jacobs, va-t-en-guerre amoureuse
© Eric Sebbag

Dépassant le projet de ce Huitième Livre, vitrine de la production profane de Monteverdi étalée sur trente années d'activités à Mantoue, puis Venise, René Jacobs fait des Madrigaux guerriers et amoureux un spectacle d'opéra. Une transgression dont personne ne se plaindra tant le projet théâtral y est évident.

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 07/11/2000
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme le titre des Madrigaux le souligne, il y a "guerre d'amour" et même au delà, guerre totale. Au gré d'une évocation toute bruissante de rumeurs, de fureur et qui n'a nul besoin de mise en scène, tant les mots révèlent les fièvres et les désarrois des êtres, en proie au vertige des notes.

    Par instants, on serait tenté de penser que le chef flamand est seulement attentif à l'urgence du drame. Mais l'impression s'évanouit, devant l'attaque du Hor ch'el Ciel' e la Terra, qui tourne au nocturne enchanteur et intemporel, ou face à l'aveu voluptueux de la Lettre amoureuse (en fait, empruntée au Septième Livre) où le mezzo intimiste de Marisa Martins vibre et se déchire, sous le poids des affetti.

    Aussi bien, est-il impossible de résister à un tel foisonnement de couleurs, de rythmes, de traits douloureux ou concitato(agité). Et l'on n'oubliera pas de sitôt un Combattimento qui se fait retable liturgique et où flamboie le testo(narrateur) visionnaire de Victor Torrès. Non plus que l'incendie qui consume Ardo Avvampo dans un tourbillon d'images follement descriptives, attractives.

    Ultime réussite d'une soirée qui aura confirmé les exceptionnelles intuitions monteverdiennes de René Jacobs, avec la complicité d'un "concert" vocal où l'excellence est de mise à tous les pupitres et d'un orchestre, somptueusement repensé en l'occurrence. Une liberté que le maître d'oeuvre justifie par les vastes dimensions du Théâtre des Champs-Elysées, sans préjudice pour un son "d'époque" qui reste l'un de ses soucis majeurs.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 07/11/2000
    Roger TELLART

    René Jacobs dirige les Madrigaux guerriers et amoureux de Monteverdi au Théâtre des Champs-Élysées.
    Claudio Monteverdi : Madrigali guerrieri ed amorosi (Livre VIII)
    Concerto Vocale
    René Jacobs, direction musicale
    Avec Salomé Haller, Maria Cristina Kiehr, (sopranos), Bernarda Fink, Marisa Martins (mezzo-sopranos), Christophe Laporte (contre-ténor), Mario Zeffiri, Kobie van Rensburg (ténors), Victor Torrès, (baryton), Antonio Abete, Renaud Delaigue (basses).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com