altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 octobre 2021

Concert de la violoncelliste Celine Flamen et du violoniste Gordan Nikolić au festival de Salon-de-Provence 2021.

Salon 2021 (2) :
Couleurs de l’Est

© AurĂ©lien Gaillard

Au Temple protestant de Salon-de-Provence, le violoniste Gordan Nikolić et la violoncelliste Celine Flamen emmènent le public vers l’Europe de l’Est de la première moitié du XXe siècle, d’abord par le Duo n° 1 H157 du Tchèque Bohuslav Martinů, puis avec celui un peu mieux connu en ré mineur op. 7 du Hongrois Zoltán Kodály.
 

Temple, Salon-de-Provence
Le 04/08/2021
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Vaisseau prend l'eau

  • Guillaume Tell Ă  distance

  • Le grand pardon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ă€ quelques centaines de mètres du château oĂą sont jouĂ©s les grands concerts du festival appelĂ© jusqu’en 2016 Musique Ă  l’EmpĂ©ri, dans le petit Temple de Salon-de-Provence, deux artistes proposent en fin de journĂ©e les duos pour violon et violoncelle de deux figures majeures d’Europe de l’Est : Bohuslav MartinĹŻ et Zoltán Kodály.

    Le premier a écrit deux ouvrages pour ces instruments, mais malgré un programme court d’à peine quarante-cinq minutes, seul le premier, H157, a été retenu. Nous entrons donc dans le monde du Tchèque par sa pièce en seulement deux mouvements, dont le premier, Praelidium, en forme d’Andante moderato, présente deux musiciens en parfait accord de tempo, moins évidents dans le jeu par leurs différences de sonorités comme de styles.

    Le violoncelle de Celine Flamen applique une belle chaleur, surtout dans le registre grave, mais avec un archet sans grand délié, donc souvent trop legato pour véritablement accrocher sur cette musique, qui tend alors plus vers le romantisme de l’ouest que vers les contrées moraves. Partenaire privilégiée de Gordan Nikolić ces dernières années et souriante en fin de concert, elle affiche comme le violoniste pendant les interprétations un visage fermé, qui semble cacher quelques difficultés à emmener les œuvres dans la même direction.

    Le Rondo du duo de Martinů creuse encore plus l’écart entre les deux musiciens, l’expression de l’ancien premier violon du Chamber Orchestra of Europe puis du London Symphony Orchestra surpassant clairement celle de la violoncelliste. Car si Celine Flamen ne démérite pas, le début du duo de Kodály, Allegro serioso, expose aussi des différences interprétatives dès le petit thème échangé d’un archet à l’autre, d’une clarté de discours bien supérieure au violon.

    Puis quelques grimaces lors d’un passage difficile dans le Maestoso e largamente ne trompent pas, quand Nikolić semble à l’inverse vouloir développer plus, sans pouvoir appliquer le rubato qu’il insère alors seulement sur ses parties solos. Malgré tout, le fait d’entendre ces œuvres ravit et le public en redemande tant qu’après quatre allers-retours pour saluer, les deux musiciens portés par les applaudissements se résignent de bon cœur à jouer, avec la partition sur un seul iPad partagé, le Finale de la Sonate M.73 de Maurice Ravel.




    Temple, Salon-de-Provence
    Le 04/08/2021
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de la violoncelliste Celine Flamen et du violoniste Gordan Nikolić au festival de Salon-de-Provence 2021.
    Bohuslav MartinĹŻ (1890-1983)
    Duo H157 n° 1
    Zoltán Kodály (1882-1967)
    Duo en ré mineur, op. 7
    Gordan Nikolić, violon
    Celine Flamen, violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com