altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 octobre 2021

Nouvelle production de La Force du destin de Verdi dans une mise en scĂšne de Gianni Santucci et sous la direction de Renato Palumbo Ă  l’OpĂ©ra Royal de Wallonie-LiĂšge.

Force et destinée
© OpĂ©ra royal de Wallonie-LiĂšge

Dans une mise en scĂšne trĂšs classique aux superbes dĂ©cors, La Force du Destin trace Ă  LiĂšge son chemin Ă  coup d’arias et de pistolets, oĂč une distribution de qualitĂ© s’attĂšle Ă  dĂ©velopper la partition de Verdi. PortĂ©e par la Leonora de Siri, la musique bĂ©nĂ©ficie aussi de la fosse, traitĂ©e d’un geste particulier par la direction de Renato Palumbo.
 

Opéra Royal de Wallonie, LiÚge
Le 19/09/2021
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Vaisseau prend l'eau

  • Guillaume Tell Ă  distance

  • Le grand pardon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans sa note de programme, le metteur en scĂšne Gianni Santucci assume une mise en scĂšne lĂ©gĂšre. Inutile alors de revenir ici sur un combat dans lequel LiĂšge n’est jusqu’à prĂ©sent jamais entrĂ©, celui de dynamiser le propos par l’image, puisque l’ancien directeur, Stefano Mazzonis di Pralafera, s’en est toujours Ă©loignĂ©. RĂ©cemment arrivĂ©, Stefano Pace fera sans doute Ă©voluer l’idĂ©e, mais en attendant, on trouve pour le premier opĂ©ra de la saison wallonne, La Forza del destino, une production dont ressort seulement l’extrĂȘme qualitĂ© des dĂ©cors de Gary Mc Cann.

    Dans des costumes classiques, les chanteurs Ă©voluent sans grand traitement dramaturgique, bien malmenĂ© dans le duel entre Alvaro et Don Carlo, normalement Ă  l’épĂ©e et ici vaguement au pistolet, dont pas un coup de feu ne sort, tandis que les deux chanteurs se dĂ©robent par le cĂŽtĂ©. Aucune grande scĂšne n’est particuliĂšrement dĂ©veloppĂ©e pour cet opĂ©ra verdien jouĂ© ici dans son habituelle version milanaise de 1869, avec des artistes toujours de face pour chanter.

    Alors on profite de ce pour quoi nous sommes lĂ  : la musique, avec pour commencer une fosse dont l’orchestre est entraĂźnĂ© par le chef, Renato Palumbo, fluide et Ă©nergique dĂšs la Sinfonia. Par lui, l’accompagnement se montre toujours adaptĂ©, solaire dans la scĂšne bohĂ©mienne de Preziosilla, tendu dans les moments de destinĂ©e. Plus mesurĂ© pour les parties religieuses, il redevient dynamique dans l’action, sans jamais mettre son plateau en difficultĂ©, en plus de toujours dĂ©velopper avec attention les soli des instrumentistes.

    Sur scĂšne, le chƓur ravit dĂšs ses HolĂ  du II, puis Ă  la scĂšne d’église, malheureusement un peu ridiculisĂ©e par la proposition scĂ©nique, au point de rendre le Fra Melitone d’Enrico Marabelli peu drĂŽle, alors qu’il semblait vouloir s’y atteler. Preziosilla retrouve avec Nino Surguladze la rĂ©cente Amneris des lieux, moins agile pour endiabler en bohĂ©mienne, bien que le timbre soit agrĂ©ablement colorĂ© sur tout le spectre. Michele Pertusi offre un Padre Guardiano charismatique au grave parfaitement posĂ©, bien contrastĂ© avec celui plus chaleureux du Melitone.

    Du trio de tĂȘte, le Don Alvaro de Marcelo Álvarez tient sans fĂ©rir toute sa partie, toujours un peu en force, mais sans aucune difficultĂ©, mĂȘme dans un Vita Ăš inferno bien engagĂ©. Don Carlo permet Ă  Simone Piazzola d’enchaĂźner les grands airs, d’abord sans grande portĂ©e, puis de plus en plus exaltĂ©, notamment dans Morir au III. Mais s’il ne faut en garder qu’une, c’est vers MarĂ­a JosĂ© Siri que l’on se tournera. La premiĂšre aria de sa Leonora prĂ©sente une voix encore peu rĂ©chauffĂ©e, mais Sono giunta montre la puissance du spinto de la soprano, qui dĂ©ploie toute sa fougue au dernier acte, pour un Pace, pace mio Dio dont la derniĂšre phrase tient en un souffle, superbement filĂ©e.




    Opéra Royal de Wallonie, LiÚge
    Le 19/09/2021
    Vincent GUILLEMIN

    Nouvelle production de La Force du destin de Verdi dans une mise en scĂšne de Gianni Santucci et sous la direction de Renato Palumbo Ă  l’OpĂ©ra Royal de Wallonie-LiĂšge.
    Giuseppe Verdi (1813-1883)
    La Forza del destino, opéra en 4 actes
    Livret de Francesco Maria Piave d’aprùs le drame musical Don Avaro o la fuerza del sino du Duc de Rivas

    ChƓurs et Orchestre de l’OpĂ©ra Royal de Wallonie-LiĂšge
    direction : Renato Palumbo
    mise en scĂšne : Gianni Santucci
    décors : Gary Mc Cann
    costumes : Fernand Ruiz
    Ă©clairages : Alex Brok
    prĂ©paration des chƓurs : Denis Segond

    Avec :
    Marcelo Álvarez (Don Alvaro), María José Siri (Donna Leonora di Vargas), Simone Piazzola (Don Carlo di Vargas), Michele Pertusi (Il Padre Guardiano), Enrico Marabelli (Fra Melitone), Nino Surguladze (Preziosilla), Maxime Melnik (Trabuco), Alexei Gorbatchev (Il Marchese di Calatrava), Angélique Noldus (Curra), Bernard Aty Monga Ngoy (Un Alcade), Benoßt Delvaux (Un Chirurgo).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com