altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 novembre 2021

Nouvelle production de Stiffelio de Verdi dans une mise en scène de Bruno Ravella et sous la direction d'Andrea Sanguineti à l'Opéra national du Rhin.

Le grand pardon
© Klara Beck

À Strasbourg, l'Opéra du Rhin propose en première française Stiffelio de Verdi, avec un plateau vocal dominé par Jonathan Tetelman (Stiffelio) et Hrachuhí Bassénz (Lina). La direction d'Andrea Sanguineti donne à l'Orchestre symphonique de Mulhouse la carrure pour accompagner ce drame romantique entre fidélité et trahison.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 12/10/2021
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Ecce homo

  • Conte cruel de la jeunesse

  • SĂ©cession alpestre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Stiffelio est un opĂ©ra très rare qui tomba dans l'oubli et dut attendre 1968 pour revoir le jour au Teatro Regio du Parme. Dernier ouvrage des annĂ©es de galère du compositeur, l'Ĺ“uvre succède Ă  Luisa Miller et prĂ©cède la cĂ©lèbre trilogie Rigoletto-Trouvère-Traviata dont l'ombre finit par faire disparaĂ®tre Stiffelio… sans parler de la censure qui fit pression pour modifier un sujet Ă©voquant un pasteur dont l'Ă©pouse le trompe avec un homme abusant de sa crĂ©dulitĂ©.

    Ledit pasteur du rôle-titre est fondateur et dirigeant de la secte protestante imaginaire des Ashavériens installée près de Salzbourg au XIXe siècle. Sa femme Lina le trompe avec un nobliau local, Raffaele di Leuthold, provoquant chez Stiffelio une colère qui ébranle ses convictions et manque de le faire basculer dans une vengeance contraire à sa foi. La mise en scène de Bruno Ravella force le trait pour confondre la communauté des Ashavériens avec celle des Amish, dont l'austérité est montrée dans un vaste décor au milieu duquel la communauté se presse dans une église en simple maison de planches.

    À l'arrière gronde un très métaphorique orage, annonciateur des tourments et des crises, avec au dernier acte l'église-arche de Noé sur des flots noirs. Les fidèles veulent lapider l'épouse infidèle mais Stiffelio parvient à les retenir au dernier moment et à accorder son pardon, avec ses faux airs d’Eli Sunday dans le film There Will Be Blood – référence explicite avec la croix taillée à même le mur de l'église en bois.

    Dans la fosse, Andrea Sanguineti dirige avec un soin amoureux une partition qui, redisons-le, appartient tout entière au très bon Verdi, et l’Orchestre symphonique de Mulhouse y sonne glorieusement. Le Chœur de l’Opéra national du Rhin se montre lui aussi à la hauteur de l’enjeu, en ce 10 octobre qui marque aussi l’anniversaire du compositeur natif de Busseto. Le chef italien donne aux forces en fosse et sur scène une carrure confortable qui sait jouer avec l'énergie et le brio des pupitres pour élever le discours dans un flux tendu de sentiments et d'effets.

    Le rôle-titre est tenu par Jonathan Tetelman qui fait ses débuts à Strasbourg et dans cet opéra. Sans atteindre les Domingo et Carreras dont le disque a su conserver le souvenir, la prestation du ténor américain laisse entendre des aigus qui passent en force mais servent une ligne dramaturgique très affirmée. La Lina véhémente et contrastée de Hrachuhí Bassénz surprend par une projection qui exprime une présence remarquable d'un bout à l'autre de l'ouvrage.

    Dario Solari n'a pas la surface vocale suffisante pour se hisser à cette hauteur d'expression ; son Stankar reste dans une dimension très univoque malgré l'épaisseur du rôle. Önay Köse (Jorg) et Tristan Blanchet (Raffaele) complètent de belle manière ce plateau avec des caractères de composition, respectivement opposés dans la bonté et la veulerie.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 12/10/2021
    David VERDIER

    Nouvelle production de Stiffelio de Verdi dans une mise en scène de Bruno Ravella et sous la direction d'Andrea Sanguineti à l'Opéra national du Rhin.
    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    Stifellio, opéra en trois actes (1850)
    Livret de Francesco Maria Piave d’après Émile Souvestre et Eugène Bourgeois

    Chœur de l'Opéra national du Rhin
    Orchestre symphonique de Mulhouse
    direction : Andrea Sanguineti
    mise en scène : Bruno Ravella
    DĂ©cors et costumes : Hannah Clark
    Ă©clairages : Malcolm Rippeth
    préparation des chœurs : Alessandro Zuppardo

    Avec :
    Jonathan Tetelman (Stiffelio), Hrachuhí Bassénz (Lina), Dario Solari (Stankar), Tristan Blanchet (Raffaele), Önay Köse (Jorg).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com