altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 novembre 2021

Concert de l’Orchestre de la Philharmonie de l’Elbe NDR sous la direction d’Alan Gilbert, avec la participation de la soprano Renée Fleming au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Synesthésie et bipolarité
© Andrew Eccles

Belle démonstration de couleurs et de puissance pour le concert de tournée de l’orchestre de la Philharmonie de l’Elbe au Théâtre des Champs-Élysées. Dans les Poèmes pour Mi de Messiaen, Renée Fleming distille son timbre légendaire tandis que le Bruckner d’Alan Gilbert radicalise la tradition instaurée jadis par Günter Wand à Hambourg.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 22/10/2021
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Ecce homo

  • Conte cruel de la jeunesse

  • SĂ©cession alpestre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis son Ă©loignement des scènes d’opĂ©ra, la soprano RenĂ©e Fleming privilĂ©gie les rĂ©citals ou les premières parties de concerts symphoniques. Une tournĂ©e avec l’orchestre de la Philharmonie de l’Elbe (ex Orchestre de la NDR Hamburg) est l’occasion pour l’AmĂ©ricaine de remettre sur le mĂ©tier les Poèmes pour Mi de Messiaen qu’elle avait enregistrĂ©s en 2011 avec son compatriote Alan Gilbert dĂ©sormais chef principal de cette formation.

    Depuis le premier rang du premier balcon, la voix de la chanteuse garde une belle présence. En revanche, la prononciation s’est presque complément évaporée. Les textes écrits par le compositeur s’évanouissent de ce fait. Faut-il regretter ce mélange candide d’un amour ardent pour sa première femme et d’une foi qui ne l’a jamais quitté ? Quoi qu’il en soit, Renée Fleming psalmodie avec ferveur et émerveille par sa capacité à produire avec précision les couleurs si essentielles à l’art d’Olivier Messiaen. Une synesthésie partagée par Alan Gilbert qui tisse délicatement une trame très lumineuse.

    Le choix de la Quatrième Symphonie de Bruckner pour la seconde partie du concert renvoie aux souvenirs de l’ère de Günter Wand. À la tête de la formation pendant les années 1980, le chef allemand a très fréquemment dirigé un Bruckner solennel et très articulé. La lecture d’Alan Gilbert se veut sans doute plus animée avec un soin manifeste à suivre strictement à la lettre les indications du compositeur.

    Il peut compter sur de somptueux pupitres de cordes, très virtuoses dans la division de l’écriture des parties qui leur sont dévolues. Les cuivres ont toujours ces couleurs typiques évoquant les brumes fumées du Nord. La petite harmonie se montre à la fois plus impersonnelle et surtout plus irrégulière dans l’intonation. De leur fait, l’Andante souffre d’un déficit poétique comme les passages les plus retenus des autres mouvements.

    Il faut dire à leur décharge que Gilbert se plaît à marquer magistralement les oppositions de masses comme si la partition ne recelait que deux nuances dynamiques, piano et fortissimo. Seul l’ample crescendo du Finale, très réussi, vient tempérer une interprétation à l’authenticité certaine mais à la bipolarité réductrice.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 22/10/2021
    Thomas DESCHAMPS

    Concert de l’Orchestre de la Philharmonie de l’Elbe NDR sous la direction d’Alan Gilbert, avec la participation de la soprano Renée Fleming au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Olivier Messiaen (1908-1992)
    Poèmes pour Mi (1937)
    Renée Fleming, soprano
    Anton Bruckner (1824-1896)
    Symphonie n° 4 en mib majeur « Romantique Â» (1878-1880)
    NDR Elbphilharmonie Orchester
    direction : Alan Gilbert

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com