altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 08 décembre 2022

Création mondiale des Éclairs de Philippe Hersant dans une mise en scène de Clément Hervieu-Léger et sous la direction d’Ariane Matiakh à l’Opéra Comique, Paris.

Éclairs sans foudre
© Stefan Brion

Les Éclairs est l’occasion d’une nouvelle manière pour Philippe Hersant, d’une simplicité naïve qui offre une prosodie parfaite pour une très belle équipe de chanteurs. Jean Échenoz passe sous les fourches caudines de l’opéra, y laissant un peu de subtilité tout en conservant son humour. Le tout fidèlement servi par la mise en scène de Clément Hervieu-Léger.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 02/11/2021
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Said Music

  • Le jouisseur

  • Noces d’essai

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D’un roman sans aucun dialogue faire un livret d’opĂ©ra. Telle est la gageure de Jean Échenoz avec son propre livre, Des Ă©clairs, qui romance la vie du gĂ©nial inventeur Nikola Tesla, père du courant alternatif et amoureux des pigeons, immigrĂ© serbe aux États-Unis. L’opĂ©ra retranche et ajoute Ă  l’intrigue et aux personnages, en particulier avec un second personnage fĂ©minin, Betty, une journaliste, « la première dans la profession Â», dont la situation et le discours ne s’accordent pas vraiment aux annĂ©es 1880.

    Le personnage principal, Gregor (Nikola Tesla), apparaĂ®t dans ce « drame joyeux Â» beaucoup plus positif que dans le roman, dans un monde plus manichĂ©en Ă©galement. Ce livret d’opĂ©ra se dĂ©ploie de manière ultra-classique, dans un style très XIXe, en concordance avec l’époque des faits, avec alternance de solos, duos et ensemble sous forme de courtes scènes, comme des numĂ©ros.

    Le livret était déjà écrit quand Philippe Hersant a accepté d’en composer la musique pour l’Opéra Comique. Auteur de plusieurs œuvres scéniques, il a pris la mesure de ce qui s’apparente presque à un scénario de film. Recourant à de courtes cellules rythmiques qui traversent les scènes de manière parfois répétitive, le compositeur semble avoir à cœur de donner une impression de vitesse.

    Une orchestration légère avec une quarantaine de musiciens fait la part belle aux bois et aux cuivres, magnifiquement joués le Philharmonique de Radio France sous la baguette fluide d’Ariane Matiakh. Des citations appuyées (Nouveau monde de Dvořák), populaires (musique des Balkans, chants de Noël), une imitation des styles jazzy ou de la comédie musicale sont utilisées avec une simplicité déconcertante, dans la recherche assez réussie d’une certaine naïveté américaine.

    Cet orchestre laisse la préséance au chant. Le recours à des tessitures réduites favorise une compréhension parfaite du texte souvent tourné en alexandrins libres. L’absence de tensions vocales permet un lyrisme lumineux pour les femmes – superbes Marie-Andrée Bouchard-Lesieur et Elsa Benoit – mais rend les rôles masculins trop lisses, en dépit des qualités des interprètes, à l’exception peut-être du très noir Thomas Edison (excellent André Heyboer). La même simplicité prévaut pour le chœur (Aedes, parfait) qui intervient dans l’action ou la commente. On peut regretter cette nouvelle manière du compositeur qui nous avait habitué à une écriture chorale autrement inventive.

    Clément Hervieu-Léger a pris toute la mesure du fondu-enchaîné requis. Une skyline naïve, quelques passerelles ou parties de décors coulissantes suffisent à rendre l’action limpide. Une direction d’acteur précise, des costumes très justes inscrivent l’opéra dans notre imaginaire. En revanche, les éclairages semblent privilégier le noir, ce qui surprend pour une histoire d’électricité. Les quelques expériences ne sont pas vraiment électrisantes ou horrifiantes, la faute aussi à des bruitages paresseux et une musique très figurative dans ces passages.

    En définitive, l’humour typique d’Échenoz qui transparaît dans les trois premiers actes donne son individualité à ce nouvel opéra. Au IV, une mélancolie sourde se glisse dans le lyrisme parfaitement porté par l’interprète principal, le baryton Jean-Christophe Lanièce qui semble rejoindre les pigeons dans la lumière.




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 02/11/2021
    Thomas DESCHAMPS

    Création mondiale des Éclairs de Philippe Hersant dans une mise en scène de Clément Hervieu-Léger et sous la direction d’Ariane Matiakh à l’Opéra Comique, Paris.
    Philippe Hersant (*1948)
    Les Éclairs, drame joyeux en quatre actes
    Livret de Jean Echenoz d’après son roman Des éclairs

    Création mondiale

    Chœur Aedes
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Ariane Matiakh
    mise en scène : Clément Hervieu-Léger
    décors : Aurélie Maestre
    costumes : Caroline de Vivaise
    Ă©clairages : Bertrand Couderc
    son : Jean-Luc Ristord

    Avec :
    Jean-Christophe Lanièce (Gregor), Marie-Andrée Bouchard-Lesieur (Ethel Axelrod), François Rougier (Norman Axelrod), Elsa Benoit (Betty), André Heyboer (Edison), Jéröme Boutillier (Parker).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com