altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 aoűt 2022

Concert de l’Ensemble intercontemporain sous la direction de Matthias Pintscher à la Cité de la musique, Paris.

Procession automnale
© Eric Garault

Autour de Three Places in New England de Ives, le programme de novembre de l’Ensemble intercontemporain coproduit avec le Festival d’Automne offre au public français de découvrir Kronos-Kryptos de Crumb, pour quintette à percussion, puis la longue Prozession d’Enno Poppe, étirée par la direction ample de Matthias Pintscher.
 

Cité de la Musique, Paris
Le 05/11/2021
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2022 (4) : VillazĂłn fait son cinĂ©ma

  • Salzbourg 2022 (3) : Seule parmi la foule

  • Salzbourg 2022 (2) : Sortie de Purgatoire

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • PrĂ©vu pour dĂ©buter par l’ouvrage de Charles Ives, le programme de novembre de l’Ensemble intercontemporain place finalement les Three Places in New England au centre et ouvre avec le quintette pour percussions d’un autre AmĂ©ricain, celui-ci encore vivant. Aujourd’hui âgĂ© de 92 ans, George Crumb a composĂ© Kronos-Kryptos il y a seulement trois annĂ©es, pour une crĂ©ation par les Lincoln Center Chambers Players en 2019.

    Aujourd’hui présentée en création française, la pièce d’une vingtaine de minutes associe tous types de percussions, disposées en un large arc de cercle sur la scène de la Cité de la musique, avec au centre Matthias Pintscher. En quatre tableaux, issus d’une partition inachevée débutée pour sept instrumentistes, le titre à traduire par Secret du temps développe une première partie marquée par les traits de crotales, puis s’étale dans la deuxième avec les cloches et gamelans avant d’exploser dans les peaux de la troisième, Tambours de l’Apocalypse.

    La dernière partie débute sans bruit, malgré deux instrumentistes en mouvement, mimant d’abord de toucher les percussions, avant de se mettre à les effleurer finement. Il faut alors tendre l’oreille dans la salle pleine pour discerner la matière, dont on peine toutefois à cerner le véritable intérêt musical, bien que le caractère fantomatique puisse tenter de s’approcher de la mort, pour cette démonstration finale dédiée par le compositeur à la mémoire de sa fille, l’actrice de Broadway Elizabeth Ann.

    Les Three Places d’Ives attendent un changement de plateau efficace où une dizaine de techniciens décalent toutes les percussions pour replacer en milieu de scène un ensemble de musiciens plus conventionnel, avec bois et cordes, en plus d’un piano et d’un célesta. L’œuvre a déjà été interprétée de manière plus mystérieuse, mais l’Ensemble intercontemporain et Pintscher y apportent un intéressant soin du détail.

    En deuxième partie, Enno Poppe regarde cette fois du parterre l’interprétation de sa dernière partition, créée par lui il y a un an à Tallin avec l’ensemble Musikfrabrik. Prévue initialement en 2015 pour durer environ un quart d’heure, Prozession avait ensuite été mise de côté pour n’être reprise qu’en mars dernier. Le confinement a donc laissé du temps au compositeur, qui s’est relancé sur la croissance des structures de l’œuvre en neuf fois neuf parties pour finalement lui donner une forme définitive de plus de quarante-cinq minutes.

    Le développement d’abord très architecturé utilise des modulations lors de soli très bien gérés par les musiciens de l’EIC, notamment le trombone et ses longs glissandi, le tout bien étiré par Matthias Pintscher, dont la direction s’accorde particulièrement à ce type de proposition. Mais passé un forte explosif à la moitié de la pièce, celle-ci cherche ensuite l’errance pendant plus de vingt minutes, avant une coda qui à trois reprises fait semblant de s’éteindre pour toujours doucement reprendre. Tout est bien fait, mais plus de concision n’aurait pas forcément altéré le discours, en même temps que cela lui aurait donné plus de concentration.




    Cité de la Musique, Paris
    Le 05/11/2021
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Ensemble intercontemporain sous la direction de Matthias Pintscher à la Cité de la musique, Paris.
    Charles Ives (1874-1954)
    Three Places in New England, pour ensemble
    George Crumb (*1929)
    Kronos-Kryptos, quatre tableaux pour quintette de percussions
    Création française
    Enno Poppe (*1969)
    Prozession, pour grand ensemble
    Création française
    Ensemble intercontemporain
    direction : Matthias Pintscher

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com