altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 septembre 2022

Nouvelle production de Wozzeck de Berg dans une mise en scène de Michel Fau et sous la direction de Leo Hussain au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Conte cruel de la jeunesse
© Mirco Magliocca

En ces temps de prudence programmatique, Christophe Ghristi et Michel Fau se démarquent en poursuivant au Théâtre du Capitole de Toulouse leur exploration du répertoire germanique du début du XXe siècle : après Ariane à Naxos et Elektra, place au chef-d’œuvre lyrique atonal, Wozzeck, transposé dans l’univers du cinéma muet.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 19/11/2021
Florent COUDEYRAT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Adieu au soleil

  • Le millefeuille de l’amour

  • Le chant au sommet

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On sait grĂ© au Théâtre du Capitole de ne pas avoir enfermĂ© Michel Fau dans le rĂ©pertoire lĂ©ger : sa rĂ©cente Elektra a su dĂ©montrer toute la force d’impact d’un huis-clos aux couleurs hallucinĂ©es. En s’attaquant Ă  un monument tel que Wozzeck, rĂ©putĂ© difficile pour remplir les salles, le natif d’Agen met au premier plan la figure de l’enfant, qui tente de fuir les Ă©vĂ©nements en crĂ©ant un univers fantasmagorique, rapidement rattrapĂ© par une sĂ©rie de visions cauchemardesques hautes en couleur.

    Le rĂ©cit initiatique de ce double de Wozzeck, qui endosse le rĂ´le social prĂ©dĂ©terminĂ© de son père en victime impuissante et consentante des notabilitĂ©s, prend une force saisissante tout du long, renforcĂ©e par ce personnage muet, qui n’ouvre la bouche que pour ses fameux « hop, hop ! Â» au tomber de rideau. Pour interprĂ©ter ce rĂ´le en pantomime, Michel Fau a la bonne idĂ©e de recourir Ă  un comĂ©dien d’une prĂ©sence virevoltante en la personne de Dimitri DorĂ© (nĂ© en 1997), dont l’aspect juvĂ©nile fait croire Ă  un gamin d’à peine douze ans.

    Visuellement, les costumes et les maquillages rendent hommage au cinéma muet, de même que la direction d’acteur dévolue au rôle-titre, volontairement figée. La trajectoire de Wozzeck n’en paraît que plus inéluctable, même si le personnage passe au second plan au profit de son enfant : c’est bien ce dernier qui émeut dans l’étouffant Interlude en ré mineur après la mort de Marie, en se prenant la tête de manière désespérée. Michel Fau colle ainsi au plus près des moindres péripéties du livret, avec force détails, tout en s’appuyant sur les inflexions musicales très théâtrales de Berg.

    La scène resserrée au début, autour d’une chambre poisseuse creusée à même la roche, évoque d’emblée l’univers restreint du rôle-titre, au niveau matériel comme intellectuel, avant que les couleurs expressionnistes ne colorent ce drame philosophique et social d’une atmosphère irréelle et fantastique.

    Comme à son habitude, Toulouse donne un soin particulier au choix de ses chanteurs, même si l’on pourra regretter les aigus arrachés de Sophie Koch, particulièrement audibles dans les changements de registre. En dehors de ces difficultés, la soprano française fait valoir une présence scénique saisissante d’engagement en Marie, bien épaulée par le superlatif Wozzeck de Stéphane Degout, toujours aussi impressionnant de précision dans la diction.

    À leurs côtés, tous les seconds rôles brillent, parfaitement mis en valeur par l’excellente acoustique du théâtre. Mais c’est peut-être plus encore la direction post-mahlérienne de Leo Hussain qui émeut à force de tendresse narrative, liant chaque épisode en un vaste flux musical étourdissant : le chef britannique n’est pas pour rien dans la réussite de la soirée, à même de mettre en valeur les splendides couleurs de l’Orchestre national du Capitole, visiblement en forme.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 19/11/2021
    Florent COUDEYRAT

    Nouvelle production de Wozzeck de Berg dans une mise en scène de Michel Fau et sous la direction de Leo Hussain au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Alban Berg (1885-1935)
    Wozzeck, opéra en trois actes (1925)
    Livret du compositeur d’après la pièce Woyzeck de Georg Büchner (1813-1837)

    Chœur et Maîtrise de l’Opéra de Toulouse
    Orchestre national du Capitole
    direction : Leo Hussain
    mise en scène : Michel Fau
    décors : Emmanuel Charles
    costumes : David Belugou
    éclairages : Joël Fabing
    préparation des chœurs : Gabriel Bourgoin

    Avec :
    Stéphane Degout (Wozzeck), Sophie Koch (Marie), Wolfgang Ablinger-Sperrhacke (Capitaine), Falk Struckmann (Docteur), Nikolai Schukoff (Tambour-Major), Thomas Bettinger (Andres), Anaïk Morel (Margret).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com