altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 septembre 2022

Reprise de Didon et √Čn√©e de Henry Purcell dans la mise en sc√®ne de Franck Chartier sous la direction d‚ÄôEmmanuelle Ha√Įm √† l'Op√©ra de Lille.

Cris et chuchotements
© Fr√©d√©ric Iovino

C'est √† une exp√©rience d'art total auquel nous convie le collectif Peeping Tom √† l'Op√©ra de Lille autour de Didon et √Čn√©e. Doubl√© en parall√®le d'une trame narrative et des interventions de Atsushi Saka√Į, le tr√®s court op√©ra de Purcell se transforme en voyage onirique admirablement conduit par Emmanuelle Ha√Įm et son Concert d'Astr√©e.
 

Opéra, Lille
Le 04/12/2021
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'esprit de la danse ?

  • Formation en cours

  • Philharmonie do Brasil

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Franck Chartier et sa compagnie Peeping Tom reprennent √† l'Op√©ra de Lille un spectacle cr√©√© en mai dernier. Ce Didon et √Čn√©e explore le prisme d'une narration imaginaire qui forme un √©crin autour du drame originel de Nahum Tate. Le concept convoque autour des personnages des doubles narratifs qui viennent raconter les souffrances sentimentales de Didi, une riche bourgeoise qui tombe amoureuse d'un domestique et finira par le pousser paradoxalement dans les bras d'une dame de compagnie.

    Au-dessus de la sc√®ne, le chŇďur tr√īne tel une assembl√©e de divinit√©s tirant les ficelles et observant une intrigue qui se d√©roule √† ses pieds ‚Äď intrigante intrigue √† vrai dire, avec des moments surr√©alistes o√Ļ la fiction plonge dans un catalogue d'images improbables et fantasques. Alternativement puls√©e et anguleuse, la chor√©graphie compose des ensembles o√Ļ le corps est pli√© et ploy√© en un m√™me mouvement convulsif. Le service du th√© se transforme en performance virtuose l√† o√Ļ la douleur s'exprime par une s√©rie de roulades et de projections. Cet appareillage bouscule et disperse une narration qui a parfois tendance √† s'enliser en empruntant des chemins de traverse.

    Image forte et surprenante, des quantit√©s de sable font irruption par les cloisons et les fen√™tres ‚Äď allusion √† la m√©taphysique de La Femme des sables, film dramatique de Hiroshi Teshigahara, qui donne au When I am Laid in Earth une port√©e d'une puissance all√©gorique remarquable. Se m√™le √† cette image l'ultime vision d'un En√©e transportant le corps mort de Didon, en r√©f√©rence √† la fuite de Troie avec son p√®re Anchise, le tout sur fond immacul√© et tourment√© de brumes √©clatantes.

    Le concept sc√©nique offre la possibilit√© aux chanteurs de multiplier leurs r√īles, parfois antagonistes comme la Didon et la magicienne de Marie-Claude Chappuis ou bien la Belinda de Em√∂ke Bar√°th, aussi Seconde sorci√®re ou bien encore Marie Lys, dame de compagnie et Premi√®re sorci√®re. √Čn√©e (Jacques Imbrailo) chante aussi un marin, compl√©tant un cast r√©duit √† quatre interpr√®tes pour neuf personnages.

    Force est de constater que la fragmentation de la sc√©nographie contraint la performance vocale ‚Äď la Didon de Marie-Claude Chappuis dont la ligne heurt√©e cherche √† se d√©ployer plus librement, en creusant dans un registre grave qui demanderait volontiers davantage de sollicitation. D√©barqu√© √† la derni√®re minute, Jacques Imbrailo prend ses marques en √Čn√©e, avec une √©mission peu courte et une souplesse mise √† mal. Tr√®s √† son aise, Em√∂ke Bar√°th fait entendre une remarquable √©l√©gance dans les changements de registres et le timbre, √† l'imitation de Marie Lys.

    La fosse est dirig√©e √† deux par Emmanuelle Ha√Įm et Atsushi Saka√Į pour les parties additionnelles. La musique du compositeur et instrumentiste japonais s'ins√®re naturellement dans un jeu de transitions m√™lant sonorit√©s am√®res et lents √©chos qui d√©composent litt√©ralement Purcell, tout en le citant. Cette approche brillante se conjugue de belle mani√®re avec la rythmique volontaire et engag√©e d'Emmanuelle Ha√Įm, capable de faire frissonner et r√©sonner la musique du divin Henry.




    Opéra, Lille
    Le 04/12/2021
    David VERDIER

    Reprise de Didon et √Čn√©e de Henry Purcell dans la mise en sc√®ne de Franck Chartier sous la direction d‚ÄôEmmanuelle Ha√Įm √† l'Op√©ra de Lille.
    Henry Purcell (1659-1695)
    Dido and Aeneas (1689)
    Livret de Nahum Tate d'apr√®s le Livre IV de L'√Čn√©ide de Virgile

    ChŇďur et Orchestre du Concert d‚ÄôAstr√©e
    direction : Emmanuelle Ha√Įm
    mise en scène et chorégraphie : Franck Chartier (Peeping Tom)
    musiques additionnelles : Atsushi Saka√Į
    scénographie : Justine Bougerol
    costumes : Anne-Catherine Kunz Marie Messian (Recherches maquillage Bruxelles), Chiara Mazzarolo (stage)
    éclairages : Giacomo Gorini
    conception sonore : Rapha√ęlle Latini
    ingénieur de son : Hjorvar Rognvaldsson

    Avec :
    Marie-Claude Chappuis (Didon / L‚ÄôEnchanteresse / Un Esprit), Jacques Imbrailo (√Čn√©e / Un marin), EmŇĎke Bar√°th (Belinda / Seconde sorci√®re), Marie Lys (Deuxi√®me dame / Premi√®re sorci√®re).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com