altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 septembre 2022

Première à l’Opéra de Paris de Turandot de Puccini dans la mise en scène de Bob Wilson, sous la direction de Gustavo Dudamel.

Turandot par l’image
© Charles Duprat

Alors que sa Madame Butterfly est devenue un classique de l’Opéra de Paris, la Turandot de Bob Wilson, créée à Madrid en 2018, est étrennée à la Bastille avec la même réussite, en une succession d’images magnifiques. La musique n’est pas au même niveau, entre une distribution juste solide et la direction monochrome de Gustavo Dudamel.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 10/12/2021
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'esprit de la danse ?

  • Formation en cours

  • Philharmonie do Brasil

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’engagement physique exigĂ© par la Turandot de Puccini reste une gageure, y compris pour les plus grandes scènes lyriques. L’énergie dĂ©ployĂ©e par le nouveau directeur musical Gustavo Dudamel n’est pas en cause tant une vraie implication transparaĂ®t de sa battue Ă  chaque instant. Pourtant, Ă  l’issue du spectacle, on a l’impression de n’avoir vraiment vibrĂ© que dans les pages les plus Ă©thĂ©rĂ©es de l’opĂ©ra – lever de lune, Ă©vocation du lac bleu du Honan, anticipation avortĂ©e de Nessun dorma au II, suspensions du dernier duo. Car le jeune VĂ©nĂ©zuĂ©lien semble avoir du mal Ă  gĂ©rer la difficultĂ© majeure de l’ouvrage : son traitement des masses.

    Tantôt raide dans les transitions et les phrases ascendantes menant à des points culminants souvent boulés, tantôt peu précis dans la caractérisation des timbres de l’orchestration, la battue, assez monochrome sur la durée, occasionne de nombreux moments de flottement. Cuivres et percussions, notamment, ne font jamais corps avec le reste de la masse orchestrale. Le chœur, lui, ne trouve sa vitesse de croisière qu’au III, après un début de soirée laborieux, en imprécations regorgeant de volume sinon de brillant, en manque d’homogénéité et de stabilité rythmique chez les hommes.

    La distribution affronte honorablement les tessitures ardues de l’écriture puccinienne. Guanqun Yu reste la meilleure incarnation du plateau, Liù de bon format, belle gestion des registres, malgré un aigu dont le vibrato a tendance à s’élargir au I. Elena Pankratova a le tranchant de la princesse de glace, ses aigus méchamment dardés sinon les vraies failles des meilleures Turandot, avec une voix de poitrine déconnectée de la ligne. Quant au Calaf de Gwyn Hughes Jones, il pèche par un volume réduit qui le cantonne parfois au mime, alors que la couleur en soi, solaire et jeune, s’avère très séduisante.

    Mandarin efficace, Timur patriarcal, Ministres virevoltants (dont un Ping génialement déclamé) et Empereur parfait complètent une équipe où chacun s’intègre au travail d’orfèvre de Bob Wilson. Comme dans sa Butterfly qui tourne in loco depuis 1993, le metteur en scène américain, dans son esthétique inspirée par le théâtre extrême-oriental, a trouvé le ton juste d’un conte relativement simpliste, dosant à la perfection périodes d’immobilité et mouvement façon théâtre de marionnettes (les trois ministres en Buster Keaton, les rotations des arbustes déracinés, des soldats de la reine), maîtrisant codes chromatiques et symétries, avec des éclairages au cordeau. Un futur classique à n’en point douter.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 10/12/2021
    Yannick MILLON

    Première à l’Opéra de Paris de Turandot de Puccini dans la mise en scène de Bob Wilson, sous la direction de Gustavo Dudamel.
    Giacomo Puccini (1858-1924)
    Turandot, dramma lirico en trois actes et cinq tableaux (1926)
    Livret de Giuseppe Adami & Renato Simoni d’après Carlo Gozzi
    Maîtrise des Hauts-de-Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris
    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Gustavo Dudamel
    mise en scène : Robert Wilson
    décors : Robert Wilson & Stephanie Engeln
    costumes : Jacques Reynaud
    Ă©clairages : Robert Wilson & John Torres
    préparation des chœurs : Ching-Lien Wu & Gaël Darchen

    Avec :
    Elena Pankratova (Turandot), Guanqun Yu (LiĂą), Gwyn Hughes Jones (Calaf), Vitalij Kowaljow (Timur), Carlo Bosi (Imperatore Altoum), Alessio Arduini (Ping), Jinxu Xiahou (Pang), Matthew Newlin (Pong), Bogdan Talos (Un Mandarino).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com