altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 29 septembre 2022

Concert Brahms de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Herbert Blomstedt à la Philharmonie de Paris.

Somptueux sfumato
© Gerd Mothes / Accentus Music

Dans sa 95e année, Herbert Blomstedt donne sans surprise des lectures très automnales de la Troisième et la Quatrième Symphonie de Brahms. Les éclats intempestifs y sont absents mais le feu intérieur y est affaibli. Le chef tire de l’Orchestre de Paris une sonorité aux contours rayonnants de lumière à laquelle il est difficile de résister.
 

Philharmonie, Paris
Le 16/12/2021
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'esprit de la danse ?

  • Formation en cours

  • Philharmonie do Brasil

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Un peu plus frĂŞle que lors de son dernier passage Ă  Paris, le chef Herbert Blomstedt gagne Ă  petits pas prĂ©cautionneux l’estrade. Toutefois, c’est debout et par cĹ“ur qu’il dirige les deux symphonies de Brahms au programme. Mettre en concurrence deux chefs-d’œuvre du mĂŞme compositeur est certes classique, mais le risque est grand de voir l’une des partitions l’emporter sur l’autre. Blomstedt, par une approche pleine d’humilitĂ© fait tout son possible pour Ă©viter cela.

    La Troisième Symphonie, œuvre tout en demi-teintes et en alternance majeur-mineur demande plus que les autres une approche subtile. Le chef américano-suédois comprend que les contradictions de l’œuvre n’appellent pas forcément un jeu de contrastes. Au contraire, il façonne une fresque sonore où l’Orchestre de Paris n’est que sfumato.

    Les coutures de la partition s’évanouissent sous une palette de couleurs radieuses. Il repousse tout emballement dynamique, veillant au respect des nuances par les vents pourtant dominés par soixante cordes. Cette splendeur devient presque étale dans l’Andante. Même dans le célèbre Poco allegretto, les syncopes se font peut-être trop discrètes. La forêt que voyait Clara Schumann dans cette symphonie danse peu, et devient un paysage mental très contemplatif.

    Pour la Symphonie n° 4, Blomstedt n’adopte pas une approche foncièrement différente mais l’écriture plus carrée lui impose une pulsation rythmique plus présente. Celle-ci se base toujours sur les contrebasses et les violoncelles. Une forte assise illuminée par les timbres des musiciens parisiens. Le chef tend à fondre les cuivres et la petite harmonie dans une approche synthétique à la plastique fascinante parfois fragilisée par quelques flottements.

    Comme dans la précédente symphonie, il y a peu d’inquiétude ou de drame dans cette lecture apaisée. La recherche d’une texture sans contour gagne même les variations de la passacaille dans le dernier mouvement qui sonnent moins individualisées et tourmentées que sous d’autres baguettes. L’accalmie centrale formée par le solo de flûte perd en contraste. Plutôt qu’une suspension du temps qui passe, elle se rattache aux chorals mesurés aux cuivres qui suivent. Tout est résolument méditatif, beaucoup moins romantique qu’ailleurs, mais il est impossible de bouder un artisanat aussi somptueux.




    Philharmonie, Paris
    Le 16/12/2021
    Thomas DESCHAMPS

    Concert Brahms de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Herbert Blomstedt à la Philharmonie de Paris.
    Johannes Brahms (1833-1897)
    Symphonie n° 3 en fa majeur op. 90 (1883)
    Symphonie n° 4 en mineur op. 98 (1885)
    Orchestre de Paris
    direction : Herbert Blomstedt

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com