altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 mai 2022

Concerts des Quatuors Simply, Arod et Leonkoro dans le cadre de la Biennale de quatuor à cordes 2022 à la Cité de la Musique, Paris.

Biennale 2022 (5) :
Jeunes et confirmés

© Nikolaj Lund

Aux côtés des grands noms de quatuors actuels, la biennale de la Philharmonie de Paris met comme toujours en avant également de jeunes formations, soit par le biais des masterclasses d’Alfred Brendel, soit directement en concert, comme cette année avec, entre autres, les Quatuors Simply et Leonkoro, ou le plus confirmé Quatuor Arod.
 

Cité de la Musique, Paris
Le 21/01/2022
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • ForĂŞt dansante

  • L’émergence du monstre

  • L’architecte des contrastes

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le mardi de la deuxième semaine de la Biennale 2022 de la Philharmonie, le jeune Quatuor Simply ouvre la journĂ©e avec un concert Ă  l’Amphithéâtre, toujours autour de Dvořák, puisqu’est prĂ©sentĂ© le grand Quatuor n° 14, juste après les plus modernes Cinq mouvements op. 5 de Webern et une crĂ©ation. Bien traitĂ©e, la pièce de Webern paraĂ®t encore un peu scolaire dans cette interprĂ©tation, mĂŞme si elle expose dĂ©jĂ  la belle coordination de l’ensemble.

    un:fold créé ensuite pourra être une belle carte de visite des Simply pour l’avenir, moins une pièce exportable vers d’autres formations, car pour l’écrire, Julia Lacherstofer s’est tout simplement inspirée de la vie des instrumentistes en présence, qui l’exposent à tour de rôle aux micros en citant une chanson référente de leur enfance, ensuite intégrée au matériau musical. L’idée n’est pas neuve et Venables l’a déjà présentée avec plus de maîtrise, par exemple dans My Favorite Piece is the Golberg Variations, mais elle permet à l’audience de gagner en proximité avec les musiciens.

    Dernier quatuor achevé de Dvořák, le Quatorzième, op. 105, expose plus qu’auparavant la timidité du premier violon, Danfeng Shen, au risque de limiter l’élan de l’un des derniers chefs-d’œuvre du compositeur tchèque. Dommage que le Quatuor Takács n’ait pu participer à cette édition pour présenter le Dixième. Une autre formation entre ensuite sur la grande scène de la Cité de la Musique, avec Schumann plutôt que Dvořák.

    Débuté par le Quatuor de Ravel, le court programme des Leonkoro affiche déjà un ensemble passionnant, très libre pour développer chaque phrase de l’ouvrage français de manière superbement inspirée. Passé un Allegro moderato rêveur, porté par le premier violon de Jonathan Masaki Schwarz et son frère, Lukas Minoru Schwarz, au violoncelle, la partition se développe sous les pizz nets du second mouvement, pour un résultat toujours lyrique, bien que d’une approche très lente, à l’instar du mouvement suivant et même du dernier, pas si Vif et agité qu’il n’est écrit.

    Le Quatuor n° 3 de Schumann et son Andante espressivo liminaire montrent autant de caractère, d’un jeune Quatuor Leonkoro déjà à même d’en remontrer à de nombreuses formations plus matures. Et justement, le vendredi, les plus confirmés membres du Quatuor Arod, dont son nouveau violoncelliste Jeremy Garbarg, retrouvent une biennale qu’ils connaissent bien et où ils continuent à développer leur répertoire.

    Après un Quatuor n° 3 de Bartók bien ordonné mais sans grande aspérité ni personnalité, les Arod créent mlog Beijing de la Chinoise Li Qi. De dix minutes à peine, l’œuvre composée pendant le confinement tire sa matière principale des sonorités d’enfance de l’artiste, agencées les unes avec les autres à la façon d’une suite de thèmes populaires. Retour enfin à Dvořák avec son Quatuor n° 11, qui présente un matériau bien plus affirmé, mais encore exposé sans style particulier par la formation, à laquelle le remplacement du violoncelliste semble avoir fait perdre quelque peu d’identité.




    Cité de la Musique, Paris
    Le 21/01/2022
    Vincent GUILLEMIN

    Concerts des Quatuors Simply, Arod et Leonkoro dans le cadre de la Biennale de quatuor à cordes 2022 à la Cité de la Musique, Paris.
    18 janvier :
    Anton Webern (1883-1945)
    Cinq mouvements pour quatuor Ă  cordes op. 5
    Julia Lacherstorfer (*1985)
    un:fold
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Quatuor à cordes n° 14 en lab majeur op. 105
    Quatuor Simply
    Danfeng Shen, violon I
    Antonia Rankersberger, violon II
    Xiang Lyu, alto
    Ivan Valentin Hollup Roald, violoncelle

    Maurice Ravel (1875-1937)
    Quatuor Ă  cordes en fa majeur
    Robert Schumann (1810-1856)
    Quatuor à cordes n° 3 en la majeur op. 41 n° 3
    Quatuor Leonkoro
    Jonathan Masaki Schwarz, violon I
    Amelie Cosima Wallner, violon II
    Mayu Konoe, alto
    Lukas Minoru Schwarz, violoncelle

    21 janvier :
    BĂ©la BartĂłk (1881-1945)
    Quatuor à cordes n° 3 en ut# mineur
    Li Qi (*1990)
    mlog Beijing
    Création mondiale
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Quatuor à cordes n° 11 en ut majeur op. 61
    Quatuor Arod
    Jordan Victoria, violon I
    Alexandre Vu, violon II
    Tanguy Parisot, alto
    Jérémy Garbarg, violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com