altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 juillet 2022

Création française des Oiseaux de Braunfels dans une mise en scène de Ted Huffman et sous la direction d’Aziz Shokhakimov à l’Opéra national du Rhin.

Les Oiseaux, enfin !
© Klara Beck

Un siècle et des broutilles après leur création à Munich, Les Oiseaux de Walter Braunfels trouvent enfin le chemin d’une scène française, grâce à la ténacité de l’Opéra du Rhin, qui a dû, pour mettre à son répertoire un ouvrage aussi exigeant, jongler avec des contaminations au Covid-19 record, à même de mettre à mal sa création hexagonale.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 30/01/2022
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un Faust burlesque

  • Bouleversante symbolique

  • La Vestale en VF

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il est incroyable qu’en un siècle, pas une scène française n’ait programmĂ© Les Oiseaux de Walter Braunfels, antinazi converti au catholicisme dont l’ouvrage, transcendĂ© par la direction de Bruno Walter et le chant de Maria IvogĂĽn, fut un triomphe Ă  sa crĂ©ation en 1920 Ă  l’OpĂ©ra de Munich, au long de cinquante reprĂ©sentations. On ne remerciera donc jamais assez l’OpĂ©ra du Rhin pour l’exhumation tant attendue de cet opĂ©ra de 2h30 librement adaptĂ© de la pièce d’Aristophane et classĂ© selon les critères odieux du Troisième Reich comme « art dĂ©gĂ©nĂ©rĂ© Â».

    Une parabole sur l’hybris narrant les pérégrinations de Bonespoir et Fidèlami qui incitent la Huppe, ancien humain devenu volatile, à créer une ville céleste d’où les oiseaux pourraient dominer les Dieux. Une utopie avortée après les admonestations de Prométhée et la colère de Zeus, mais qui laissera à Bonespoir le goût de son amour pour le Rossignol sur les lèvres. Partant, le metteur en scène américain Ted Huffman a cru bon de se lancer dans une métaphore du capitalisme, l’action déplacée dans les locaux tristes à mourir d’un open-space où les employés fomentent une révolte.

    Une transposition bas de plafond qui tourne court, vite à l’étroit dans des considérations triviales au milieu d’un mobilier d’entreprise sens dessus dessous, remis proprement en ordre in fine, et un Prométhée dont la punition consiste à vider les poubelles. Heureusement que quatre danseurs se livrent à une virevoltante pantomime dans le ballet du II pour faire pousser quelques ailes à un spectacle assez plombé mais qui au moins n’altère jamais l’écoute.

    Car Les Oiseaux donnent des merveilles à entendre, véritable opéra de chef, partition d’orchestre impressionnante de foisonnement sonore, dans un langage néo-romantique convoquant beaucoup de Richard Strauss (les parties de volière inspirées de Zerbinette et de La Femme sans ombre), un peu de Wagner et de fiévreuses pages extatiques dignes des Gurre-Lieder de Schoenberg ; excusez du peu !

    Tout le début du II, hypnotique et lunaire duo d’amour gorgé de chromatisme, suffit à prouver la valeur artistique d’un opéra généreux en contrastes et bouillonnant, qui laisse aussi de très belles pages chorales. Des qualités royalement servies par la baguette électrisante du nouveau directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, l’Ouzbek Aziz Shokhakimov, privé des premières soirées par un test positif au Covid, et qui en cette matinée de dernière chauffe tout autant des chœurs que les masques chirurgicaux ne privent pas d’éloquence.

    Une redécouverte grisante grâce aussi à une équipe de chanteurs affrontant crânement le volume orchestral, et où triomphent avant tout le ténor fiévreux et déployé du Hoffegut de Tuomas Katajala et le Rossignol de Marie-Eve Munger, pas un modèle de rondeur hors des coloratures mais d’une facilité et d’un rayonnement déconcertants dans la stratosphère.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 30/01/2022
    Yannick MILLON

    Création française des Oiseaux de Braunfels dans une mise en scène de Ted Huffman et sous la direction d’Aziz Shokhakimov à l’Opéra national du Rhin.
    Walter Braunfels (1882-1954)
    Die Vögel, opéra en un prologue et deux actes (1920)
    Livret du compositeur d’après la pièce d’Aristophane

    Chœur de l’Opéra national du Rhin
    Orchestre philharmonique de Strasbourg
    direction : Aziz Shokhakimov
    mise en scène : Ted Huffman
    décors : Andrew Lieberman
    costumes : Doey LĂĽthi
    Ă©clairages : Bernd Purkrabec
    chorégraphie : Pim Veulings
    préparation des chœurs : Alessandro Zuppardo

    Avec :
    Marie-Eve Munger (Le Rossignol), Tuomas Katajala (Bonespoir), Cody Quattlebaum (Fidèlami), Josef Wagner (Prométhée), Christoph Pohl (La Huppe), Julie Goussot (Le Roitelet), Antoin Herrera-López-Kessel (L’Aigle), Young-Min Suk (Zeus), Daniel Dropulja (Le Corbeau), Namdeuk Lee (Le Flamant rose), Simonetta Cavalli & Nathalie Gaudefroy (Deux Grives), Dilan Ayata, Tatiana Zolotikova & Clémence Baïz (Trois Hirondelles).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com