altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 16 aoűt 2022

Requiem de Verdi par le Chœur de Radio France, le Chœur de l'Armée française et l’Orchestre national de France sous la direction de Daniele Gatti au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Lux aeterna
© Marco Borggreve

L’Orchestre National de France retrouve à l’occasion de deux soirées Daniele Gatti, leur ancien directeur musical, dans un Requiem de Verdi magistral et passionné. Les forces chorales soutiennent un plateau réunissant des personnalités aussi complémentaires que Marie-Nicole Lemieux, Michael Spyres, Eleonora Buratto et Riccardo Zanellato.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 05/02/2022
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2022 (3) : Seule parmi la foule

  • Salzbourg 2022 (2) : Sortie de Purgatoire

  • Salzbourg 2022 (1) : Mahler essoufflĂ©

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Voici un Requiem qui fait du bien aux corps et aux âmes. Le plateau prĂ©sente des interprètes aux individualitĂ©s vocales d'une origine et d'une culture vocale parfois diamĂ©tralement opposĂ©es, avec des chanteurs comme Marie-Nicole Lemieux et Michael Spyres venus du baroque et du bel canto, tandis qu'Eleonora Buratto et Riccardo Zanellato ont Ă©tĂ© formĂ©s Ă  des techniques plus classiques.

    Nul doute en revanche que Daniele Gatti maîtrise ce chef-d'œuvre avec une proximité d'âme qui confère à son interprétation la dimension d'une profession de foi. Dirigeant comme à son habitude sans partition, le chef milanais impose un rythme et une hauteur de vue qui confèrent à l'écoute la valeur d'une expérience. En témoigne la véhémence et l'ampleur mystique du Tuba mirum, avec les quatre groupes de trompettes réparties dans les étages du TCE pour étendre l'espace acoustique.

    Le National de France trouve sous la direction de son ancien directeur musical le juste équilibre entre la théâtralité et le religieux, donnant à l'ensemble du Dies Irae moins l'allure d'un spectaculaire tableau vivant que la manifestation de la peur de la mort. Les cuivres et la percussion accentuent la couleur tragique, faisant vibrer sans concession une atmosphère déjà assombrie par l'introduction Requiem-Kyrie chantée et murmurée quasiment sotto voce.

    Pour des raisons liées aux aléas de la crise Covid, le Chœur de Radio France fait cause commune avec celui de l'Armée française, superbement préparés par Alessandro di Stefano et Aurore Tillac. On admire l'impact et la cohésion des deux formations, contraintes à chanter en fond de scène avec masques et distances sanitaires. Tous investissent le texte avec engagement et vigueur, capables d'alterner, dans le Sanctus, la projection tellurique des premiers accords avec la légèreté des entrées fugato.

    Michael Spyres trouve dans son Ingemisco des moyens de contourner certains changements de registres trop exposés, avec une ligne générale qui assume de beaux atours étonnamment clairs. Le recours à la voix mixte dans Hostias menace de rompre l'équilibre, mais l'ensemble retrouve une stabilité avec les interventions de Marie-Nicole Lemieux et Riccardo Zanellato. La Canadienne assure une présence en scène remarquable, mettant au service d'une incarnation très lyrique et opératique une émission pas toujours homogène mais bouleversante de vie et d'humanité comme en témoignent Liber Scriptus et Lux aeterna.

    Eleonora Buratto use d'un instrument affirmé et volontaire, projetant les aigus avec une concentration qui rend audibles le recueillement et la spiritualité. Ses interventions illuminent l'Offertorio et changent le Libera me en une prière ardente et passionnée. Riccardo Zanellato réussit à colorer d'un grain dense et abrupt la complainte du Lacrymosa, et la surprise immobile du Mors stupebit. Une soirée à marquer d'une pierre blanche.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 05/02/2022
    David VERDIER

    Requiem de Verdi par le Chœur de Radio France, le Chœur de l'Armée française et l’Orchestre national de France sous la direction de Daniele Gatti au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    Messa da Requiem (1874)
    Eleonora Buratto, soprano
    Marie-Nicole Lemieux, contralto
    Michael Spyres, ténor
    Riccardo Zanellato, basse
    Chœur de Radio France
    préparation : Alessandro Di Stefano
    Chœur de l'Armée française
    préparation : Aurore Tillac
    Orchestre National de France
    direction : Daniele Gatti

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com