altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 décembre 2022

Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Paavo Järvi, avec le concours du violoniste Joshua Bell à la Philharmonie de Paris.

L’architecte des contrastes
© Thomas Deschamps

Le passage devant l’Orchestre de Paris de Paavo Järvi suscite toujours un accueil enthousiaste de son ancienne formation qui répond avec un engagement sans fard à une direction qui cultive de franches oppositions pour des résultats très architecturaux dans le concerto de Dvořák avec Joshua Bell, la Septième de Sibelius et la Huitième de Beethoven.
 

Philharmonie, Paris
Le 12/05/2022
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le jouisseur

  • Noces d’essai

  • L’art difficile du pĂ©plum

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La grande longueur d’archet de Joshua Bell et sa sonoritĂ© lĂ©gèrement automnale se prĂŞtent bien au lyrisme du Concerto pour violon de Dvořák. Chacun des trois mouvements semble chantĂ© par le violoniste amĂ©ricain d’un seul souffle. Se mettant au niveau sonore parfois un peu discret du soliste, Paavo Järvi veille Ă  ne pas le couvrir avec l’orchestre. Il rĂ©ussit nĂ©anmoins Ă  dresser des paysages vigoureux qui sans verser dans une Ă©tude folklorique fleurent tout de mĂŞme bon le terroir. L’ensemble dĂ©gage beaucoup de couleurs et de beaux contrastes.

    L’intensité fait cependant un bond après l’entracte avec la Symphonie n° 7 de Sibelius que le chef estonien avait déjà abordée lors de son mandat parisien. Quintessence de l’œuvre symphonique du compositeur, elle réalise en son mouvement unique la quadrature du cercle à partir de motifs très brefs, et demande autant de soins apportés aux détails qu’un élan permettant de surmonter les questionnements de ses béances. Järvi sculpte de gestes précis la matière sonore de l’Orchestre de Paris. La densité de son qu’il en obtient concourt à former l’image d’un bloc en modification perpétuelle dont la lumière irise ; du grand art.

    C’est aussi une lecture assez verticale qui est offerte dans la Huitième de Beethoven qui clôt le programme. Le chef en cultive les accords d’une manière imposante, presque intimidante. Les cordes comme les vents sonnent d’une cohérence sans faille, d’une virtuosité ébouriffante. Le Menuet garde un sérieux impressionnant avec le solo intense d’Éric Picard au violoncelle. Et le caractère hardi du final s’impose de manière magistrale bien que son alacrité et sa délicatesse puissent être plus développées avec d’autres artistes. La coda sonne divinement. Il fallait bien cela pour tenir la comparaison avec le Sibelius qui précédait ! Le pari d’un programme risqué se trouve pleinement rempli.




    Philharmonie, Paris
    Le 12/05/2022
    Thomas DESCHAMPS

    Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Paavo Järvi, avec le concours du violoniste Joshua Bell à la Philharmonie de Paris.
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Concerto pour violon (1880)
    Joshua Bell, violon
    Jean Sibelius (1865-1957)
    Symphonie n° 7 (1924)
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Symphonie n° 8 (1814)
    Orchestre de Paris
    direction : Paavo Järvi

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com