altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 04 juillet 2022

Reprise d’Elektra de Strauss dans la mise en scène de Robert Carsen, sous la direction Semyon Bychkov à l’Opéra national de Paris.

L’émergence du monstre
© Emilie Brouchon

La reprise d’Elektra de Richard Strauss dans la mise en scène trop lisse de Robert Carsen vaut largement le détour pour une distribution féminine de haut vol à l’instar de son héroïne portée magnifiquement par Christine Goerke, et une direction musicale de Semyon Bychkov qui transcende la soirée en libérant le monstre tapi dans cette musique.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 13/05/2022
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un Faust burlesque

  • Bouleversante symbolique

  • La Vestale en VF

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Près de neuf annĂ©es ont passĂ© depuis la première de la production rĂ©alisĂ©e par Robert Carsen. Ă€ l’époque, son travail avait Ă©tĂ© comparĂ© (de manière nĂ©gative) Ă  celui de Patrice ChĂ©reau qui venait de le prĂ©cĂ©der. Aujourd’hui, dĂ©gagĂ©e de ce voisinage immĂ©diat, la mise en scène ne gagne pas davantage d’impact. L’immense fosse de terre battue sublimement anthracite de Michael Levine n’est pas qu’un piège Ă  femmes, c’est aussi un piège Ă  metteur en scène.

    Carsen pour l’habiter multiplie les dédoublements d’Elektra qui de ce fait ne semble plus appartenir à la solitude des proscrits. Pour y résoudre le problème des déplacements, il chorégraphie avec son complice Philippe Giraudeau nombre de passages, au point qu’on se croirait à une soirée chic au théâtre d’Épidaure. Ce n’est pas le seul corps ensanglanté d’Agamemnon qui peut faire ressentir visuellement toute l’horreur de la pièce. Il revient donc au plateau et à la fosse de nous communiquer les enjeux de cet opéra coup de poing.

    Nous avions laissé Christine Goerke à ses splendides Mozart des années 2000. Ce passage au monde straussien aurait sans doute ravi le compositeur d’Elektra. Il se fait au prix d’un certain vibrato et d’aigus évanouis mais il y a dans cette fille d’Agamemnon une maîtrise du souffle, une assise qui nous communique toute l’ampleur de ce destin maudit. Sa projection des mots n’entache pas une ligne majestueuse qui se mue en émotion grandissante à partir de la scène de la reconnaissance de son frère. Elle porte littéralement le poids de la tragédie jusqu’à l’ivresse de la fin qui annonce la fureur des Érinyes.

    Remplaçant Elsa van den Heever souffrante, la Lituanienne Vida Miknevičiūtė offre en Chrysotémis un vibrato plus serré. Plus légère, elle se consume comme une torche vivante, ce n’est peut-être pas raisonnable mais l’effet en est saisissant. Angela Denoke dont la robe blanche confère au personnage un chic Art déco assez déplacé, n’est pas au même degré de fusion, mais sa Clytemnestre possède encore toute sa voix et une superbe prononciation. Du côté de la distribution masculine, le bonheur se résume à l’Égisthe toujours efficace de Gerhard Siegel. Tómas Tómasson bien chantant ne possède ni la qualité de timbre, ni le charisme d’Oreste.

    Tel un monstre un peu lent à s’éveiller, semblant venir de temps immémoriaux, la direction de Semyon Bychkov enlève aux images leur esthétisme froid. Avec des mouvements larges, le chef communique aux musiciens et aux chanteurs une chaleur interprétative bienvenue. Il phrase long et l’orchestre répond puissamment avec un incroyable luxe de détails et une richesse de timbres affolante. C’est tout le côté inexorable du drame des Atrides qui sourd de cette fosse-là, et le piège se referme sur les personnages, laissant enfin Elektra seule, foudroyée.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 13/05/2022
    Thomas DESCHAMPS

    Reprise d’Elektra de Strauss dans la mise en scène de Robert Carsen, sous la direction Semyon Bychkov à l’Opéra national de Paris.
    Richard Strauss (1864-1949)
    Elektra, tragédie en un acte (1909)
    Livret de Hugo von Hofmannsthal
    Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Semyon Bychkov
    mise en scène : Robert Carsen
    décors : Michael Levine
    costumes : Vazul Matusz
    Ă©clairages : Robert Carsen, Peter van Praet
    chorégraphie : Philippe Giraudeau

    Avec :
    Christine Goerke (Elektra), Angela Denoke (Clytemnestre), Vida Miknevičiūtė (Chrysotémis), Gerhard Siegel (Égisthe), Tómas Tómasson (Oreste), Philippe Rouillon (le précepteur d’Oreste), Stéphanie Loris (la confidente), Marianne Croux (la porteuse de traine), Lucian Krasznec (un jeune serviteur), Christian Tréguier (un vieux serviteur).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com