altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 04 juillet 2022

Nouvelle production de L’Or du Rhin de Wagner dans une mise en scène d’Andreas Homoki et sous la direction de Gianandrea Noseda à l’Opéra de Zurich.

Il Ă©tait une fois
© Monika Rittershaus

S’il ne faut guère chercher de deuxième degré dans la mise en scène très esthétique sinon superficielle de ce début de nouveau Ring zurichois par Andreas Homoki, on se régale d’une solide distribution, dominée par Tomasz Koniecsny en Wotan et Christopher Purves en Alberich, et d’une direction claire et élégante du nouveau directeur musical Gianandrea Noseda.
 

Opernhaus, ZĂĽrich
Le 14/05/2022
Pierre-Emmanuel LEPHAY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un Faust burlesque

  • Bouleversante symbolique

  • La Vestale en VF

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour ce nouveau Ring, Gianandrea Noseda offre une superbe lecture du grand Ĺ“uvre wagnĂ©rien, sobre, aux tempi tantĂ´t lents (très beau prĂ©lude), tantĂ´t Ă©tonnamment vifs avec une mise en relief de dĂ©tails instrumentaux qui ne brisent jamais la ligne. L’ensemble est fort sĂ©duisant, clair, net et tend donc plus vers Boulez que vers Böhm car il faut avouer que l’on n'est pas emportĂ©, submergĂ© ni mĂŞme vraiment Ă©mu par cette direction qui magnifie pourtant la superbe formation maison, plus belle que jamais, dont les vents brillent de mille feux, au dĂ©triment des cordes moins audibles – mais peu nombreuses dans une fosse relativement Ă©troite.

    La clarté est aussi le maître mot de la mise en scène d’Andreas Homoki. Magnifique esthétiquement, avec une tournette très habilement utilisée et éclairée, la proposition s’en tient au récit, sans second degré excessif qui perturbe la lecture, car si l’action est transposée au XIXe siècle, dans un luxueux appartement aux boiseries élégantes (et une vaste toile représentant le Walhalla dans un paysage très romantique allemand), avec les Dieux-bourgeois, les géants-juifs, les nains-prolétaires, rien d’excessif ne vient pimenter ce très beau livre d'images.

    On pense tout autant au Vaisseau fantôme de Willy Decker à l’Opéra de Paris qu’à l’inoubliable Tristan de Claus Guth in loco (repris d’ailleurs en cette fin de saison) qui se déroule de la même manière dans une demeure bourgeoise et avec le même principe de la tournette mais avec une proposition bien plus profonde et intense que celle d’Homoki, un peu trop décorative mais appuyée sur une belle direction d’acteurs et quelques trouvailles qui soutiennent constamment l’intérêt.

    La distribution, alignant les prises de rôles, propose quelques fortes individualités à commencer par le somptueux Wotan de Tomasz Konieczny. La beauté et la richesse du timbre le disputent à la puissance vocale et à la force de l’incarnation. L’interprète est totalement investi et promet de beaux moments dans les prochains volets. Fricka, Freia et Erda sont éclipsées par le formidable Loge de Matthias Klink, jouant à merveille le marginal de la famille, ou Jordan Shanahan et Omer Kobiljak en Donner et Froh rarement aussi bien défendus. Un très beau trio de Filles du Rhin complète le domaine des Dieux.

    Glorieux géants de David Soar et Oleg Davydov, Mime reconnu et toujours exemplaire Wolfgang Ablinger-Sperrhacke et prise de rôle de Christopher Purves qui incarne un extraordinaire Alberich, captivant, percutant ; une totale réussite. Tout cela donne envie de poursuivre l’aventure de ce Ring dont les deux prochains volets verront le jour la saison prochaine.




    Opernhaus, ZĂĽrich
    Le 14/05/2022
    Pierre-Emmanuel LEPHAY

    Nouvelle production de L’Or du Rhin de Wagner dans une mise en scène d’Andreas Homoki et sous la direction de Gianandrea Noseda à l’Opéra de Zurich.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Das Rheingold, prologue en quatre tableaux du festival scénique L’Anneau du Nibelung
    Livret du compositeur

    Philharmonia ZĂĽrich
    direction : Gianandrea Noseda
    mse en scene : Andreas Homoki
    décors et costumes : Christian Schmidt
    Ă©clairages : Franck Evin

    Avec :
    Tomasz Konieczny (Wotan), Jordan Shanahan (Donner), Omer Kobiljak (Froh), Matthias Klink (Loge), Patricia Bardon (Fricka), Kiandra Howarth (Freia), Anna Danik (Erda), Christopher Purves (Alberich), Wolfgang Ablinger-Sperrhacke (Mime), David Soar (Fasolt), Oleg Davydov (Fafner), Uliana Alexyuk (Woglinde), Niamh O'Sullivan (Wellgunde), Siena Licht Miller (Flosshilde).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com