altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 décembre 2022

Version de concert de Roméo et Juliette de Berlioz sous la direction de John Nelson à la Philharmonie de Paris.

Roméo pour Juliette

Œuvre hybride par excellence, Roméo et Juliette poursuit le cycle berliozien strasbourgeois et est cette fois également présenté à la Philharmonie de Paris. Rares dans la partition, les voix témoignent d’une distribution de grand luxe portée par Joyce DiDonato, tandis que l’orchestre et les chœurs bénéficient de la finesse du geste de John Nelson.
 

Philharmonie, Paris
Le 10/06/2022
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le jouisseur

  • Noces d’essai

  • L’art difficile du pĂ©plum

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Bien remplie, la Philharmonie de Paris accueille deux jours après l’Auditorium de Strasbourg la symphonie dramatique RomĂ©o et Juliette. Ă€ n’en pas douter, beaucoup sont aussi lĂ  pour la distribution et seront sans doute restĂ©s sur leur faim, après n’avoir entendu qu’un air par chacun des trois chanteurs, mais c’est bien comme cela qu’est Ă©crit le surprenant opus 17, vĂ©ritable prototype de Berlioz.

    Symphonie dramatique avec chœur inspirée au compositeur français par la Neuvième de Beethoven, cette pièce à numéros pourrait cependant rappeler la musique à programme d’un autre romantique contemporain, Mendelssohn et son A Midsummer Night’s Dream lui aussi adapté de Shakespeare. L’Introduction tente de décrire les combats et le tumulte avant le Prologue et les Strophes. L’Orchestre Philharmonique de Strasbourg y entre en finesse, sans doute trop limité en volume par John Nelson, qui ne semble pas avoir pris totalement la mesure de l’ample acoustique parisienne.

    Au moins profite-t-on sous ce geste de toute la finesse de l’orchestration berlozienne, avant de gagner en puissance grâce à l’entrée du petit chœur, encore chanté par une partie seulement du Chœur Gulbenkian et de l’Opéra du Rhin, respectivement préparés par Jorge Matta et Alessandro Zuppardo. Pas d’ophicléides pour les accompagner, mais les tubas donnent de la voix, à l’instar des autres cuivres, excellents toute la soirée.

    Placés juste devant les choristes en arrière-scène, les deux chanteurs de la première partie souffrent d’une projection limitée, surtout Cyrille Dubois, visiblement défavorisé de la même manière en Alsace par son positionnement derrière l’orchestre. Espérons que la captation réalisée pour Warner Classics mettra mieux en avant sa belle ligne de chant, ici trop fluette pour ressortir de la masse, tandis que Joyce DiDonato bénéficie à la fois de plus de puissance et d’un accompagnement plus doux, surtout porté par les couleurs des harpes et des bois.

    La grande partie symphonique met ensuite en exergue toute la minutie de Nelson, plus passionnant dans ces moments et notamment dans le Scherzo de la reine Mab que lorsqu’il faut relancer les chœurs en force dans le Convoi funèbre en seconde partie, avec des musiciens mis en légère difficulté par une battue trop aléatoire pour gérer la grande fugue orchestrale. Christopher Maltman entré pour son monologue sur le devant de scène peut mieux projeter son chant et offrir un timbre sombre au finale, dynamisé tant par l’orchestre que par les chœurs. Cette interprétation de luxe est déjà à réentendre déjà sur Mezzo et bientôt au disque.




    Philharmonie, Paris
    Le 10/06/2022
    Vincent GUILLEMIN

    Version de concert de Roméo et Juliette de Berlioz sous la direction de John Nelson à la Philharmonie de Paris.
    Hector Berlioz (1803-1869)
    Roméo et Juliette, symphonie dramatique op. 17
    Joyce DiDonato, mezzo-soprano
    Cyrille Dubois, ténor
    Christopher Maltman, baryton-basse
    Chœur Gulbenkian
    Chœur de l’Opéra du Rhin
    préparation : Jorge Matta & Alessandro Zuppardo
    Orchestre philharmonique de Strasbourg
    direction : John Nelson

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com