altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 juin 2024

Nouvelle production d’Einstein on the beach de Glass dans une mise en scène de Susanne Kennedy et Markus Selg et sous la direction d’André de Ridder au Theater Basel.

Einstein dans son jus

Antithèse de la célèbre imagerie abstraite de Robert Wilson, cette nouvelle production participative d’Einstein on the beach par le Theater Basel intrigue et captive à la fois avec son décorum bariolé surchargé de couleurs et d’images mouvantes. D’impeccables musiciens subliment la partition de Glass offrant des moments d’une magie absolue.
 

Theater, Basel
Le 19/06/2022
Pierre-Emmanuel LEPHAY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • La rose flĂ©trie de Damas

  • L'Ă©ternitĂ© et un jour

  • Orfeo rusticana

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Einstein on the beach est Ă  Glass ce que Le Marteau sans maĂ®tre est Ă  Boulez, une Ĺ“uvre de radicalitĂ©, aride sinon rebutante. Si la partition est quasiment indissociable de la production de la crĂ©ation en 1976 mise en scène par Bob Wilson, quelques propositions sont venues ces dernières annĂ©es en renouveler l’approche.

    Cette nouvelle production du Théâtre de Bâle fera sans aucun doute date par son parti pris totalement inverse. Suzanne Kennedy et Markus Selg, replacent l’œuvre dans son contexte des années 1970. La scénographie est gorgée de couleurs, de figures psychédéliques, d’éléments ésotériques, de chorégraphies évoquant ici une transe, là un cérémonial abscons, certains narrateurs se promènent dans la salle et s’adressent à des spectateurs, le public peut se promener sur le plateau tournant, l’espace est saturé d’images et de sons dans une sorte d’art total où le public participe à sa manière au spectacle.

    Il en ressort une ambiance particulière, très inhabituelle, nullement intimidante puisque le public joue complètement le jeu, se lève, parcourt le plateau, s’y installe, s’y allonge, il y a ainsi un monde fou sur scène sans que cela ne perturbe l’écoute. Le partage et l’immersion que propose cette production sont envoûtants. C’est sans doute là la différence majeure d’avec la production wilsonienne qui mettait une distance entre la scène et la salle, la tolérance venant juste (comme prévu par Glass) de la liberté offerte au public d’aller et sortir de la salle.

    Certes, on pourra trouver que la production bâloise est d’un kitsch absolu et que la surcharge visuelle anesthésie l’émotion, mais l’expérience offerte au public fascine et certains moments de grâce saisissent. Cela est aussi dû à la performance musicale de l’impeccable Ensemble Phoenix Basel, des Basler Madrigalisten (maîtrisant magnifiquement une écriture d’une difficulté extrême aux plages inlassablement répétitives dépassant parfois le quart d’heure), des solistes (dont la sensationnelle Alfheiour Erla Guomundsdottir dans l’aria vocalisée Bed au IV, inoubliable et de la violoniste Diamanda Dramm totalement hypnotique.

    Tous sont dirigés par un André de Ridder possédé et très impressionnant de maîtrise de la partition. L’ensemble dégage par moments une expressivité folle, loin là encore de l’abstraction. Notons que l’œuvre ne dure ici « que » 3h30 (d’une traite) et que des plages de musique électronique sont insérées. Un regret tout de même : les voix parlées, si essentielles, sont un peu noyées dans la masse sonore, notamment le narrateur principal dont la voix est testostéronée artificiellement dans des fréquences graves déformant et brisant quelque peu ce que cette narration peut avoir de saisissant.




    Theater, Basel
    Le 19/06/2022
    Pierre-Emmanuel LEPHAY

    Nouvelle production d’Einstein on the beach de Glass dans une mise en scène de Susanne Kennedy et Markus Selg et sous la direction d’André de Ridder au Theater Basel.
    Phil Glass (*1937)
    Einstein on the beach, opéra en 4 actes
    Livret de Christopher Knowles, Samuel M. Johnson et Lucinda Childs

    Ensemble Phoenix Basel
    Basler Madrigalisten
    concept : Suzanne Kennedy et Markus Selg
    mise en scène : Susanne Kennedy
    décors : Markus Selg
    costumes : Teresa Vergho
    vidéos : Rodrig Biersteker, Markus Selg
    Ă©clairages : Cornelius Hunziker
    chorégraphie : Ixchel Mendoza Hernandez

    Avec :
    Alfheiour Erla Guomundsdottir, Emily Dilewski, Sonja Kopperhuber, Nadia Catania

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com