altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 octobre 2022

Reprise de Peter Grimes de Britten dans la mise en scène de Stefan Herheim, sous la direction d’Edward Gardner au festival de Munich 2022.

Munich 2022 (4) :
Onirisme marin

© Wilfried Hösl

La mise en scène de Stefan Herheim cultive un geste maniériste où les confrontations entre Peter Grimes et sa communauté s’exposent en autant de brisures. En résonance avec cette vision d’une collectivité abimée, la direction de Edward Gardner appuie les fractures tonales. Peter Grimes d’une superbe envergure, Stuart Skelton marque le rôle-titre.
 

Nationaltheater, MĂĽnchen
Le 09/07/2022
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Place aux jeunes

  • La belle espĂ©rance

  • L'esprit de la danse ?

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En situant toute l’action de son Peter Grimes dans une salle communale Ă  la charpente en forme de coque de navire, Stefan Herheim a certainement voulu illustrer le milieu clos d’une communautĂ© d’un petit village de l’est de l’Angleterre. Suivant les mesures du vaste cadre de scène du Nationaltheater, cette salle en devient immense, trop grande en tout cas pour signifier vraiment un enfermement moral.

    Pour autant, avec ses accès limités, les déplacements du chœur et donc de la population paraissent laborieux. L’arrivée de chacun à l’audience du tribunal chargé d’examiner les conditions du décès de l’apprenti semble ainsi interminable, même si Herheim en bon metteur en scène musicien, trouve des illustrations à la musique du prologue.

    Disposant d’une estrade, de rideaux, ce City Hall est aussi un théâtre en soi, et par la grâce d’un réalisme magique ses murs s’ouvrent régulièrement sur le ciel ou sur la mer pour des images oniriques. Incommensurable, le banc de poissons poursuivi par les rêves obsédants de Grimes trouve enfin une illustration visuelle confondante dans la vidéo de Torge Møller. Le pêcheur se présente dès la première scène sous un jour névrotique, sans qu’il évolue durant l’opéra, à l’instar des autres personnages aux archétypes parfois trop marqués.

    En revanche, le metteur en scène multiplie les confrontations bien au-delà des didascalies du livret, apportant des éclairages contradictoires qui enrichissent et brouillent sans doute à dessein le message. On retiendra plus simplement dans les dernières scènes l’image de Grimes en costume endimanché en tout point semblable à celui de l’apprenti : sinistre illustration de l’inexorable reproduction sociale.

    Sur la scène, Stuart Skelton promène avec grâce sa silhouette imposante, alternant entre le poids de ce qu’il porte psychologiquement et la légèreté d’un monde intérieur en complète rupture. L’ambitus dynamique du chanteur est impressionnant, plus Vickers que Pears, mais ajoutant une touche ambiguë que refusait le Canadien.

    Rachel Willis-Sørensen incarne une Ellen Orford à la longue ligne vocale et aux accents touchants. Tenant de Miss Marple et du corbeau, la Mrs Sedley de Jennifer Johnston crève la scène, comme le Bob Boles inusable de Kevin Conners. Bien moins empathique que dans d’autres productions, le Balstrode de Iain Paterson conserve une élégance vocale, tout comme le Ned Keene de Konstantin Krimmel malgré une conception outrancière du personnage.

    Comme dans l’enregistrement récemment publié chez Chandos, Gardner accentue les dissonances de l’orchestre, les ruptures et brisures dans une vision d’une société cabossée. Les forces bavaroises n’ont pas cette musique dans le sang et mettent parfois trop de poids ou d’intentions. Mais au fil de la soirée, la force de cette musique emporte la salle entière dans une communion émotionnelle.




    Nationaltheater, MĂĽnchen
    Le 09/07/2022
    Thomas DESCHAMPS

    Reprise de Peter Grimes de Britten dans la mise en scène de Stefan Herheim, sous la direction d’Edward Gardner au festival de Munich 2022.
    Benjamin Britten (1913-1976)
    Peter Grimes, opéra en trois actes et un prologue (1945)
    Livret de Montagu Slater d’après un poème de George Crabbe

    Chœurs de l’Opéra National de Bavière
    Orchestre d'État de Bavière
    direction : Edward Gardner
    mise en scène : Stefan Herheim
    décors : Silke Bauer
    costumes : Esther Bialas
    Ă©clairages : Michael Bauer
    vidéo : Torge Møller
    préparation des chœurs : Stellario Fagone

    Avec :
    Stuart Skelton (Peter Grimes), Rachel Willis-Sørensen (Ellen Orford), Iain Paterson (Balstrod), Claudia Mahnke (Auntie), Lindsay Ohse (première nièce), Emily Pogorelc (seconde nièce), Kevin Conners (Bob Boles), Brundley Sherratt (Swallow), Jennifer Johnston (Mrs. Sedley), Robert Murray (Rev. Horace Adams), Konstantin Krimmel (Ned Keene), Daniel Noyola (Hobson), Jakob Biber (l’apprenti).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com