altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 décembre 2022

Récital du pianiste Jean-Frédéric Neuburger au festival de La Roque-d’Anthéron 2022.

La Roque 2022 (6) :
Calme tempéré

© Valentine Chauvin

Déjà à la Roque d’Anthéron l’année dernière avec les trois mêmes compositeurs, Jean-Frédéric Neuburger revient cet été pour une transcription de Bach jouée de la seule main gauche, puis les Nocturnes op. 27 de Chopin, données avant les deux livres d’Images de Debussy dont la lenteur n’altère qu’à peine l’interprétation très mature.
 

Auditorium du Parc, La Roque-d'Anthéron
Le 04/08/2022
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le jouisseur

  • Noces d’essai

  • L’art difficile du pĂ©plum

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Sur la scène secondaire l’an dernier Ă  cause des restrictions sanitaires, Jean-FrĂ©dĂ©ric Neuburger retrouve cet Ă©tĂ© l’Auditorium du Parc pour un rĂ©cital de fin d’après-midi Ă  la Roque-d’AnthĂ©ron. Et s’il avait ouvert en 2021 par la Partita pour clavier n° 1 de Bach, c’est cette fois par la Chaconne de la Partita n° 2 pour violon qu’il introduit son concert. Mais plutĂ´t que l’arrangement pour piano de Busoni, il choisit celui de Brahms, uniquement pour la main gauche.

    Souple et équilibré, Jean-Frédéric Neuburger ne dissimule pas un tempo très ample, maintenu pendant tout le concert, comme si les températures harassantes – il fait encore 35 degrés à 18h lorsque le récital débute – obligeaient l’artiste à un rythme plus calme. Les deux Nocturnes op. 27 joués ensuite gagnent la même lenteur, sans doute parfaitement adaptée dans le cadre d’un bis de fin de soirée, mais quelque peu déroutante en pleine chaleur de fin d’après-midi, où le soleil chauffe encore plus d’un tiers des gradins de l’auditorium de deux mille places, plus qu’à moitié rempli.

    De Chopin toujours, la Polonaise-Fantaisie en lab majeur op. 61, se voit traitée par la même maîtrise ainsi que le même tempo, très mesuré, pour une interprétation intéressante, qui ne peut toutefois faire oublier un jeu par excellence adapté au dernier compositeur du programme : Claude Debussy. Alors, et bien que là encore plus lent que l’an passé, où avait déjà été choisi le Livre I des Images, les Reflets dans l’eau récupèrent les diaprures délivrées par le toucher de la main droite, tandis que la main gauche crée par ses graves l’impression d’eaux stagnantes.

    L’Hommage à Rameau prend du temps à se défaire, trop plombé par le rythme et les accords graves, qui reprennent un peu de dynamique avec Mouvements. Puis le Livre II, déjà entendu en matinée par Maroussia Gentet, démontre d’une approche plus mature de Neuburger, notamment pour faire ressortir les Cloches à travers les feuilles. Et la lune descend sur le temple qui fut profite du même éclairage, d’un propos assez sombre, tandis que les Poissons d’or frétillent moins que le matin dans l’aigu, mais s’agitent plus librement dans le calme de l’interprétation.

    Comme un hommage à Nelson Freire, auquel cette édition rend hommage tout l’été, Neuburger propose en bis Granados et son Fandango de Candil, une danse de la bougie là encore surprenante à cette heure, même si elle permet de profiter une dernière fois de l’agilité du doigté du pianiste français.




    Auditorium du Parc, La Roque-d'Anthéron
    Le 04/08/2022
    Vincent GUILLEMIN

    Récital du pianiste Jean-Frédéric Neuburger au festival de La Roque-d’Anthéron 2022.
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Chaconne (Partita pour violon n° 2 arr. Brahms)
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Deux Nocturnes op. 27
    Polonaise-Fantaisie en lab majeur, op. 61
    Claude Debussy (1862-1918)
    Images (Livre I & II)
    Jean-Frédéric Neuburger, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com