altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 29 novembre 2023

Nouvelle production de K√°tia Kabanov√° de Jan√°ńćek dans une mise en sc√®ne de Tatjana G√ľrbaca et sous la direction de Tom√°Ň° Netopil au Grand Th√©√Ętre de Gen√®ve.

La Prisonnière
© Carole Parodi

Un an apr√®s une belle JenŇĮfa, Tatjana G√ľrbaca revient √† Jan√°ńćek et au Grand-Th√©√Ętre de Gen√®ve avec Kati√° Kabanov√°. Sa mise en sc√®ne d√©montre, avec une rigoureuse √©conomie de moyens, une galerie d'effets remarquables et puissants qui donnent au drame intime une dimension universelle, soutenu par un plateau et une fosse remarquables.
 

Grand Th√©√Ętre, Gen√®ve
Le 21/10/2022
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Plage post-Einstein

  • Esmeralda finit au b√Ľcher

  • L‚Äôeffervescence de Berlioz

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La sc√©nographie inscrit l'action dans un d√©cor de bois brut d√©limit√© par un vaste cadre de sc√®ne qui se prolonge par un curieux effet de perspective. Sur la premi√®re partie en pente raide se joue l'essentiel de la pi√®ce. Deux entr√©es s'ouvrent sur les c√īt√©s, o√Ļ se trouvent les sc√®nes intimes plac√©es en hors-champ muet. Cette √©pure rehausse paradoxalement la profondeur du drame de K√°tia Kabanov√°, qu'on aime comparer √† celui de Madame Bovary. Mais l'adult√®re et la na√Įvet√© romantique du personnage de Flaubert croise ici la dimension existentialiste de L'√Čtranger d'Albert Camus ‚Äď autre r√©f√©rence cit√©e par Tatjana G√ľrbaca.

    Hormis les costumes, l'√©troitesse et la mesquinerie de la soci√©t√© villageoise ne sont pas rendues ici avec un r√©alisme oppressif. Il faut accepter ce symbolisme qui fait du fleuve o√Ļ elle ira se suicider un √©l√©ment suppl√©mentaire projet√© sur ce d√©cor mental. Les personnages sont √©clair√©s par une lumi√®re crue qui les d√©coupe comme les pi√®ces d'un √©chiquier dont la mise en sc√®ne s'attache toujours √† privil√©gier la g√©om√©trie des caract√®res, √† travers la disposition et les gestes.

    Durant l'ultime monologue de Kátia, les personnages répètent en boucle des gestes d'automates, interrompus par un miroir qui se brise et préfigure le suicide. La chair et la sensualité ne sont pas ici au centre des enjeux, avec une dramaturgie qui leur préfère la rigueur du dispositif psychologique qui conduira Kátia à mettre fin à ses jours.

    Corinne Winters donne au personnage une authenticit√© qui expose une fragilit√© native, pr√™te √† √©clater, et dont la relation adult√®re est moins le r√©sultat d'un coup de foudre que d'une issue in√©luctable qui finit par la broyer corps et √Ęme. Vocalement, l‚ÄôAm√©ricaine domine son r√īle de la t√™te et des √©paules, avec une sinc√©rit√© d'accent et de ligne qui s'appuie sur un timbre et une projection au lyrisme br√Ľlant.

    Son duo d'amour avec le Boris d'AleŇ° Briscein marque un des sommets de la soir√©e. Le timbre solaire du t√©nor joint naturellement son ampleur et sa brillance √† celui de K√°tia, avec une libert√© remarquable dans la fa√ßon de rendre palpable la respiration commune du couple. Sam Furness est un KudrjaŇ° moqueur et tr√®s fin dans ses aigus tandis qu‚ÄôEna Pongrac signe une Varvara de tout premier plan. Elena Zhidkova offre √† Kabanicha les contours √Ępres de son mezzo, en sym√©trie avec la rugosit√© du Diko√Į de T√≥mas T√≥masson. Magnus Vigilius campe un Tikhon contrast√© et tourment√©.

    L'Orchestre de la Suisse Romande trouve en Tom√°Ň° Netopil une direction musicale capable de sublimer la suavit√© du discours qui donne √† entendre chez Jan√°ńćek le merveilleux coloriste et la d√©sesp√©rance des destins. La souplesse de la ligne lib√®re une palette expressive de premier ordre, avec une petite harmonie narquoise et des cuivres puissants et volumineux. Heureux public genevois !




    Grand Th√©√Ętre, Gen√®ve
    Le 21/10/2022
    David VERDIER

    Nouvelle production de K√°tia Kabanov√° de Jan√°ńćek dans une mise en sc√®ne de Tatjana G√ľrbaca et sous la direction de Tom√°Ň° Netopil au Grand Th√©√Ętre de Gen√®ve.
    LeoŇ° Jan√°ńćek (1854-1928)
    Kátia Kabanová, opéra en trois actes (1921)
    Livret de Vincenc ńĆervinka d‚Äôapr√®s L‚ÄôOrage d‚ÄôAlexandre Ostrovski

    Coproduction avec le Deutsche Oper am Rhein D√ľsseldorf Duisburg

    ChŇďur du Grand Th√©√Ętre de Gen√®ve
    Orchestre de la Suisse Romande
    direction musicale : Tom√°Ň° Netopil
    mise en sc√®ne : Tatjana G√ľrbaca
    scénographie : Henrik Ahr
    costumes : Barbara Drosihn
    éclairages : Stefan Bolliger
    pr√©paration des chŇďurs : Alan Woodbridge

    Avec :
    Corinne Winters (K√°tia Kabanov√°), AleŇ° Briscein (Boris Grigorjevińć), Elena Zhidkova (Kabanika), Magnus Vigilius (Tikhon Kabanov), T√≥mas T√≥masson (Dik√≥j), Sam Furness (V√°Ňąa KudrjaŇ°), Ena Pongrac (Varvara), Vladimir Kazako (Kuligin), Natalia Ruda (FeklouŇ°a), Mi-Young Kim (GlaŇ°a).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com