altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juin 2024

Récital du pianiste Leif Ove Andsnes au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

La tentation nationale
© Helge Hansen

Leif Ove Andsnes présente un programme opposant un jeu plus qu’austère pour deux sonates de Beethoven à une évocation pleine de saveurs des Impressions poétiques de Dvořák. Visiblement très affecté par la guerre en Ukraine, le pianiste norvégien trouve réconfort et inspiration dans les musiques des écoles nationales.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 16/11/2022
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Connivence musicale

  • Du cĂ´tĂ© de chez Gaillardin

  • Le drĂ´le de rĂ©cital

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les premiers accords de la Sonate PathĂ©tique annoncent la couleur, ou plutĂ´t sa rarĂ©faction. Comme dans ses Mozart rĂ©cents, Leif Ove Andsnes joue d’une palette très Ă©conome, et restreint l’ambitus dynamique et mĂ©tronomique de son clavier. Point de tempĂŞte et une narration qui s’estompe dans l’abstraction, on est très loin du geste romantique puissant de cette Ĺ“uvre emblĂ©matique.

    La même approche convient sans doute davantage à l’Opus 110 de Beethoven. Ce jeu qui cultive l’aporie garde une clarté qui n’a rien de distanciée et souligne le caractère très unifié du chef-d’œuvre. Mais le premier mouvement chante si peu, le Molto allegro manque tant de violence et le Finale n’est pas vraiment l’envol attendu, tant et si bien que le compte n’y est pas. Au point qu’on pourrait s’inquiéter de l’art d’un artiste autrefois plus éloquent. La suite du récital va infirmer ces craintes.

    Le pianiste joue les Treize impressions poétiques de Dvořák qu’il vient de faire paraître chez Sony. Un répertoire méconnu du public et négligé même par les pianistes tchèques. Le Chemin nocturne qui ouvre le cycle se pare de couleurs chaleureuses démentant la réserve précédemment observée. Andsnes déploie dans les morceaux qui suivent une narration pittoresque qui n’est pas sans rappeler celle des pièces lyriques de Grieg, à l’instar de la Danse des lutins qui évoque les trolls norvégiens.

    Là où Rudolf Firkusny ou Radoslav Kvapil trouvaient une unité poétique dans le cycle, Andsnes cherche à différencier les pièces mais curieusement, cela a aussi pour effet de souligner les ritournelles comme tic de composition. Cette réserve paradoxale est largement compensée par une éloquence de tous les instants. Pour son premier bis, le pianiste prend la parole et explique qu’il tient particulièrement à jouer une pièce composée par son compatriote Harald Sæverud pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Un immense cri crescendo qui porte parfaitement son titre : KjempeviseslĂĄtten, en français « La ballade de la rĂ©volte  ». Dans le contexte gĂ©opolitique qui est le nĂ´tre, la violence que met Andsnes dans cette pièce plutĂ´t que dans la première partie de soirĂ©e signifie beaucoup, comme si le pianiste trouvait davantage de ressources dans la musique des Ă©coles nationales (il joue aussi Janáček ou Silvestrov ces derniers mois) que dans l’universalisme beethovĂ©nien. Le rĂ©cital se clĂ´t par une douloureuse mazurka de Chopin.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 16/11/2022
    Thomas DESCHAMPS

    Récital du pianiste Leif Ove Andsnes au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Sonate pour piano n° 8 en ut mineur op. 13 « Pathétique » (1799)
    Sonate pour piano n° 31 en lab majeur op. 110 (1821)
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Treize impressions poétiques op. 85 (1889)
    Leif Ove Andsnes, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com