altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 janvier 2023

Récital de Bertrand Chamayou pour célébrer le retour du Steinway 1907 à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, Paris.

Retour au salon
© Yves Forestier-Alkama

Dans le cadre des concerts mensuels du mercredi, la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret (ex-Médiathèque musicale Mahler) inaugure le retour du Steinway 1907 avec le parrain de la rénovation, Bertrand Chamayou, toujours aussi subtil dans les jeux d’eaux de Liszt et Ravel, qu’il mêle le temps d’un récital aux cloches mystiques de Wagner.
 

Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, Paris
Le 23/11/2022
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan sans coordination

  • L’art de la formule

  • A London Journey

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Acquis par la famille Singer-Polignac en 1907 avant d’être adoptĂ© par Henry-Louis de La Grange, le Steinway lĂ©guĂ© en 2019 Ă  la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret retrouve sa place au salon, après neuf mois d’une restauration rendue possible grâce au support de soixante-neuf donateurs, et surtout aux mains expertes de Sylvie Fouanon et de son Ă©lève Marion LainĂ©, toutes deux prĂ©sentes pour le rĂ©cital du parrain de la rĂ©novation.

    D’un peu plus d’une heure, le programme accorde deux cycles développés depuis de longues années par Bertrand Chamayou, encore évoqués avec nous en interview cet été. Associé avec les courts Miroirs de Ravel, celui bien plus dense des Années de pèlerinage de Liszt s’intègre par seulement deux extraits, dont Sposalizio (Mariage) pour introduire le concert. Court portrait musical de la peinture éponyme de Raphaël, l’œuvre met déjà en avant les graves ainsi que les pédales d’un piano magnifiquement ravivé, par sa structure technique comme par sa superbe parure.

    La Marche solennelle vers le Saint-Graal, extraite de Parsifal de Wagner, permet d’entendre ensuite la facette de transcripteur de Liszt, en même temps que l’œuvre image des cloches au piano, carillons retrouvés différemment dans la dernière pièce ravélienne de la soirée. Plus complexe dans son écriture, la transcription met moins en valeur le toucher du pianiste, qui oublie trop le jeu de salon, au risque de contraster autant que dans un ample auditorium. Plus agile et plus fluide juste après, Chamayou retrouve toute sa magnificence par les couleurs aquatiques des Jeux d’eau à la Villa d’Este, d’autant plus exaltées qu’elles sont mises en regard avec d’autres Jeux d’eau ensuite, ceux de l’hommage de Ravel à Liszt.

    En dernière partie, après une Pavane pour une infante défunte raffinée, sans pathos et dans un tempo rapide, les Miroirs débutent avec retenue pour des Noctuelles plus ouvertes vers la fin, avant de subtils Oiseaux tristes et Une barque sur l’océan parfaitement emportée dans les flux et reflux de notes. L’Alborada del gracioso démontre la technique impeccable du pianiste français, qui conduit à une lumineuse Vallée des cloches, dont le style debussyste est mis en exergue par le bis, le huitième des Préludes du Livre I : La Fille aux cheveux de lin.




    Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, Paris
    Le 23/11/2022
    Vincent GUILLEMIN

    Récital de Bertrand Chamayou pour célébrer le retour du Steinway 1907 à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, Paris.
    Franz Liszt (1811-1886)
    Années de pèlerinage II, S.161 : Sposalizio
    Années de pèlerinage III, S.163 : Les jeux d’eau à la Villa d’Este
    Richard Wagner (1813-1883) / Franz Liszt (1811-1886)
    Parsifal : Marche solennelle vers le Saint-Graal, S.450
    Maurice Ravel (1875-1937)
    Pavane pour une infante défunte
    Jeux d’eau
    Miroirs
    Bertrand Chamayou, piano Steinway 1907

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com