altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 janvier 2023

Requiem de Verdi par musicAeterna sous la direction de Teodor Currentzis au festival d’automne de Baden-Baden 2022.

Verdi par le texte
© Andrea Kremper

Ceux qui attendaient un Requiem spectaculaire en seront pour leurs frais : Teodor Currentzis offre une lecture presque sobre mais très rhétorique et dramatique du chef-d’œuvre verdien, avec un souci admirable du phrasé et du texte. Si elle manque d’un peu d’émotion, la performance des musiciens demeure exceptionnelle.
 

Festpielhaus, Baden-Baden
Le 20/11/2022
Pierre-Emmanuel LEPHAY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan sans coordination

  • L’art de la formule

  • A London Journey

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Teodor Currentzis avait déjà donné le Requiem de Verdi en tournée il y a quelques années, les musiciens alors vêtus de robes de bure noire et jouant debout. La vision de ce cérémonial était prenante et renvoyait à l’évidence au célèbre propos de Hans von Bülow : « un opéra en robe d’ecclésiastique Â». Par choix ou contrainte (ce Requiem a remplacé in extremis une version concertante de Tristan), foin de tout cela ici, Currentzis offre une lecture dépouillée de tout artifice et presque sobre de la partition.

    Si les cordes à peine audibles débutent dans un effet étonnant (qui est aussi une coquetterie), plus saisissante encore est l’entrée du chœur, à la fois d’une sonorité d’une rare pureté et homogénéité et d’une articulation particulièrement claire qui projette admirablement le texte. Cette netteté bénéficiera à la lecture impeccable voire implacable des doubles fugues (notamment celle du Sanctus) ou encore à une psalmodie dans le Libera me d’une agogique stupéfiante de mise en place pour un chœur aussi fourni.

    La distribution n’est pas en reste et étonne par la présence de chanteurs allemands que l’on n’associe pas à Verdi, à commencer par Andreas Schager, vaillant Heldentenor s’il en est. Force est de constater que le chanteur sait se plier aux exigences de l’écriture verdienne en mariant engagement dramatique et trésors de délicatesse au point qu’on le verrait bien se lancer dans Otello. Mêmes qualités chez Matthias Goerne qui, loin de la basse requise, n’en reste pas moins captivant par des interventions hallucinées, très théâtrales.

    Chez les dames, la palme revient à Ève-Maud Hubeaux, somptueuse de timbre et de ligne : le chant rond, que sublime un legato parfait, est radieux de bout en bout. Zarina Abaeva quant à elle semble en méforme (au point de parfois dangereusement baisser voire sérieusement détonner dans le Libera me) mais n’en distille pas moins un chant aux superbes sons filés. La rhétorique distillée à merveille par les chanteurs est aussi dans l’orchestre avec un souci du phrasé et de l’articulation d’autant plus stupéfiant que le pupitre des cordes est très fourni – dix contrebasses et pas moins de seize premiers violons. La sonorité est riche, pleine, portée par d’admirables instrumentistes (quel pupitre de violoncelles !).

    Comme toujours avec Currentzis, on redécouvre tel ou tel détail de la partition sans que cela ne nuise ici à la ligne, bien au contraire : ces effets de zoom bénéficient à la lecture du chef grec, à la gestique ô combien personnelle mais souvent agaçant par ses bruits de talon trop audibles. Peut-être pourra-t-on reprocher à cette lecture un manque d’émotion véritable, mais la théâtralité sans excès fondée sur une étonnante présence du texte colle finalement bien à cette œuvre hybride fascinante.




    Festpielhaus, Baden-Baden
    Le 20/11/2022
    Pierre-Emmanuel LEPHAY

    Requiem de Verdi par musicAeterna sous la direction de Teodor Currentzis au festival d’automne de Baden-Baden 2022.
    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    Messa da Requiem
    Zarina Abaeva (soprano)
    Ève-Maud Hubeaux (mezzo-soprano)
    Andreas Schager (ténor)
    Matthias Goerne (baryton)
    musicAeterna
    direction : Teodor Currentzis

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com