altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mars 2023

Reprise de Tristan et Isolde de Wagner dans la mise en scène de Peter Sellars et Bill Viola, sous la direction de Gustavo Dudamel à l’Opéra national de Paris.

Tristan sans coordination
© Elisa Haberer

Cette nouvelle reprise du spectacle phare des années Mortier est marquée par des oppositions plutôt qu’une symbiose entre la direction de Gustavo Dudamel et la scène, tant dans la conception du spectacle que dans le dialogue avec le plateau. Le Tristan bien chantant de Michael Weinius est confronté à l’Isolde trop exposée de Mary Elizabeth Williams.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 17/01/2023
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Fiat Lux

  • Bienheureuse IphigĂ©nie

  • Panorama finlandais

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Gustavo Dudamel est-il vraiment un chef d’opĂ©ra ? La question mĂ©rite d’être posĂ©e après cette nouvelle Ă©tape du mandat en cours du chef vĂ©nĂ©zuĂ©lien. Après Tosca, voici la deuxième reprise qu’il dirige cette saison dans une maison de niveau mondial oĂą l’on pourrait penser que le directeur musical se rĂ©serve plutĂ´t les nouvelles productions. C’est que Dudamel n’y dirige pour le moment que des ouvrages qu’il a dĂ©jĂ  Ă  son rĂ©pertoire. Cet investissement parisien relatif peut en partie s’expliquer par le planning d’une carrière chargĂ©e. L’important reste le travail en fosse et, Ă  ce titre, ce Tristan pose de nouvelles questions.

    Le Wagner de Dudamel est brillant et virtuose, plus solaire que mystique. La représentation de ce soir confirme cette ligne stylistique avec une direction séquentielle au I qui privilégie tout ce qui est animé, à la façon d’une bande son de film d’aventures. Au II, la nuit semble bien claire et l’orchestre sonne plus vertical que lyrique pendant le duo d’amour. Et au dernier acte, la bataille devient épique alors que le prélude manque d’ambiance. Tous ces choix viennent en contradiction avec les vidéos oniriques et hypnotiques de Bill Viola, comme si le chef refusait de les voir alors qu’elles étaient également présentes lorsqu’il a dirigé l’œuvre à Los Angeles.

    Ce manque de réceptivité face à la scène s’accompagne d’une attention limitée aux chanteurs. Bien entendu, avec un chef de ce niveau, les décalages sont limités. Mais ce soir la prestation de Mary Elizabeth Williams en Isolde demandait de l’aide. La soprano au jeu débridé au point que Peter Sellars a abandonné l’intériorité d’une grande partie de sa mise en scène, ne s’est pas montrée vocalement sous un jour favorable. Excepté dans de rares passages piano, sa voix sonne dure et dangereusement ouverte. La prononciation approximative de l’allemand disparaît au II pour un sabir tandis que l’intonation vacille complètement au III.

    Le chef n’adapte en rien sa direction, laissant seule la soprano face à ses nombreuses difficultés. Comme il ne répond pas aux couleurs poétiquement distillées par l’excellent Michael Weinius, particulièrement inspiré pour le délire de Tristan. Le dialogue avec le roi Marke un peu vieilli d’Eric Owens manque aussi de profondeur. Seuls les autres rôles semblent correspondre à la conception du chef : la Brangaine affranchie d’Okka von Damerau et surtout le Kurwenal très viril de Ryan Speedo Green, qui fait sensation. Il faut espérer que les soirées suivantes montreront davantage de coordination artistique.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 17/01/2023
    Thomas DESCHAMPS

    Reprise de Tristan et Isolde de Wagner dans la mise en scène de Peter Sellars et Bill Viola, sous la direction de Gustavo Dudamel à l’Opéra national de Paris.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Tristan und Isolde, action dramatique en trois actes (1865)
    Livret du compositeur

    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Gustavo Dudamel
    mise en scène : Peter Sellars
    création vidéo : Bill Viola
    costumes : Martin Pakledinaz
    Ă©clairages : James F. Ingalls
    préparation des chœurs : Alessandro di Stefano

    Avec :
    Michael Weinius (Tristan), Mary Elizabeth Williams (Isolde), Eric Owens (König Marke), Okka von Damerau (Brangäne), Ryan Speedo Green (Kurwenal), Neal Cooper (Melot), Maciej Kwaśnikowski (un Pâtre / un Jeune marin), Tomasz Kumiega (un Timonier).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com