altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mars 2023

Nouvelle production du Retour d'Ulysse de Monteverdi dans une mise en scène de FC Bergman et sous la direction de Fabio Biondi au Grand Théâtre de Genève.

AĂ©riens transports
© Magali Dougados

Quoi de plus éloquent qu'un aéroport pour évoquer le retour d'Ulysse ? Le collectif flamand FC Bergman magnifie ce lieu où la tristesse et la banalité croisent la thématique des retrouvailles et de l'attente, tout en accompagnant un plateau de premier plan avec Mark Padmore, Sara Mingardo et un rigoureux Fabio Biondi à la tête de son Europa Galante.
 

Grand Théâtre, Genève
Le 27/02/2023
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Fiat Lux

  • Bienheureuse IphigĂ©nie

  • Panorama finlandais

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Qui est cet Ulysse qui revient Ă  Ithaque après vingt ans d'absence ? Le gĂ©nie du librettiste Giacomo Badoaro fait dire Ă  PĂ©nĂ©lope : « C’est d’Ulysse disparu que je suis l'Ă©pouse. Ni l’enchantement ni la magie n’ébranleront ma foi et ma volontĂ©. Â» Et pour cause, comment reconnaĂ®tre le roi sous les traits d’un sdf comme ceux que l’on croise dans les aĂ©roports ? Le collectif flamand FC Bergman propose un Monteverdi en forme de lente et triste dĂ©ploration sur l'attente et le dĂ©samour. Sur l'affichage Ă©lectronique, les vols n'ont ni horaires ni destinations, seulement des noms d'allĂ©gories : le Temps, le Destin, l'Amour.

    Mark Padmore chante à la fois Ulysse et la Fragilité humaine, ligoté à un pilier comme le héros mythologique au mât du navire durant l'épisode des sirènes. La mise en scène fait surgir des images surréalistes comme cette chèvre d'Ithaque au bas de l'escalator ou défilant sur le carrousel à bagages, les objets symboliques des aventures du héros : l'œil du Cyclope, le squelette de la sirène, le mât brisé du navire, le cheval de Troie…

    Les apparitions de Minerve et Télémaque sur son char contrastent violemment avec cette mélancolie générale. Tous deux harnachés de cuirasses antiques et casques de combat semblent sortis d'une céramique attique. En revanche, Pénélope est montrée dans une faiblesse extrême, se soutenant à peine entre la nourrice Ericlea et le berger Eumée. Elle regarde avec nostalgie les deux amoureux Melantho et Eurymaque, échos du couple qu'elle formait avec Ulysse – et qui s'envolent vers d'autres cieux en passant le portique de contrôle.

    Le dialogue entre Jupiter et Neptune est l'occasion d'une scène comique, sous la forme respective d'une fontaine à eau incontinente conversant avec un tableau électrique foudroyé par un court-circuit. Apparaissant en seconde partie dans des costumes de carnaval, leur présence complète de belle façon cette ambiance à la fois féérique et désabusée.

    Le plateau est soutenu par l’Ulysse de Mark Padmore, qui magnifie une ligne très aérienne et contrastée, face à la Pénélope de Sara Mingardo, dont la voix sombre et voluptueuse s'allie de la plus belle des façons à sa présence en scène. Jorge Navarro Colorado en Télémaque et Mark Milhofer en Eumée soutiennent parfaitement l'action, avec une liberté et une maîtrise dans le phrasé et les couleurs qui servent admirablement le texte et font entendre cette tonalité humoristique qui s'accorde avec la scénographie.

    Giuseppina Bridelli campe avec autorité le triple rôle de Junon, Fortune et surtout Minerve quand l'élégant Jérôme Varnier (Neptune) domine un Denzil Delaere un peu étriqué en Jupiter. William Meinert (Antinoüs) triomphe de tous les autres prétendants tandis que le Chœur du Grand Théâtre de Genève révèle des qualités et une vivacité de tout premier plan. Fabio Biondi dirige son Europa Galante avec une pudeur très concentrée, attentif à ne jamais couvrir le plateau mais perdant parfois en présence et en poids sonore dans un continuo qui aurait mérité davantage d'affirmation et de vigueur.




    Grand Théâtre, Genève
    Le 27/02/2023
    David VERDIER

    Nouvelle production du Retour d'Ulysse de Monteverdi dans une mise en scène de FC Bergman et sous la direction de Fabio Biondi au Grand Théâtre de Genève.
    Claudio Monteverdi (1567-1643)
    Il ritorno d’Ulisse in patria, tragedia di lieto fine in un prologo e tre atti (1640)
    Livret de Giacomo Badoaro d'après L'Odyssée d'Homère
    Créé en février 1640 au Teatro San Giovanni e Paolo de Venise

    Chœur du Grand Théâtre de Genève
    Europa Galante
    direction : Fabio Biondi
    Mise en scène et décors : FC Bergman
    costumes et accessoires : Mariel Manuel
    Ă©clairages : Ken Hioco
    préparation des chœurs : Alan Woodbridge

    Avec :
    Mark Padmore (Ulysse / L’Humaine Fragilité), Sara Mingardo (Pénélope), Jorge Navarro Colorado (Télémaque), Julieth Lozano (L’Amour / Mélantho), Mark Milhofer (Eumée), Omar Mancini (Eurymaque), Giuseppina Bridelli (Junon / La Fortune / Minerve), Elena Zilio (Euryclée), Jérôme Varnier (Neptune), Denzil Delaere (Jupiter), Sahy Ratia (Amphinome), Vince Yi (Pisandre), William Meinert (Antinoüs / Le Temps).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com