altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 juin 2024

Création de Mélisande, d'après l'opéra Pelléas et Mélisande de Maeterlinck et Debussy dans une mise en scène de Richard Brunel et une adaptation musicale de Florent Hubert.

Allemonde miniature
© Jean-Louis Fernandez

Après La Traviata, Didon et Orfeo, l'opéra adapté revient en force au Théâtre des Bouffes du Nord. Le metteur en scène Richard Brunel et le musicien Florent Hubert proposent Mélisande à partir de l’opéra de Debussy, avec Judith Chemla et Benoît Rameau brillants interprètes dans les rôles principaux malgré une scénographie parfois elliptique.
 

Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
Le 09/03/2023
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'Ă©ternitĂ© et un jour

  • Orfeo rusticana

  • Visions cauchemardesques

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Sept ans après Traviata (Vous mĂ©ritez un avenir meilleur), le Théâtre des Bouffes du Nord renoue avec un autre spectacle hybride : MĂ©lisande, d'après Debussy/Maeterlinck. Les arrangements sont signĂ©s du mĂŞme Florent Hubert qui avait crĂ©Ă© in loco Le Crocodile trompeur d'après Didon et ÉnĂ©e de Purcell ou Orfeo, Je suis mort en Arcadie.

    Avec le metteur en scène Richard Brunel, il propose d'adapter l'opéra de Debussy en focalisant la dramaturgie autour de Mélisande, interprétée par Judith Chemla. Après avoir incarné Violetta avec Benjamin Lazar, l'actrice et soprano réussit à donner au personnage-titre des contours et une présence vraiment remarquables qui ne sont pas sans rappeler l'interprétation de l'intégralité du rôle qu'elle a chanté à l'Opéra de Montpellier il y a tout juste un an.

    Il serait assez vain d'appréhender ce spectacle avec les codes rigoureux d'une représentation lyrique puisque tout repose ici sur une interrelation où pour l'essentiel, le chant cède au théâtre parlé. La fragilité magnétique du personnage sert de fil rouge à un livret passablement écourté où disparaît le rôle de Geneviève, tandis que ceux d'Arkel et d'Yniold se retrouvent condensés en un personnage mixte interprétant également le Médecin (Antoine Besson).

    C'est sans doute là où certaines faiblesses apparaissent, puisque la réduction du livret implique inévitablement des manques dans l'équilibre dramaturgique. En refusant de recourir à des scènes présentes dans la pièce de Maeterlinck et en ne travaillant qu'à partir du livret de Debussy, Brunel propose une sorte d'opéra miniature qui prend parfois le risque de frustrer l'écoute quand se dessinent en creux certaines scènes absentes comme l'arrivée de Pelléas, trop elliptiques comme la scène Golaud-Yniold quand elles ne versent pas carrément dans un Feydeau mal assumé dans la scène de la tour réduite à un jeu entre la femme et l'amant batifolant autour du lit où le mari s'est endormi.

    L'ajout d'un prélude parlé établit un rapport entre Golaud et Barbe-bleue (également repris dans une autre pièce pièce de Maeterlinck qui donna l'opéra de Dukas) – idée également assez faible puisqu'elle invite à penser que Mélisande retrouve en Golaud son ancien geôlier. L'incarnation de Jean-Yves Ruf manque singulièrement de chair et de tranchant. Golaud anecdotique et vaguement bourru, il n'atteint pas à la spontanéité et à l'évidence du Pelléas de Benoît Rameau particulièrement bien servi par la clarté du timbre et la précision du phrasé.

    Comme dans les précédents spectacles de Florent Hubert, les musiciens interviennent dans le déroulement de l'action théâtrale. L'équilibre harmonique du quatuor est soutenu par l'accordéon de Sven Riondet, avec les percussions volubiles et multiples de Yi-Ping Yang. La présence de la harpe de Marion Sicouly nourrit un idiome debussyste que complète les lignes mélodiques de Nicolas Seigle au violoncelle.




    Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
    Le 09/03/2023
    David VERDIER

    Création de Mélisande, d'après l'opéra Pelléas et Mélisande de Maeterlinck et Debussy dans une mise en scène de Richard Brunel et une adaptation musicale de Florent Hubert.
    Mélisande, d'après l'opéra Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck et Claude Debussy
    direction musicale : Florent Hubert
    mise en scène et adaptation du livret : Richard Brunel
    décors et costumes : Anouk Dell'Aiera
    éclairages : Victor Egéa

    Avec :
    Judith Chemla (Mélisande), Benoît Rameau (Pelléas), Jean-Yves Ruf (Golaud), Antoine Besson (Le Médecin), Yi-Ping Yang (percussion), Marion Sicouly (harpe), Sven Riondet (accordéon), Nicolas Seigle (violoncelle).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com