altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 mai 2024

Deuxième concert de l’Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction d’Esa-Pekka Salonen et avec le concours du violoniste Johan Dalene à la Philharmonie de Paris.

Le temps suspendu
© Ondine Bertrand

Pour leur deuxième soirée à la Philharmonie de Paris, San Francisco et Salonen offrent un programme très cohérent. L’hommage à Sibelius du regretté Steven Stucky est suivi par un Concerto pour violon de Barber servi avec une rare intensité par Johan Dalene. La soirée trouve son aboutissement avec une Symphonie n° 5 de Sibelius d’anthologie.
 

Philharmonie, Paris
Le 10/03/2023
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Chevalier malade

  • Lise de JudĂ©e

  • Une joie indicible

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Qualifiant lui-mĂŞme avec humour et modestie sa pièce Radical Light de « petite morveuse Â» osant s’inspirer de la forme en mouvement unique de la Septième Symphonie de Sibelius, Steven Stucky montre ici une connaissance organique de l’univers du Finlandais. Très Ă©lĂ©gante, cette partition pour grand orchestre Ă  la percussion Ă©tendue, s’offre comme une suspension du temps traversĂ©s d’éclairs. Son expression limpide est Ă  la fois sa force indĂ©niable et sa relative faiblesse. Esa-Pekka Salonen, son crĂ©ateur Ă  Los Angeles, la prĂ©sente avec une finesse renouvelĂ©e avec ses musiciens de San Francisco. L’écriture superbement mĂ©lodique du Concerto pour violon de Barber qui suit prolonge un certain hĂ©donisme sonore.

    Le concerto bénéficie au premier chef d’un violoniste de premier plan, le jeune Johan Dalene. De son Stradivarius, il produit une sonorité sombre, parfois rauque, qui contraste admirablement avec la luxuriance des cordes de l’orchestre renforcée par la direction foisonnante de Salonen. Dalene tend l’œuvre de phrasés parfaitement modelés à mille lieux des mignardises sucrées souvent entendues dans cette partition. Du coup, le Presto final, à l’esthétique différente des deux premiers mouvements contemplatifs, apparaît comme un fol aboutissement, une course à l’abîme inévitable. La Quatrième Sonate d’Ysaÿe donnée en bis confirme que sa virtuosité se double d’une personnalité marquante.

    La soirée gagne si possible encore en intensité avec la Symphonie n° 5 de Sibelius. Le concert du Théâtre des Champs-Élysées en 2016 avec le Philharmonia est resté dans les mémoires. Le feu de sa direction semble avoir encore gagné en profondeur et en intensité. Tout ce qui relève du changement de tempo, un des éléments essentiels à l’artisanat sibélien, est ici réalisé avec une maîtrise qui coupe le souffle.

    Dans un geste allant, le chef parvient sans couture apparente à ménager des suspensions de temps (les mêmes soulignées dans la pièce introductive de Stucky) pendant lesquelles l’œuvre semble se régénérer comme un phénix renaît de ses cendres. Il est aidé par un orchestre superlatif à la chaleur que les disques enregistrés par son prédécesseur Michael Tilson Thomas ne permettaient pas d’imaginer. L’inévitable Valse triste prolonge cet état hypnotique tandis qu’un second bis, l’Alla marcia de la Suite Karelia, exhale une joie exubérante et contagieuse.




    Philharmonie, Paris
    Le 10/03/2023
    Thomas DESCHAMPS

    Deuxième concert de l’Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction d’Esa-Pekka Salonen et avec le concours du violoniste Johan Dalene à la Philharmonie de Paris.
    Steven Stucky (1949-2016)
    Radical Light (2007)
    Samuel Barber (1910-1981)
    Concerto pour violon (1940)
    Johan Dalene, violon
    Jean Sibelius (1865-1957)
    Symphonie n° 5 (1919)
    San Francisco Symphony
    direction : Esa-Pekka Salonen

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com