altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 novembre 2023

Création mondiale du Voyage vers l'Espoir de Christian Jost dans une mise en scène de Kornél Mundruczó et sous la direction de Gabriel Feltz au Grand Théâtre de Genève.

Sans espoir ?
© GrĂ©gory Batardon

Annulée pour raison de COVID, la création mondiale de Voyage vers l'espoir voit enfin le jour, mise en scène par Kornél Mundruczó d'après un film de Xavier Koller et une musique de Christian Jost. Ce spectacle fort et prenant tient à la justesse de ses interprètes (Kartal Karagedik et Rihab Chaieb) ainsi qu'à la direction acérée de Gabriel Feltz.
 

Le 30/03/2023
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Plage post-Einstein

  • Esmeralda finit au bĂ»cher

  • L’effervescence de Berlioz

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce Voyage vers l'espoir est Ă  l'origine un film du rĂ©alisateur Xavier Koller (Reise der Hoffnung) primĂ© aux Oscar il y a trente ans. Le sujet est d'une brĂ»lante actualitĂ© : l'exil d'une famille kurde abandonnant ses terres pour rejoindre la Suisse oĂą elle espère trouver le paradis sur Terre. ProgrammĂ© durant les deux dernières saisons au Grand Théâtre avec L'Affaire Makropoulos et Sleepless, le metteur en scène KornĂ©l MundruczĂł rĂ©alise une adaptation scĂ©nique du film, sur une musique de Christian Jost.

    Contournant l'écueil qui aurait pu faire disparaître le spectacle derrière un consensus moraliste et bien-pensant, la ligne directrice de Mundruczó développe une approche qui affronte la thématique de la migration avec des références visuelles inspirées d'un puissant réalisme. L'enchaînement des décors et des projections vidéo donne à voir dans les références à des espaces aussi tristes et banals que des toilettes dans un hall de gare, un quotidien où la mise à nu des émotions traduit l'éloignement moral de nos sociétés.

    Le réalisateur signe également ce décor tournant admirablement mis en valeur par les éclairages, qui isolent aussi bien le cadre intimiste d'une cabine de camion ou d'un comptoir de bar qu'un paysage de haute montagne et le sentier perdu sur lequel l'enfant perd la vie. La dramaturgie respecte la trame d'origine opérant, après la mort du fils, un retour à la froide réalité de l'arrestation de la famille et l'audition du père. Malgré l'allusion aux hallucinations qui précèdent la mort du fils, Mundruczó refuse tout onirisme, préférant laisser la morale de l'espoir au spectateur laissé seul face à cette conclusion brutale où le père est incarcéré dans l'attente d'un procès.

    Le compositeur allemand Christian Jost opte pour une matière où les nappes de cordes dissonantes se mêlent parfois à des envolées lyriques desquelles émergent un solo de trompette jazz. Cette musique essentiellement visuelle et dramatique développe efficacement une échelle narrative où l'effusion ne déborde pas la radicalité du propos, comme le suggère brillamment la direction à la fois acérée et très fluide de Gabriel Feltz.

    Le plateau est dominé par le baryton turc Kartal Karagedik dans le rôle d'Haydar et la soprano Rihab Chaieb dans celui de Meryem, père et mère du petit Ali – chanté ce soir par le jeune George Birkbeck, touchant d'innocence et de candeur. Le premier offre au rôle un phrasé d'une lisibilité et d'une intensité remarquables, la seconde parfaite de crédibilité et d'émotion dans la façon de camper la douleur de la mère face à une décision aux conséquences funestes.

    L'ensemble des seconds rôles mérite attention, à commencer par Mafteo Ivan Thirion en chauffeur routier déchiré entre la crainte et l'obligation morale, Haci Baba Denzil Delaere et Omar Mancini, tous deux sinistres en mafieux et paysan cupide, sans oublier Julieth Lozano en Doctoresse, seul vrai rayon de soleil dans un horizon décidément sans espoir.




    Le 30/03/2023
    David VERDIER

    Création mondiale du Voyage vers l'Espoir de Christian Jost dans une mise en scène de Kornél Mundruczó et sous la direction de Gabriel Feltz au Grand Théâtre de Genève.
    Christian Jost (*1963)
    Voyage vers l'espoir
    Livret de Káta Weber d'après le film Reise der Hoffnung de Xavier Koller

    Orchestre de la Suisse Romande
    direction : Gabriel Feltz
    mise en scène & décors : Kornél Mundruczó
    scénographie et costumes : Monika Pormale
    Ă©clairages : Felice Ross

    Avec :
    Kartal Karagedik (Le Père Haydar), Rihab Chaieb (La Mère Meryem), Mafteo Ivan Thirion (Un chauffeur routier), Haci Baba Denzil Delaere (Un mafieux), Julieth Lozano (La Doctoresse), Omar Mancini (Un paysan).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com