altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 avril 2024

Récital du pianiste Cédric Tiberghien au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Sans esbrouffe
© Thomas Deschamps

À l’occasion d’un Concert du dimanche matin de Jeanine Roze, Cédric Tiberghien présente une partie du programme issu d’un double album intitulé Variation[s] qui vient de paraître chez Harmonia Mundi. Il y adjoint la Chaconne de Bach transcrite par Brahms. C’est toutefois Mozart et Beethoven qui sont merveilleusement servis par un discours aussi subtil qu’intime.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 16/04/2023
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Messiaen en antichambre

  • MĂ©dĂ©e au music-hall

  • Vies de hĂ©ros

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • CĂ©dric Tiberghien s’assied devant le piano, prend un micro, s’adresse au public afin de prĂ©senter le concert sous le thème des variations. Avec ses soixante-trois variations, la Chaconne en rĂ© mineur de Bach transcrite pour la main gauche par Brahms fait une sacrĂ©e entrĂ©e en matière. Suivant Ă  la lettre le conseil de l’arrangeur, Tiberghien joue la pièce mezza voce, travaillant particulièrement les nuances pianos qui sonnent alors comme autant d’articulations subtiles.

    Sous ses doigts l’œuvre ne prend pas la puissance polyphonique amplifiée par Brahms, et reste plus proche de l’original dans une perspective particulièrement intime. Le pianiste a ensuite choisi la Sonate pour piano n° 11 de Mozart, non pour sa célébrissime Marche turque mais pour le premier mouvement avec les six variations qui suivent la sicilienne faisant office de thème.

    Le jeu de Tiberghien allie une ligne claire à des couleurs délicatement dosées qui produisent le renouvellement attendu. Là encore les nuances piano émerveillent par leur caractère juste sans aucun maniérisme. La fin de cet Andante grazioso fuse et annonce déjà l’éclat de la fameuse marche. Entre-temps, le pianiste a joué le trio du Menuet avec fraîcheur. La dernière pièce du programme, les Variations héroïques de Beethoven, est un peu comme les Bagatelles pour piano une plongée dans le laboratoire du compositeur.

    L’inventivité du compositeur paraît sans fin dans l’interprétation de Tiberghien. Sans être péremptoire et sans œillades, le pianiste relance le discours, toujours par des nuances dans les dynamiques et une palette de couleurs assorties. Le phrasé demeure d’un classicisme bienvenu et les proportions ne dévient jamais jusqu’à la fugue finale jubilatoire. Point de variation supplémentaire pour le bis donné par le pianiste mais un choix astucieux, celui des Oiseaux tristes de Ravel que Tiberghien égrène de manière méditative. Tous les enjeux précédents se dissolvent comme par magie et laissent rêveur.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 16/04/2023
    Thomas DESCHAMPS

    Récital du pianiste Cédric Tiberghien au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Chaconne en ré mineur
    Transcription pour la main gauche de Brahms (1877)
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Sonate pour piano n° 11 en la majeur K. 331 (1783)
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Quinze variations héroïques pour piano, op. 35 (1802)
    CĂ©dric Tiberghien, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com