altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 septembre 2023

Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Ariane Matiakh, avec le concours de la pianiste Lise de la Salle à la Philharmonie de Paris.

Pilotage automatique
© Thomas Deschamps

Le magnifique programme présenté par l’Orchestre de Paris et Ariane Matiakh ne tient pas toutes ses promesses. Après un rare Koechlin et un Deuxième Concerto de Chopin joué trop brillamment par Lise de la Salle, la soirée tourne un peu à vide dans les Interludes marins de Britten sèchement dirigé et une Mer de Debussy où les instrumentistes prennent le pouvoir.
 

Philharmonie, Paris
Le 25/05/2023
Thomas DESCHAMPS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Berliner aĂ©riens

  • Théâtre de la mĂ©moire

  • RĂ©surrection de l’amour

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Avec Vers la voĂ»te Ă©toilĂ©e de Koechlin, Ariane Matiakh propose une Ĺ“uvre qui lui est chère. Jouant pleinement de l’acoustique gĂ©nĂ©reuse de la Salle Pierre Boulez et des capacitĂ©s des musiciens de l’Orchestre de Paris, elle ose un tempo encore plus lent que dans son enregistrement rĂ©alisĂ© Ă  Bâle. Sorte de lent et grand crescendo qui peut Ă©voquer L’Île des morts de Rachmaninov en moins hypnotique et plus Ă©vanescente, la pièce trouve ainsi toute sa magie sonore mais le climax n’échappe pas Ă  une saturation dynamique. L’accompagnement orchestral du Concerto pour piano n° 2 de Chopin qui suit appelle moins de sortilèges orchestraux.

    Matiakh dirige de manière très allante l’introduction. L’entrée tumultueuse de Lise de la Salle manifeste une longueur d’ondes commune. La virtuosité marque cette interprétation, parfois au détriment du chant comme dans le Larghetto, manquant d’intimité, la pianiste semblant concentrée sur l’éclat indéniable de ses trilles. Cette interprétation véhémente trouve son aboutissement dans un Allegro vivace particulièrement vigoureux. De la Salle annonce en bis An die Musik de Schubert qu’elle joue avec la même brillance sans trouver l’introspection.

    Pour la seconde partie de soirée consacrée à deux chefs-d’œuvre d’inspiration marine, Ariane Matiakh peine à trouver la fluidité requise. Le premier interlude de Peter Grimes, Aube, sonne glacial. La cheffe d’orchestre, qui ne phrase pas beaucoup, paraît plus à son aise avec les volées de cloches stylisées par les cors dans Dimanche matin. La poésie du Clair de lune lui échappe à force d’affirmation. Sa gestique incessante laisse peu de place à la respiration essentielle à cette page. Le dernier interlude, Tempête, tourbillonne de manière efficace mais un peu prosaïque, certainement pas lyrique. En fait, l’Orchestre de Paris parfaitement discipliné ne semble pas inspiré par cette direction verticale. Le divorce se consomme dans La Mer de Debussy.

    La cheffe d’orchestre toujours aussi animée et claire dans ses gestes ne tente aucun particularisme, laissant les musiciens à leur parfaite et splendide affaire. Tout d’un coup, on entend des nuances dynamiques absentes du reste de la soirée, une gradation qu’on aurait aussi appréciée dans Britten. On se doute qu’il n’est pas facile pour un chef de proposer une lecture à un ensemble ayant une connaissance parfaite d’une des partitions jouées pratiquement chaque année. Ici le cas est extrême, les musiciens sont à la manœuvre sans un regard pour celle qui fait office de sémaphore.




    Philharmonie, Paris
    Le 25/05/2023
    Thomas DESCHAMPS

    Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Ariane Matiakh, avec le concours de la pianiste Lise de la Salle à la Philharmonie de Paris.
    Charles Koechlin (1867-1950)
    Vers la voûte étoilée (1923-1933, rév. 1939)
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Concerto pour piano n° 2 (1829)
    Lise de la Salle, piano
    Benjamin Britten (1913-1976)
    Quatre Interludes marins (1944)
    Claude Debussy (1862-1918)
    La Mer (1905)
    Orchestre de Paris
    direction : Ariane Matiakh

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com